Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

vie.jpg    

 

Je viens d'effectuer un court séjour chez mon fils aîné dans le Finistère région dont j'avais parlée dans un article précédent: Hommage à la Bretagne

Il m'a permis de découvrir ma petite fille Corentine que je n'avais connue que bébé. C'est dorénavant une petite fille qui fonce tête baissée entre les épaules droit devant elle à travers la maison ou bien au jardin et à travers la vie. De temps à autre, elle s'arrête, se baisse, ramasse un caillou si elle est sur une allée, qu'elle place dans la paume de votre main ou bien si elle est sur l'herbe, une petite fleur.

J'ai retrouvé aussi mon autre petite fille Violette qui dévale les toboggans réservés à des enfants plus âgés avec intrépidité ou bien qui escalade par l'extérieur les marches de l'escalier en bois et fer forgé de sa maison, qui s'entraîne donc à escalader la vie ou à la dévaler plus tard.

J'ai découvert ces rires complices et ces piques ironiques de mon fils et de sa femme qui disent leur bonheur de partager leur vie en préparant l'apéritif pour déguster un blanc ou un rosé frais ou bien une bière brassée à l'eau de mer dépourvue de l' amertume des bières traditionnelles et de cette amertume que nous réserve parfois la vie.

Dans le hall minuscule de l'aéroport de Quimper, j'ai vécu un moment précieux avec mon fils en prenant un café et en parlant d'homme à homme chacun à partir de sa (n'ayons pas peur des mots) sa vision du monde et de la vie. 

En le quittant j'ai tenté mais en vain de ne pas être ému.

Une heure plus tard je me suis retrouvé dans le hall 2 de l'aéroport d'Orly ouest.

J' ai aperçu une jeune femme juchée sur de magnifiques escarpins jaunes aux talons aiguilles interminables. Elle était appuyée sur un panneau publicitaire, ses cheveux cachaient son visage. Elle sanglotait. Elle disait :" Cela fait deux jours que je suis seule dans un hôtel Ibis sans nouvelles..."

Sans nouvelles de qui ? son chagrin laissait deviner que cela devait être de l'homme qu'elle aimait et qui devait la rejoindre.

A qui se confiait-elle ainsi désespérée?

A son père? sa mère? un ami? une amie? Sa soeur? 

Je me suis dirigé vers la zone d'embarquement du vol AF 6214 en partance pour Nice pour retrouver ma femme.

La vie. 

 


Tag(s) : #Vivre

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :