Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"L'horreur d'un accident qu'on découvre sur sa route provient de ce qu'il est de la vitesse immobile, un cri changé en silence ( et non pas du silence après un cri)."

Jean Cocteau.

L'accident, cette vitesse soudain immobile qui s'entasse en tronçons, en amas mystérieux, absurde, a en lui un tangible réparable que nous touchons du bout de nos doigts mais, qui n'a pu empêcher l'irréparable de se produire, donc un mystère, donc une absurdité qui nous laisse désemparés.

Réparable irréparable de l' accident

À tombeau ouvert

Il roule trop vite

Il a trop bu

Ce virage il va le négocier tout en dérapage

Au sortir du virage heureusement il n' y aura pas de voiture en face

Parce qu'il a mal calculé son coup

Il a trop bu il roule trop vite

Sa voiture est déportée sur la gauche

Heureusement il n'y a pas de voiture en face

La voiture où se trouvent Mélissa Edith Anne-lise est encore à un kilomètre du virage

Il la croise dans la ligne droite heureusement

Il a trop bu il roule trop vite

À tombeau ouvert

**

Il a trop bu

Il roule trop vite

Ce virage il va le négocier en ralentissant

Heureusement parce qu'en face il y a une voiture

*

Il a le temps de voir le visage des trois jeunes femmes puisqu'il a ralenti

Soulagé sans savoir pourquoi il réaccélère dans la ligne droite

Il a trop bu

Il roule de nouveau à tombeau ouvert

**

Il a trop bu il roule trop vite

Il perd le contrôle de sa voiture avant le virage qu'il voulait prendre sans ralentir

En dérapage au moins à plus de cent cinquante km/h comme dans les rallyes

Sa voiture fait plusieurs tonneaux avant de s'arrêter dans le champ

Au sortir du virage

Les trois jeunes femmes ont vu la voiture qui arrivait trop vite

Elles ont vu la voiture qui partait en tonneaux puis qui s'immobilisait dans le champs

Elles se sont arrêtées pour porter secours au conducteur

Il est en vie sonné contusionné

Il dit je vais bien il titube

Elles comprennent que c'est aussi parce qu'il a trop bu

Il dit je roulais trop vite à tombeau ouvert

**

Il a trop bu

Il roule trop vite

Ce virage il va le négocier vite fait bien fait comme dans les rallyes

Au moins à cent cinquante kilomètres heure

Il perd le contrôle de sa voiture en face arrive une autre voiture

Il n'a pas le temps de voir qu'elle est occupée par trois jeunes femmes

Il n'a que le temps de tourner son volant de freiner

En vain

Il ne se souvient plus du choc

Il est mort il est sonné il a mal

Il entend des gémissements

Il y a trois jeunes femmes

L'une d'entre elles ne bouge plus une autre est défigurée la troisième contusionnée

Il pense heureusement elles ne sont pas mortes

Voilà c'est fini ça n'a duré qu'une seconde

Plus tard il dit je roulais trop vite à tombeau ouvert

Voilà c'est fini ça n'a duré qu'une seconde

Il y a une jeune femme qui croit qu'elle peut tout oublier

Une jeune femme en allée,

Une jeune femme défigurée

Voilà, c'est fini, ça n'a duré qu'une seconde

Il y a trois jeunes femmes une qui a tout oublié elle croit

Qui reprend sa vie

Qu'elle espère redevenue normale

Une défigurée elle croit avec un nouveau visage chirurgicalement reconstruit inconnu

Qu'elle ne reconnait plus,

Qui est perdue comme une enfant au milieu de la nuit noire et

Qui a peur de ce fantôme dans sa glace

Une qui s'en est allée,

Qui vit

Dans le coeur lourd

De ceux qui l'aimaient

Voilà c'est fini ça n'a duré qu'une seconde

Il y a tous les autres qui souffrent et

Lui le fauteur d'irréparable

Enfermé dans l'enfer de l'irréparable

Comment l' arrêter

Il a trop bu

Il roule trop vite

A tombeau ouvert

***

Tag(s) : #Vivre, #Poésie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :