Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voici un nouvel épisode de mon modeste récit policier et d'abord les

Principaux personnages de Nice city.

Nice city, une ville qui s'alanguit autour d'une baie, éventrée par une voie ferrée et une voie rapide qui ne réussissent pas la nuit à lui ôter toute sa séduction.

Blaise Pascal, dont les « Pensées » surplombent un grand nombre des personnages de ce récit.

Myriam, une rom en rupture avec sa communauté et la société qui s'est décidée à vivre avec Chaval qui l'a séduite par sa désespérance narquoise.

Chaval, médecin légiste abandonné par sa femme Marthe qu'il aimait à cause de sa profession de médecin légiste.

Bouchard, capitaine de police aspire à devenir le compagnon de Sarah Rouihi.

Sarah Rouihi, juge d'instruction très attirée par Bouchard mais perturbée par la tentative d'assassinat perpétrée contre elle par son ancienne compagne Marcia Nogueira.

Mohand Rouihi, ancien officier de l'armée Française vit seul depuis la mort de sa femme. Il est le réconfort de sa fille, Sarah.

Monsieur Avrahamsky, lit le passé et l'avenir dans les nombres, mort mystérieusement en apprenant la mort de son frère.

Madame Avrahamsky, son épouse aux requêtes de laquelle il ne pouvait résister.

Marie Toulouse, une jeune femme, dont la police finit par conclure qu'elle ne s'est pas suicidée mais qu'elle a été assassinée ainsi que d'autres jeunes femmes par un tueur en série.

Madame et monsieur Toulouse, parents de Marie et Mireille Toulouse.

Madame Espérandieu, la concierge qui apporte du réconfort à Marie Toulouse enceinte et abandonnée par son ami.

Le docteur Jean-Dominique Merveille, qui accepte de pratiquer une IVG sur Marie Toulouse. Un temps l'amant de celle-ci.

Gorf, un cracheur de feu, un temps soupçonné et arrêté pour le meurtre de Marie Toulouse.

Ulisse Del Valle, un peintre de la Renaissance, auteur notamment du chef d'œuvre qui représente l'intérieur de la bibliothèque de la tour de Babel à Babylone, qui possédait, affirmait Plotin de Carthage au VIème siècle de notre ère, la multitude des livres qui rassemblaient le savoir non seulement de l'époque mais de toutes les époques où grâce à son génie de la perspective il réussit à donner une image grandiose de ce que pourrait être l'infini.

Marcia Nogueira, croit avoir tué Sarah Rouihi, son ex-compagne et veut mourir. Elle croise la route de Marc Colondriand qui la «tue».

Marc Colondriand, pdg d'une entreprise d'informatique vit avec Claire Marfaly. Il est devenu par «ennui» un tueur en série.

Claire Marfaly, conseillère financière dans une agence bancaire, était la victime potentielle choisie par Marc Colondriand, responsable de la mort de Marie Toulouse et des meurtres d'Amanda Estébez, alias Alejandro Estébez, de Juliette Tancrédi une jeune serveuse d'un bar sur le port de Nice, ainsi que de celui de Marcia Nogueira.

Hèmery, capitaine de police sorte de Don Juan perpétuel est tombé sous le charme d' Esther Landin.

Esther Landin, alias Esther Karsky, vient de se séparer de Borme alias Pierre Karsky. Elle tente de « retenir » Hèmery.

Pierre Karsky, alias Borme professeur de lettres, spécialiste de Pascal vit à présent avec Hélène Santiago, ne peut s'empêcher de se sentir responsable de la mort de Marie Toulouse.

Hélène Santiago, professeure de sports, vit avec Borme, elle est une victime potentielle de Marc Colandriand qui a planifié son assassinat.

Gorbes, un ami de Borme a accepté d'aider sa femme, atteinte de myopathie à mourir.

Le juge Etienne Serbais, vit avec Bernard Danglois. Il est responsable de la rétrogradation des capitaines Bouchard et Hèmery au grade de lieutenant et d'une erreur judiciaire qui l'a profondément atteint.

Bernard Danglois, journaliste au quotidien Nice Soir, en charge des affaires de grande délinquance.

Le procureur Le Cairn, ami de Chaval, Hèmery et Bouchard a obtenu la réintégration dans leur grade de capitaine de Hèmery et Bouchard, première condition pour ensuite se suicider, la deuxième étant l'élucidation des meurtres mystérieux de jeunes femmes dont nous savons à présent qu'ils ont été commis par Marc Colandriand.

Mireille Toulouse, la sœur de Marie Toulouse, vient d' obtenir de Charles Trossimo le bras droit du chef du gang de «l'Atlandide » la possibilité de le quitter en l' aidant à s'évader.

Charles Trossimo, fiché au grand banditisme bras droit du chef du gang de « l' Atlantide » André Barcelmas

André Barcelmas, chef du gang de « l' Atlantide » ami d'enfance de Pierre Noglarimo que Charles trossimo n'hésite pas à exécuter quand il le sent tenté par une vie rangée.

Pierre Noglarimo, inamovible maire de Nice city

André Lornois, le nouveau patron du quotidien NICE SOIR

***

Dans la perpétuité du Pourquoi à Nice city

- Georges, tu as toujours sous la main les deux petites putes repérées à « l'Igloo » ?

- Oui, pourquoi ?

- On va en avoir besoin pour baiser cet enculé de Nogla !

- Comment ?

- Cet enculé de Laronde m'a contacté pour que nous lui fournissions du matériel pour une soirée dont il est en charge pour ces messieurs.

- Compris.

- La petite réunion intime se passe dans une grande propriété de Villefranche. Il a besoin d'une dizaine de filles bon chic bon genre, façon escort-girl.

- Pas trop le style des deux petites putes. Je te rappelle qu'elle ont à peine 15 ans.

- C'est ça qui m'intéresse, deux mineures !

- Pourquoi ?

- Pour les foutre dans les pattes du grand con ! Je veux le faire tomber pour pédophilie.

- Oui mais ça va être difficile ! Tu sais que dans ces soirées, tout ce qui pourrait être moyen de filmer, photographier, enregistrer est strictement interdit !

- Ce que je veux c'est que ces deux petites putes participent à la soirée !

Bon tu me sélectionnes le matériel.

- Choisis Eva. C'est elle qui sera chargé de cornaquer les deux petites putes, de les rendre présentables et surtout de les mettre dans les pattes de Nogla ! Je sais qu'il a un faible pour elle...

- Oui, mais je ne vois pas comment cela peut nous servir sans preuves...

- Ce qu'il nous faut, c'est des photos les montrant en train d'arriver à la soirée avec l'heure et d'en sortir avec l'heure.

- Cela suffira ?

- Oui, on n'a pas besoin d'autres preuves. Tout ce dont on a besoin c'est que les deux petites putes participent à la soirée et que cela ne puisse être niée et qu'elles arrivent à lui sucer la bite, puisque tu m'as dit que c'étaient de bonnes suceuses!

- Je vois toujours pas...

- Après, on pourra avoir leur témoignage...

- Pourquoi, elles le livreraient ce témoignage. Je te rappelle qu'elle vont au collège et que leurs parents ignorent tout de leur activité.

- Justement ! Une fois qu'elles auront participé à la soirée, on prévient les mères que leur petites chéries se prostituent et on leur suggère de prévenir la police. Après le tour est joué, Môssieur le Maïre de Nissa l'aura dans le cul !

- Bien joué !

Les deux hommes se trouvent dans un appartement terrasse qui domine la baie des anges, installés dans de luxueux transats. Ils peuvent contempler toute la ville qui brille de ses mille feux dans la nuit. Ils gardent le silence un moment. Georges Lahraoui fait tinter les glaçons de son verre de whisky. Il se tourne vers Charles Trossimo qui a fermé les yeux. Ce serait le bon moment pour le descendre, songe-t-il. Il est furieux de cette pensée, parce qu'il l'a eue, parce qu'il sait qu'il n'a pas l'envergure de son patron, pas sa ruse s'il en a la facilité à tuer. Charles Trossimo ouvre les yeux.

- Tu penses à me descendre Georges ?

Georges lahraoui a un brusque geste de dénégation. Il s'étouffe en avalant une gorgée de son verre.

- Ne t'angoisse pas ! Je sais que tu n'es pas suffisamment con pour le faire ! Je ne t'en voudrais pas si j'ai deviné juste. Tu es un tueur Georges ! Comme moi. On a franchi la ligne. C'est trop fort de tuer ! Surtout quand c'est uniquement pour le fun... parce que l'idée nous vient...

- Patron vous en faites pas... Je n'y pensais même pas...

- je t'ai dit que je ne t'en voudrais pas ! Tu n'as pas besoin de me mentir !

- Je vous jure patron...

Georges met la main sur son cœur en prononçant ces mots.

- Ok, c'est bon ! Laisse tomber...

- Je vous jure …

- Merde ! Georges je t'ai dit que c'était bon !

- Ok, patron. Vous savez que je vous suivrai jusqu'au bout du monde! Je vous dois tout.

- Je sais Georges...

Rassuré Georges Lahraoui se réinstalle confortablement sur son transat d'où il s'était dressé de surprise quand Charles Trossimo l'a interpellé en lui disant « Tu veux me descendre Georges ». Au bout de quelques minutes il demande à Charles Trossimo :

- Qu'est-ce qu'on fait de Mireille ?

- De Mireille ? Pourquoi tu me demandes ça ?

- Je ne suis pas tranquille tant qu'elle reste en vie, elle peut parler...

- Elle parlera pas...

- D'accord mais une précaution …

- Je te dis qu'elle ne parlera pas! C'est toi qui l'a vérifié. Le juge a abandonné toute idée de la mettre en cause. Elle s'est démerdée pour avoir un alibi béton !

- Ok, patron. Je continue à garder un œil sur elle ?

- Oui, tu continues. Je veux savoir qui elle fréquente et au besoin on agira.

Charles Trossimo ferme les yeux.Les deux hommes retombent dans leur silence.

*

- Pourquoi tu as toujours ce besoin de me faire mal ?

- Ta gueule !

- Pourquoi le grand Charles Trossimo quand il baise cette pute de Toulouse a-t-il besoin de lui faire mal?

- Ta gueule !

- Pourquoi ? Il veut qu'elle aie mal ?

- Ta gueule !

- Parce que c'est une pute ?

- Ta gueule !

- Parce que le grand Charles Trossimo ne prend pas son pied en baisant !

- Ta gueule !

- Parce qu'il en a rien à foutre de baiser !

- Ta gueule !

- Ce qu'il aime c'est comme les enfants qui s'amusent avec un insecte ou une grenouille...

- Ta gueule !

- Les voir souffrir...

- Ta gueule !

- Tu ne t'es pas demandé pourquoi je ne veux plus te la sucer ?

- Ta gueule !

- C'est parce que chaque fois il faut que tu me l'enfonce jusqu'à la gorge à en vomir...

- Ta gueule ! Ta gueule ! Ta gueule ! Ta gueule !

*

Elle est à genoux. Avec son bras valide elle tient celui qu'il vient de fracasser.

- Tu vas la fermer maintenant ?

- Oui...

- Ta gueule !

- ...

- Tu as compris ?

Elle fait oui de la tête. Elle a les yeux pleins de larmes.

- Tu as compris ?

Elle fait oui de la tête. Elle a les yeux pleins de larmes.

*

- Suce-moi.

- Je ne peux pas. J'ai trop mal.

- Suce-moi !

- Aide-moi Charles, j'ai trop mal.

- Suce-moi.

*

Il lui enfonce son sexe dans la bouche jusqu'à la gorge. Elle hoquette.

*

- Pourquoi tu as toujours ce besoin de me faire mal ?

- Ta gueule !

- Pourquoi le grand Charles Trossimo quand il baise cette pute de Toulouse a-t-il besoin de la frapper !

- Ta gueule !

- Pourquoi ? Il veut qu'elle aie mal ?

- Ta gueule !

- Parce que c'est une pute !

- Ta gueule !

- Parce que le grand Charles Trossimo ne prend pas son pied en baisant !

- Ta gueule !

*

Elle est à genoux. Avec son bras valide elle tient celui qu'il vient de fracasser.

- Tu vas la fermer maintenant ?

- Oui...

- Ta gueule !

*

Il lui enfonce son sexe jusqu'à la gorge. Elle hoquette, elle vomit de la bile. Elle reprend son souffle.

- Aide-moi Charles. J'ai trop mal.

- Ta gueule !

- Je t'en prie Charles.

- Ta gueule !

- Aide-moi. Il faut que j'aille aux urgences.

- Démerde-toi ! T'avais qu'à la fermer, salope !

*

- Pourquoi tu as toujours ce besoin de me faire mal ?

- Ta gueule !

- Parce que le grand Charles Trossimo ne prend pas son pied en baisant !

- Ta gueule !

- Parce qu'il en a rien à foutre de baiser !

- Ta gueule !

- Ce qu'il aime c'est comme les enfants qui s'amusent avec un insecte ou une grenouille...

- Ta gueule !

- Les voir souffrir...

- Ta gueule !

*

Elle est à genoux. Avec son bras valide elle tient celui qu'il vient de fracasser.

- Tu vas la fermer maintenant ?

- Oui...

- Ta gueule !

Elle est à genoux. Avec son bras valide elle tient celui qu'il vient de fracasser.

- Tu vas la fermer maintenant ?

- Oui...

- Ta gueule !

Elle est à genoux. Avec son bras valide elle tient celui qu'il vient de fracasser.

- Tu vas la fermer maintenant ?

- Oui...

- Ta gueule !

*

En sanglotant elle se lève. Elle prend les clés de la voiture et quitte l'appartement.

*

Il lui enfonce son sexe jusqu'à la gorge. Elle hoquette, elle vomit de la bile. Elle reprend son souffle.

- Aide-moi Charles. J'ai trop mal.

- Ta gueule !

- Je t'en prie Charles.

-Ta gueule !

- Aide-moi. Il faut que j'aille aux urgences.

- Démerde-toi ! T'avais qu'à la fermer, salope !

*

Elle est à genoux. Avec son bras valide elle tient celui qu'il vient de fracasser.

- Tu vas la fermer maintenant ?

- Oui...

- Ta gueule !

*

Il lui enfonce son sexe jusqu'à la gorge. Elle hoquette, elle vomit de la bile.

Il lui enfonce son sexe jusqu'à la gorge. Elle hoquette, elle vomit de la bile.

Il lui enfonce son sexe jusqu'à la gorge. Elle hoquette, elle vomit de la bile.

*

Elle est à genoux. Avec son bras valide elle tient celui qu'il vient de fracasser.

Elle est à genoux. Avec son bras valide elle tient celui qu'il vient de fracasser.

*

- Tu vas la fermer maintenant ?

- Oui...

- Ta gueule!

*

- Pourquoi tu as toujours ce besoin de me faire mal ?

- Ta gueule

- Parce que le grand Charles Trossimo ne prend pas son pied en baisant !

- Ta gueule !

- Parce qu'il en a rien à foutre de baiser !

- Ta gueule !

- Parce qu'il en a rien à foutre de baiser !

- Ta gueule !

- Parce qu'il en a rien à foutre de baiser !

- Ta gueule !

*

- Tu vas la fermer maintenant ?

- Oui...

- Ta gueule Ta gueule ! Ta gueule ! Ta gueule !

***

Le lien pour lire le récit dans son intégralité :

Dans la perpétuité du Pourquoi
Dans la perpétuité du Pourquoi
Dans la perpétuité du Pourquoi
Dans la perpétuité du Pourquoi
Tag(s) : #Nice city

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :