Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Allo!Allo! James, quelle nouvelle? Absente depuis 15 jours, au bout du fil je vous appelle, que trouverai-je à mon retour?

Tout va très bien madame la marquise... Pourtant... on déplore un petit incident...

La fonte de la banquise a atteint cet été un record et entre 1957 et 2010, il y a un réchauffement plus important que prévu de la partie occidentale de l'Antarctique

En suivant ce lieu vous pouvez écouter la chanson : link

 

 

climat 

 

 

 

Et pour nous remettre de nos émotions, un nouvel épisode de mon modeste petit récit policier où nous ne savons toujours pas si la mort de Marie Toulouse est un suicide ou un assassinat.

 

 

A quel moment l'a-t-elle ressenti? En tous cas dans l'ascenseur qui les conduit elle et Pierre à la chambre, Esther sait qu'un lien est rompu. Une fois arrivés, ils comprennent qu'il n'y a plus entre eux le moindre désir.

Esther s'est bien déshabillée.

Elle est debout nue près du lit devant la fenêtre et regarde au dehors autant qu'il est possible comme s'il n'était pas là ou comme si elle était encore avec son inconnu.

Borme l'observe mais il lui semble n'avoir devant lui qu'une statue de chair qui n'irradie aucune chaleur et dont la nudité ne l'émeut plus.

Ils sont comme deux planètes que plus aucune gravitation ne retient et qui s'éloignent à la vitesse de la lumière, lui vers Marie d'abord puis Hélène enfin vers Myriam dont les ongles parcourent sa ligne de vie en un pointillé qui le rassure, elle vers cet homme dont elle a eu le désir qu'il remplisse son vide, rende de la vie à son corps pétrifié, sans autre finalité, sans même le connaître, sans même savoir quoi que ce soit de lui, sans même vouloir autre chose que son sexe..

A quel moment a-t-elle senti que c'était plus que cela? Y-a-t-il eu un moment? Est-ce quand il l'a prise dans ses bras sans précipitation, comme une évidence, qu'elle a posé sa tête sur son épaule et qu'il lui a caressé, lui a-t-il semblé avec tendresse, le creux des reins? Est-ce quand il a commencé à l'aider à enlever son chemisier puis son soutien-gorge toujours sans précipitation mais de manière irrésistible? Est-ce quand avec sa bouche elle l'a aidé à enfilé sur sa verge son préservatif avec ce vague parfum de vanille? Est-ce quand il lui a demandé de se retourner, de s'agenouiller sur le lit et qu'il l'a pénétrée profondément sans qu'elle ait besoin de la moindre lubrification anale? Est-ce quand allongée sur le dos, pour qu'il s'enfonce mieux en elle, elle a saisi ses jambes et a réussi à les faire passer sous ses bras grâce à la souplesse de son corps qu'elle croyait envolée? Est-ce quand la langue de son amant inconnu parcourait son clitoris et qu'elle gémissait ou quand il roulait le bout de ses seins tendus sous ses doigts et qu'elle se cambrait pour mieux les lui offrir? Est-ce quand ils se sont retrouvés allongés l'un à côté de l'autre en train de tourner vertigineusement sur la même orbite, sa main à lui posée sur son ventre apaisé, la sienne sur son sexe détendu? Est-ce quand elle l'a regardé une dernière fois alors qu'elle prenait l'ascenseur avec Pierre et qu'elle a senti la déchirure qui se produisait quelque part en elle en percevant le regard désolé de cet homme avec qui elle avait désiré à la fois revivre et s'anéantir?

Puisqu'elle n'arrive pas à le déterminer, c'est que tous ces moments ont été les jalons, pense-t-elle, qui l'ont conduit à cette évidence que c'est fini entre elle et Pierre, qu'elle va commencer une autre vie sans lui et pourquoi pas peut-être avec cet inconnu dont l'empreinte sur son corps, sur son esprit, sur son cœur est indélébile.

Le reste n'est plus que de l'intendance, de la mise au point d'éléments matériels d'une nouvelle organisation de leur vie quotidienne séparée, à elle et à Pierre.

 

 

 

Tag(s) : #Principe de précaution, #Nice city

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :