Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

Aujourd'hui retour à Nice city    

les-feuilles_m-en_tombent-copie-1.jpg    

 

Principaux personnages de Nice city.

 

 

Nice city, une ville qui s'alanguit autour d'une baie, éventrée par une voie ferrée et une voie rapide qui ne réussissent pas la nuit à lui ôter toute sa séduction.

 

Blaise Pascal, dont les « Pensées »surplombent un grand nombre des personnages de ce récit.

 

Myriam, une rom en rupture avec sa communauté et la société qui s'est décidée à vivre avec Chaval qui l'a séduite par sa désespérance narquoise.

 

Chaval, médecin légiste abandonné par sa femme Marthe qu'il aimait à cause de sa profession de médecin légiste.

 

Bouchard, capitaine de police aspire à devenir le compagnon de Sarah Rouihi.

 

Sarah Rouihi, juge d'instruction très attirée par Bouchard mais perturbée par la tentative d'assassinat perpétrée contre elle par son ancienne compagne Marcia Nogueira.

 

Mohand Rouihi, ancien officier de l'armée Française vit seul depuis la mort de sa femme. Il est le réconfort de sa fille, Sarah.

 

Monsieur Avrahamsky, lit le passé et l'avenir dans les nombres, mort mystérieusement en apprenant la mort de son frère.

 

Madame Avrahamsky, son épouse aux requêtes de laquelle il ne pouvait résister.

 

Marie Toulouseune jeune femme, dont la police finit par conclure qu'elle ne s'est pas suicidée mais qu'elle a été assassinée ainsi que d'autres jeunes femmes par un tueur en série.

 

Madame et monsieur Toulouse, parents de Marie et Mireille Toulouse.

 

Madame Espérandieu, la concierge qui apporte du réconfort à Marie Toulouse enceinte et abandonnée par son ami.

 

Le docteur Jean-Dominique Merveille, qui accepte de pratiquer une IVG sur Marie Toulouse. Un temps l'amant de celle-ci.

 

Gorf, un cracheur de feu, un temps soupçonné et arrêté pour le meurtre de Marie Toulouse.

 

Ulisse Del Valle,un peintre de la Renaissance, auteur notamment du chef d'œuvre qui représente l'intérieur de la bibliothèque de la tour de Babel à Babylone, qui possédait, affirmait Plotin de Carthage au VIème siècle de notre ère, la multitude des livres qui rassemblaient le savoir non seulement de l'époque mais de toutes les époques où grâce à son génie de la perspective il réussit à donner une image grandiose de ce que pourrait être l'infini.

 

Marcia Nogueira, croit avoir tué Sarah Rouihi, son ex-compagne et veut mourir. Elle croise la route de Marc Colondriand qui la «tue».

 

Marc Colondriand, pdg d'une entreprise d'informatique vit avec Claire Marfaly. Il est devenu par «ennui» un tueur en série.

 

Claire Marfaly, conseillère financière dans une agence bancaire, était la victime potentielle choisie par Marc Colondriand, responsable de la mort de Marie Toulouse et des meurtres d'Amanda Estébez, alias Alejandro Estébez, de Juliette Tancrédi une jeune serveuse d'un bar sur le port de Nice, ainsi que de celui de Marcia Nogueira.

 

Hèmery, capitaine de police sorte de Don Juan perpétuel, est tombé sous le charme d' Esther Landin.

 

Esther Landin, alias Esther Karsky, vient de se séparer de Borme alias Pierre Karsky. Elle tente de « retenir » Hèmery. Elle est devenue "l'amie" de Mireille Toulouse.

 

Pierre Karsky, alias Borme professeur de lettres, spécialiste de Pascal vit à présent avec Hélène Santiago, ne peut s'empêcher de se sentir responsable de la mort de Marie Toulouse.

 

Hélène Santiago, professeurde sports, vit avec Borme, elle est une victime potentielle de Marc Colandriand qui a planifié son assassinat.

 

Gorbes, un ami de Borme a accepté d'aider sa femme, atteinte de myopathie à mourir.

 

Le juge Etienne Serbais, vit avec BernardDanglois. Il est responsable de la rétrogradation des capitaines Bouchard et Hèmery au grade de lieutenant et d'une erreur judiciaire qui l'a profondément atteint.

 

Bernard Danglois, journaliste au quotidien Nice Soir, en charge des affaires de grande délinquance.

 

Le procureur Le Cairn, ami de Chaval, Hèmery et Bouchard a obtenu la réintégration dans leur grade de capitaine de Hèmery et Bouchard, première condition pour ensuite se suicider, la deuxième étant l'élucidation des meurtres mystérieux de jeunes femmes dont nous savons à présent qu'ils ont été commis par Marc Colandriand.

 

Mireille Toulouse, la sœur de Marie Toulouse, vient d' obtenir de Charles Trossimo le bras droit du chef du gang de «l'Atlandide » la possibilité de le quitter en l' aidant à s'évader. A rencontré Esther Landin pour qui elle a éprouvé immédiatement une vive "sympathie".

 

Charles Trossimo, fiché au grand banditisme bras droit du chef du gang de « l' Atlantide » André Barcelmas

 

André Barcelmas, chef du gang de « l' Atlantide » ami d'enfance de Pierre Noglarimo

 

Pierre Noglarimo, inamovible maire de Nice city

 

André Lornois, le nouveau patron  du quotidien  NICE SOIR

 

 

 

Petit fait divers à Nice city


 

Madame Avrahamsky remonte le boulevard Gambetta en longeant le jardin Alsace-Lorraine. Elle est arrivée à hauteur de la rue Kosma et s'y engage à peine quand Borme qui se trouve sur le trottoir d'en face voit arriver derrière elle avançant à grandes enjambées un homme avec une capuche sur la tête qui la bouscule et lui arrache son sac à main. Madame Avrahamsky trébuche, manque de tomber puis se met à crier « au voleur ! ». Des passants se retournent et se dirigent vers elle tandis que le voleur prend ses jambes à son cou. Après un moment d'hésitation Borme se lance à sa poursuite. Il le voit tourner à gauche et disparaître dans la rue Guiglia. A son tour Borme en courant arrive dans la rue Guiglia. L'individu se trouve à une cinquantaine de mètres devant lui. Borme décide de lui crier « Fils de pute ! lâche ce sac ! ». Quelques passants sur les trottoirs le regardent avec étonnement. Même si le voleur court vite, Borme peut le suivre avec aisance parce que depuis quelque temps du fait de cette appréhension à la savoir courir seule qui la saisit ce matin là, il accompagne souvent Hélène dans son jogging quotidien. Il ne cherche pas vraiment à le rattraper, mais il espère qu'en l'apostrophant, en lui hurlant ses insultes il jettera le sac ou bien, qu'une patrouille de police pourra l'intercepter. Tout à sa poursuite il continue de vociférer « Tu vas lâcher ce sac, enculé ! ». Ils sont maintenant dans la rue Verdi. Le voleur la traverse brusquement, un 4X4 freine pour ne pas le heurter. Borme en profite pour couper la chaussée. Il ne se sent pas essoufflé. II continue ses insultes.

Sans doute parce que l'énergumène qui lui court après ne se fatigue pas et qu'il n'arrive pas à le distancer, le voleur se résout à jeter le sac. Un passant le ramasse et le tend à Borme. Le 4X4 arrive à sa hauteur. Le conducteur lui demande s'il veut monter. Borme est frappé par son regard sombre, il acquiesce. Quant à Marc Colandriand, il a reconnu en Borme l'homme qui depuis plusieurs semaines l'empêche de passer à l'action, parce qu'il est devenu le compagnon de cette joggeuse noire dont il a décidé qu'elle serait sa prochaine victime. Il lui demande « Je vous ramène où ? Excusez-moi de ne pas être intervenu, le temps que je range mon véhicule... ». Borme lui indique où se doit se trouver madame Avrahamsky. Il en prend la direction. Ils la trouvent assise sur un banc entourée de plusieurs personnes. D' un bar proche on lui a amené un verre d'eau. Elle est très pâle. Borme descend du 4X4. «  Merci », dit-il à l'homme dont le regard sombre le frappe une nouvelle fois. « Il n'y a pas de quoi », répond celui-ci. Borme regarde Le 4X4 qui s'éloigne. Quelque chose dans le visage de cet inconnu lui est apparu comme vaguement menaçant sous le masque de la bienveillance. Il hausse les épaules, chasse ce sentiment. Il se tourne vers madame Avrahamsky. Il lui tend son sac.

- Tenez madame Avrahamsky, voici votre sac. Vérifiez s'il ne vous manque rien.

- Ha merci.

Elle fouille le sac.

- Non, fait-elle, il ne me manque rien.

- Vous me reconnaissez madame Avrahamsky ?

- Je ne sais pas... mais je vous remercie de votre amabilité.

- Je suis monsieur Karsky, j'habitais dans votre immeuble, vous vous souvenez ?

- Mais je suis où ?

- Vous n'êtes pas loin de chez vous. Vous vous souvenez où vous habitez ?

- Oui, oui. Mais où sommes-nous ?

- Pas loin de chez vous

- Vous auriez l'obligeance de me raccompagner.

- Oui. Vous vous souvenez de votre nom ?

- Oh oui, Avrahamsky. Vous venez de m'appeler ainsi.. .mais que s'est-il passé ?

- On a essayé de vous volez votre sac. Vous vous rappelez ?

- Ah oui, mon sac. Mais il est avec moi !

- Un homme vous a bousculé et vous l'a arraché.

- Un homme me l'a arraché ?

- Oui. La tête surmontée d'une capuche...Vous vous rappelez ?

- Oui, oui, je me rappelle.

- Vous savez quel jour nous sommes ?

- Nous sommes lundi n'est-ce pas, je crois ?

- Non, pas exactement nous sommes jeudi.

- Ah oui, jeudi, puisque vous le dites ! Que d'émotions ! Je vous en prie, prévenez Monsieur Avrahamsky. Mais faites-le de telle sorte qu'il ne s'inquiète pas.

- Madame Avrahamsky, votre mari n'est plus là !

- Oui je sais qu'il n'est pas là ! C'est pourquoi je vous serais reconnaissante de le prévenir... 

Madame avrahamsky est calme à présent. Sa pâleur s'est atténuée, elle serre contre elle son sac. Elle a l'air un peu perdue.

Les pompiers ont été appelés. Ils arrivent. Ils entourent la vieille dame qui leur sourit. Elle semble de plus en plus dépassée. Le médecin demande si quelqu'un la connaît. Borme se désigne.

- Vous savez si elle a de la famille ?

- Oui mais pas à Nice.

- Je crois que le mieux est de l' hospitaliser. Elle a subi un choc. Elle est très perturbée.

- Je peux l'accompagner.

- Oui c'est le mieux. Elle a ses papiers ?

- Oui, son sac a été récupéré.

- Cela nous facilitera la tâche.

Le médecin avec Borme aide madame Avrahamsky à monter dans l'ambulance.

- N'oubliez pas de prévenir mon mari, dit-elle.

Borme fait comprendre au médecin que M. Avrahamsky est décédé.

- Nos allons le prévenir dit le docteur, ne vous inquiétez pas, tout va bien aller.

- Je ne m'inquiète pas. Que s'est-il passé, Il y a eu un accident ?

- Non, on a tenté de vous voler votre sac.

- Mon sac, ah oui, mais je l'ai avec moi !

- C'est ce monsieur qui vous l' a ramené.

Le médecin montre Borme.

- Vous le connaissez n'est-ce pas ?

Madame Avrahamsky dévisage Borme.

- Qui êtes-vous monsieur ? finit-elle par demander.

- Je suis monsieur karsky, vous ne vous souvenez pas. Un ami de M. Avrahamsky.

- Excusez-moi je ne m'en souviens plus.

- Mais vous savez qui vous êtes ?

- Voyons bien entendu ! Je suis madame....

Soudain elle a l'air complètement désemparée. Son regard est celui d'un enfant égaré qui se trouble de larmes.

- Qu'est-ce qui m'est arrivé ? Demande-t-elle angoissée.

- Rien, rien, calmez- vous madame, ce n'est rien.

- Mais je suis où, ?

- Nous allons à l'hôpital !

- Pourquoi ? Qu'est-ce qui est arrivé ?

- Rien, on a seulement essayé de vous voler votre sac. 

- Mais il est avec moi, mon sac.  vous en êtes sûr ?  

 

 

      Madame Avrahamsky


avr.jpg 

 

 

 

En suivant ce lien le récit dans sa continuité : link 


 

 

Tag(s) : #Nice city

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :