Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

 

 

 

Une des forces du candidat PS qui le propulse en haut des sondages est qu'il représente aux yeux des français la certitude d'une solution aux problèmes auxquels ils sont confrontés.

Si la France connaît une dette publique dramatique c'est à cause de la politique fiscale injuste de NS qui a consisté à faire des cadeaux aux plus riches sous la forme du fameux bouclier fiscal, bouclier qui a été supprimé ce qui n'a guère contribué à un redressement des finances... mais passons.

Donc avec plus de justice fiscale, les déséquilibres seraient supprimés. Ainsi seraient évités à une majorité d'entre nous les sacrifices que la situation exige...

Les plus riches paieraient pour nous comme autrefois l' Allemagne !

L'affaire du quotient familial illustre la difficulté d'une meilleure justice fiscale. Notre Hollande chéri n'a pas plus tôt évoqué l'idée d'une suppression ou d'une modification du quotient familial qu'une majorité d'entre nous s'aperçoit que cette meilleure justice fiscale nous mettra tous à contribution. D'où notre émoi !

En effet, pour le moment  "  Grâce au quotient familial, pour un même revenu, une famille avec enfants paye moins d'impôt sur le revenu (IR) qu'un célibataire.

 

«La philosophie du quotient familial, c'est de tenir compte du niveau de vie, différent dans les deux cas, pour calculer l'impôt », explique Jacques Bichot, président d'honneur de l'Union des familles en Europe.

Concrètement, un ménage avec deux enfants divise son revenu fiscal annuel, 60.000 euros par exemple, en trois parts (chaque conjoint apportant une part et les deux enfants une demi-part chacun). Il obtient un revenu par part de 20.000 euros, ce qui, en vertu du barème de l'IR, le place à un taux marginal d'imposition à 14 %. Il calcule alors un impôt par part (ici 1460 euros), qu'il multiplie par le nombre de parts pour obtenir l'impôt à payer, soit 4380 euros. Grâce à ce système, un ménage avec enfants bénéficie d'un taux marginal d'imposition plus bas. Par comparaison, un célibataire subirait un taux de 30 % sur son revenu de 60.000 euros. Problème: plus un ménage a un revenu élevé, plus l'avantage accordé par le quotient est important. Il existe un plafonnement de l'avantage mais il n'affecte qu'une minorité de ménages aisés. "

 

 Cependant, les réponses ci-dessous de François Fondard président de l'Union nationale des associations familiales montrent que le quotient familial doit être compris dans un ensemble qui en réduit l'injustice et surtout en démontre l'utilité.    

 

" La France est-elle championne d'Europe de la natalité grâce au quotient familial?

Dès sa création, le quotient familial avait pour vocation d'encourager la natalité. Aujourd'hui encore, les couples concrétisent leur désir d'enfant car ils savent qu'il y aura une prise en compte de cet enfant à charge. Les naissances sont réparties dans toutes les couches de la société française. La réussite de notre politique familiale tient en partie à ce dispositif. Elle s'appuie aussi sur les services et sur les prestations familiales, comme l'aide à la garde d'enfants.

Le quotient familial est-il une «vache sacrée» qui ne peut être touchée?

C'est un outil très efficace et y toucher ne me semble pas être une bonne idée. De plus, le quotient familial fait partie d'un ensemble plus large et cohérent. La France consacre environ 5 % du PIB à la politique familiale, soit 100 milliards d'euros. Pour revoir le quotient familial, il faudrait repenser toute la fiscalité de cette politique. Certes, l'urgence est d'équilibrer des comptes publics mais l'Union nationale des associations familiales préconise plutôt de retoucher l'impôt sur le revenu, qui est progressif et familialisé, de manière plus globale.

Sa suppression vous semblerait-elle injuste?

On entend beaucoup parler des familles aisées qui en bénéficient mais il faut souligner qu'environ la moitié des familles modestes aujourd'hui exemptées d'impôts y serait assujetties si l'on supprimait le quotient familial. De plus, les prestations familiales sous conditions de ressources comme les aides au logement ou l'allocation de rentrée scolaire versées aux familles modestes permettent de trouver un équilibre. In fine, ces aides sont monétairement plus importantes que la somme des réductions d'impôts liée au quotient familial pour les familles aisées. "

 

Vous avez bien lu : " ces aides (sociales aux familles modestes ) sont monétairement plus importantes que la somme des réductions d'impôts liée au quotient familial pour les familles aisées. "

 

Pour lire l'ensemble de l'article suivez ce lien :  

 

http://www.lefigaro.fr/impots/2012/01/11/05003-20120111ARTFIG00329-le-quotient-familial-dispositif-qui-reduit-l-impot-des-familles.php

 

Le problème est simple: les riches ne sont pas suffisamment nombreux ou suffisamment riches pour qu'en les mettant à contribution au-delà de toutes raisons, nous ne soyons pas appelés nous aussi à participer à cet effort d'assainissement.

Dans ce cas, il devient évident si, nous ne voulons pas trop souffrir, que le mieux soit une réduction des dépenses publiques, donc moins de...ceci et de cela...de policiers et de magistrats...de médecins et infirmières dans les hôpitaux... d'enseignants...   

- Comment ?

- Jamais !

- Vous ne semblez guère surpris de cette réaction !

- A non entendeur, comment faire entendre raison...

 

- Alors peut-être moins de militaires puisque nous n'avons pas d'ennemis...

- EEEUUUHHH....Vvvouiii !

- Puis-je faire remarquer que Les armées françaises totalisent un effectif global de 305.732 personnes, dont 240.996 militaires et 64.736 civils. Les rémunérations s’élèvent à 19,233 milliards d’euros par an, dont 14,784 milliards pour les militaires et 4,448 milliards pour les civils.

 

- Ou bien encore moins d'élus... puisque la France a avec 1 élu pour 108 habitants, 601 132  élus pour 65 millions environ d'habitants, un taux de représentation quatre fois et demi supérieur à celui des États-Unis, 497.697 élus pour 310 millions environ d'Américains, 1 élu pour 612 habitants.

- oui ! bravo !

- Puis-je faire remarquer qu'au moins 500 000 sont des conseillers municipaux qui ne touchent guère d'indemnités...

 

Nous retombons toujours sur le même problème, comme il n'y a pas assez de riches, il n'y a pas assez de militaires ni assez d'élus à supprimer pour nous éviter ce que nous cherchons désespérément à éviter, contribuer à l'effort de redressement de nos finances.

- Nous n'y échapperons donc pas !

- Que dites-vous ?

- Nous n'y échapperons pas !

- Je ne vous entends pas !

- NOUS N'Y ECHAPPERONS PAS !

- Pourquoi crier si fort , je ne vous comprends pas. Il y a quand même suffisamment de riches dans ce pays pour...

- Non justement... si vous demandez aux Français, 99,99 % d'entre eux au minimum vous diront la main bien à droite sur leur coeur qu'ils ne sont pas riches...

- Je ne vous crois pas !

- Je ne suis guère surpris, comment faire entendre raison à un non entendeur...

 

 

 

 

justice-fiscale.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :