Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voici quelques bonnes et moins bonnes nouvelles sur notre planète :

1) « Des scientifiques ont reconstruit l’évolution de la température moyenne globale depuis la sortie du dernier âge de glace. Le climat se refroidissait depuis 5.000 ans, jusqu’au siècle dernier. En 100 ans, l’atmosphère s’est réchauffée de 0,7 °C. La dernière décennie s’inscrit comme une période plus chaude que les trois quarts de toute la période interglaciaire. »

« Le réchauffement observé depuis près d’un siècle apparaît alors comme imprévu, comme une anomalie de ces 2.000 dernières années. Cependant, voilà 11.300 ans que la Terre est en période de déglaciation.

La Terre est sortie de l’âge de glace voilà 11.300 ans. Dans les premiers 5.000 ans, L'atmosphère s'est réchauffée. L’inclinaison terrestre a changé et l’hémisphère nord a étét plus exposé au rayonnement solaire. D'où la déglaciation puisque les étés étaient plus chauds qu’aujourd'hui. Mais sur ces 5.000 dernières années, l’inclinaison a augmenté pour atteindre progressivement 23,44°, sa valeur actuelle. L’hémisphère nord est depuis lors moins exposé au rayonnement solaire. Et l'atmosphère s’est en moyenne refroidie de 0,7 °C. »

(...)

Mais ces 100 dernières années, l’atmosphère s’est réchauffée de presque 0,7 °C.

Or « les paramètres astronomiques, comme l'obliquité de la Terre, indiquent qu’actuellement l’atmosphère devrait atteindre un minimum de température, ce qui n’est pas le cas. »

La seule variable qui peut expliquer cette anomalie est l'augmentation des rejets de CO2 dans l'atmosphère du fait de la révolution industrielle comme l'explique Shaun Marcott de l'université d'état de l'Oregon qui a participé à l'étude qui a permis la reconstitution du climat depuis plus de 11000 ans.

Mais mais, ne perdons pas espoir

2) « La Terre devrait conserver des conditions habitables durant encore presque deux milliards d’années au moins. Bien qu’une planète semblable à la nôtre n’ait pas encore été découverte, il apparaît que certaines exoplanètes ont une durée d'habitabilité dix fois supérieure à celle de la Terre. Elles seraient donc capables d’accueillir la vie et pourraient permettre l’évolution d’organismes complexes » et nous permettre d'émigrer vers elles pour assurer la survie de l'irremplaçable humanité, créée à l'image de dieu.

Donc notre terre sera « habitable pour encore au moins 1,75 milliard d’années et au plus 3,25 milliards d’années. » . Mais L’Homme, créé par Dieu à son image est un être complexe, il n'a donc pas en tant qu'espèce la durée de vie des insectes et des microbes. Il « sera rapidement en difficulté avec l'augmentation de la température de l'air, tandis que les bactéries seront capables de s’adapter »

Il est donc urgent de ne plus attendre et de nous trouver une autre terre.

Mais nous n'avons pas encore trouvé une exoplanète semblable à la terre. Cela n'est pas improbable d'en trouver une à une faible distance à l'échelle astronomique. Mais « Il faudrait des centaines de milliers d'années avec notre technologie actuelle pour se rendre à une telle distance, explique Andrew Rushby. Si jamais nous devions aller sur une autre planète, Mars est probablement notre meilleur parti. Elle est très proche de nous et restera dans la zone habitable jusqu'à la fin de la durée de vie du Soleil. »

Je vous renvois à la trilogie de Kim Stanley Robinson qui porte justement sur la terraformation de Mars : « Mars la rouge, Mars la verte, Mars la bleue » que je vous conseille de lire et que l'on peut presque ne plus considérer comme un ouvrage de science-fiction.

La zone d'habitabilité (en bleu) dépend de la taille de l'étoile (à gauche). Dans le Système solaire (en haut), elle se situe actuellement entre 1 et 3 UA (unités astronomiques), englobant la Terre et Mars. Autour de la naine rouge Gliese 581, nous connaissons six planètes, dont deux figurent dans la zone habitable, plus proche de l'astre car cette étoile est moins chaude. Gliese 581 d y restera au moins durant... 42 milliards d'années. © ESO, Wikipédia, cc by sa 3.0
La zone d'habitabilité (en bleu) dépend de la taille de l'étoile (à gauche). Dans le Système solaire (en haut), elle se situe actuellement entre 1 et 3 UA (unités astronomiques), englobant la Terre et Mars. Autour de la naine rouge Gliese 581, nous connaissons six planètes, dont deux figurent dans la zone habitable, plus proche de l'astre car cette étoile est moins chaude. Gliese 581 d y restera au moins durant... 42 milliards d'années. © ESO, Wikipédia, cc by sa 3.0

La zone d'habitabilité (en bleu) dépend de la taille de l'étoile (à gauche). Dans le Système solaire (en haut), elle se situe actuellement entre 1 et 3 UA (unités astronomiques), englobant la Terre et Mars. Autour de la naine rouge Gliese 581, nous connaissons six planètes, dont deux figurent dans la zone habitable, plus proche de l'astre car cette étoile est moins chaude. Gliese 581 d y restera au moins durant... 42 milliards d'années. © ESO, Wikipédia, cc by sa 3.0

Il est d'autant plus urgent de ne pas attendre que

3) « Le 5 e rapport du Giec, qui sera dévoilé vendredi, annonce une aggravation du dérèglement climatique. La fonte des glaces va s'accélérer et le niveau des mers fortement augmenter. »,

donc la situation de notre Terre va devenir de plus en plus préoccupante, au point qu'il ne s'agit plus de reconnaître la responsabilité des hommes dans ce dérèglement climatique mais de se préoccuper de voir comment nos sociétés pourront s'y adapter . Si pour les pays développés, les moyens financiers et techniques faciliteront ces ajustements qu'en sera-t-il pour les pays moins avancés ?

« Le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) présentera vendredi un rapport bien plus alarmant que le précédent, qui avait soulevé en 2007 des vagues d'inquiétude pour l'avenir de la planète. Les extraits qui ont commencé à filtrer décrivent le pire scénario : avec une forte probabilité que les émissions de CO2 s'accélèrent, la concentration de ce gaz à effet de serre dans l'atmosphère doublera avant la fin du siècle. Dans ce modèle, dit « RCP8.5 », la fonte des glaces du Groenland va s'intensifier, le niveau des mers fortement augmenter - jusqu'à 10 mètres à horizon de deux ou trois siècles - et l'acidification des océans « presque certainement » s'accroître, menaçant un grand nombre d'écosystèmes marins. Par ailleurs, au moins 20 % du CO2 déjà émis du fait des activités humaines va flotter un bon millier d'années dans l'atmosphère. « Une grande part des changements climatiques sera irréversible sur une échelle de temps humaine », peut-on lire dans le rapport. »

(...)

« Les auteurs du rapport estiment que le rythme d'élévation du niveau global des mers, qui est actuellement de 3 millimètres par an, va immanquablement s'accélérer pendant les prochaines décennies, jusqu'à atteindre près de 1 mètre au total d'ici à 2100 dans le scénario RCP8.5.

Ces phénomènes ont déjà commencé à produire leurs effets. Un rapport publié par 18 équipes scientifiques dans le « Bulletin of the American Meteorological Society », au début du mois, attribue à l'impact des activités humaines sur le climat une majorité des phénomènes météorologiques extrêmes survenus en 2012. Selon cette étude, les émissions de gaz à effet de serre sont notamment responsables des précipitations exceptionnelles en Australie, de la sécheresse qui a touché l'Afrique de l'Est et l'Europe du Sud l'hiver dernier, et de la vague de chaleur dans l'Est des Etats-Unis au printemps 2012. ».

Que les climato-sceptiques se rassurent, ces bouleversements à venir et qui ont déjà commencé sont à une telle échelle qu'ils pourront continuer d'arguer qu'il est peu vraisemblable que la "faible" humanité puisse avoir sur la "puissante" nature un tel impact négatif : Il y a du cosmique dans tout cela plus que de l'humain, autruchement dit, du Divin plus que de l'humain !

Vous pouvez prolonger cet article en vous rendant à ses sources en suivant les liens ci-dessous :

http://www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/actu/d/climatologie-temperatures-actuelles-presque-plus-haut-depuis-11300-ans-45129/

http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/astronomie-terre-habitable-encore-moins-175-milliard-annees-49078/#xtor=RSS-8

http://www.lesechos.fr/journal20130923/lec1_idees_et_debats/0203015151790-climat-le-giec-toujours-plus-pessimiste-607834.php

Les émissions de CO2 s'accélèrent, Les mers montent. Il est urgent de nous lancer soit dans la terraformation de Mars soit dans la quête d'une exoplanète semblable à la Terre
Les émissions de CO2 s'accélèrent, Les mers montent. Il est urgent de nous lancer soit dans la terraformation de Mars soit dans la quête d'une exoplanète semblable à la Terre
Les émissions de CO2 s'accélèrent, Les mers montent. Il est urgent de nous lancer soit dans la terraformation de Mars soit dans la quête d'une exoplanète semblable à la Terre
Les émissions de CO2 s'accélèrent, Les mers montent. Il est urgent de nous lancer soit dans la terraformation de Mars soit dans la quête d'une exoplanète semblable à la Terre
Les émissions de CO2 s'accélèrent, Les mers montent. Il est urgent de nous lancer soit dans la terraformation de Mars soit dans la quête d'une exoplanète semblable à la Terre
Tag(s) : #Principe de précaution

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :