Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

 

 democrasseuse.jpg

 

des sous

 

devoir divin

 

 

Qu' a donné cette tentation populiste en Italie, une défaite de la gauche et  de la droite, une "victoire" du "mouvement 5 étoiles" de Beppe Grillo, dont vous avez pu voir les manifestes vidéos dans mon précédent article Après le Fukushima cahuzacien, un peu de populisme pour se défouler , puisque l' Italie n'a plus de majorité parlementaire et semble pour le moment ingouvernable.

Conclusion, même si l'on se fait plaisir ( c'était mon cas hier) en se laissant aller au "tous pourris", cela ne débouche sur rien, que de mettre tout le monde dans les pires difficultés, qu' à aggraver une situation déjà difficile. C'est bien la tentation auquel cède ce mirobolant homme politique français un temps favori des médias donc de nous, pauvres moutons que nous sommes, je veux parler de M. Mélenchon.

Un grand vaffanculo à tous ces donneurs de leçon, drapés dans leur éthique, leur morale qui n'est que celle de faire fructifier une bonne occaze et de tondre la laine sur le dos des autres pour parvenir au pouvoir et devenir lideur maximo comme le grand Chavez et, l'encore plus grand, Castro, - à tous ces partisans d'une "sixième république",  à tous ces "Silon-Yaqua et Pitucé" (hommage au regretté Guy Béart, mais pas à Konk, devenu de manière incompréhensible et répréhensible, négationniste), à tous ces Mélenchon et Consort. 

honneur (2)

basta cosi!

Attendons les décisions de président Hollande, sans impatience. Si elles déçoivent tout le monde surtout les Silon-Yaqua-Pitucé-Mélenchon-Consort c'est qu' elles seront les bonnes!

 

 

Bon, revenons à des choses plus sérieuses, c'est-à-dire à mon  modeste récit policier dont je vous rappelle les personnages : 

 

 

Principaux personnages de Nice city.

 

 

Nice city une ville qui s'alanguit autour d'une baie, éventrée par une voie ferrée et une voie rapide qui ne réussissent pas la nuit à lui ôter toute sa séduction.

 

Myriam, une rom en rupture avec sa communauté et la société qui s'est décidée à vivre avec Chaval qui l'a séduite par sa désespérance narquoise.

 

Chaval médecin légiste abandonné par sa femme Marthe qu'il aimait à cause de sa profession de médecin légiste.

 

Bouchard capitaine de police aspire à devenir le compagnon de Sarah Rouihi.

 

Sarah Rouihi juge d'instruction très attirée par Bouchard mais perturbée par la tentative d'assassinat perpétrée contre elle par son ancienne compagne Marcia Nogueira.

 

Mohand Rouihi, ancien officier de l'armée Française vit seul depuis la mort de sa femme. Il est le réconfort de sa fille, Sarah.

 

Monsieur Avramsky lit le passé et l'avenir dans les nombres, mort mystérieusement en apprenant la mort de son frère.

 

Marie Toulouse, une jeune femme, dont la police finit par conclure qu'elle ne s'est pas suicidée mais qu'elle a été assassinée ainsi que d'autres jeunes femmes par un tueur en série.

 

Madame et monsieur Toulouse , parents de Marie et Mireille Toulouse.

 

Mireille Toulouse la sœur de Marie Toulouse, vient d' obtenir de Charles Trossimo le bras droit du chef du gang de l'Atlandide le droit de le quitter en l' aidant à s'évader.

 

Madame Espérandieu, la concierge qui apporte du réconfort à Marie Toulouse enceinte et abandonnée par son ami.

 

Le docteur Jean-Dominique Merveille qui accepte de pratiquer une IVG sur Marie Toulouse. Un temps l'amant de celle-ci.

 

Gorf, un cracheur de feu, un temps soupçonné et arrêté pour le meurtre de Marie Toulouse.

 

Ulisse Del Valle, un peintre de la Renaissance, auteur notamment du chef d'œuvre qui représente l'intérieur de la bibliothèque de la tour de Babel à Babylone, qui possédait, affirmait Plotin de Carthage au VIème siècle de notre ère, la multitude des livres qui rassemblaient le savoir non seulement de l'époque mais de toutes les époques où grâce à son génie de la perspective il réussit à donner une image grandiose de ce que pourrait être l'infini.

 

Marcia Nogueira elle croit avoir tué Sarah Rouihi, son ex-compagne et veut mourir. Elle croise la route de Marc Colondriand qui la «tue».

 

Marc Colondriand pdg d'une entreprise d'informatique vit avec Claire Marfaly. Il est devenu par «ennui» un tueur en série.

 

Claire Marfaly conseillère financière dans une agence bancaire, était la victime potentielle choisie par Marc Colondriand, responsable de la mort de Marie Toulouse et des meurtres d'Amanda Estébez, alias Alejandro Estébez, de Juliette Tancrédi une jeune serveuse d'un bar sur le port de Nice, ainsi que de celui de Marcia Nogueira.

 

Hèmery capitaine de police sorte de Don Juan perpétuel est tombé sous le charme d' Esther Landin.

 

Esther Landin alias Esther Karsky, vient de se séparer de Borme alias Pierre Karsky. Elle tente de « retenir » Hèmery.

 

Pierre Karsky alias Borme professeur de lettres, spécialiste de Pascal vit à présent avec Hélène Santiago, ne peut s'empêcher de se sentir responsable de la mort de Marie Toulouse.

 

Hélène Santiago professeur de sports vit avec Borme, elle est une victime potentielle de Marc Colandriand qui a planifié son assassinat.

 

Gorbes un ami de Borme a accepté d'aider sa femme, atteinte de myopathie à mourir.

 

Le juge Serbais vit avec Etienne Danglois. Il est responsable de la rétrogradation des capitaines Bouchard et Hèmery au grade de lieutenant et d'une erreur judiciaire qui l'a profondément atteint.

 

Etienne Danglois, journaliste au quotidien Nice Soir, en charge des affaires de grande délinquance.

 

Le procureur Le Cairn, ami de Chaval, Hèmery et Bouchard a obtenu la réintégration dans leur grade de capitaine de Hèmery et Bouchard, première condition pour ensuite se suicider, la deuxième étant l'élucidation des meurtres mystérieux de jeunes femmes dont nous savons à présent qu'ils ont été commis par Marc Colandriand.

 

Madame et monsieur Toulouse , parents de Marie et Mireille Toulouse.

 

Mireille Toulouse la sœur de Marie Toulouse, vient d' obtenir de Charles Trossimo le bras droit du chef du gang de l'Atlandide le droit de le quitter en l' aidant à s'évader.

 

Madame Espérandieu, la concierge qui apporte du réconfort à Marie Toulouse enceinte et abandonnée par son ami.

 

Le docteur Jean-Dominique Merveille qui accepte de pratiquer une IVG sur Marie Toulouse. Un temps l'amant de celle-ci.

 

Le récit dans sa totalité : link    

 

 

Voila c'est fini. Il vient d'enterrer le corps de Marcia. Pendant deux jours, il a lutté pour la persuader de ne pas mourir, en lui affirmant qu' il n' avait désiré que se livrer à un jeu sexuel avec elle, qu'il ne désirait pas la tuer. Elle n'en a pas démordu. Sans Sarah, sa vie était sans objet. Sans Sarah, elle n'était plus qu'un sac vide, d'os, d'organes, de chair pêle-mêle. Il devait lui rendre ce service. Il devait aller jusqu'au bout de sa strangulation. Il devait définitivement interrompre sa respiration. Sa mort s'ensuivrait, mais il ne serait responsable que d'avoir serré son cou et puisqu'il désirait qu'elle ne meure pas, sa mort ne serait pas de sa responsabilité mais de la sienne. Elle aurait pu se débattre et se dégager, respirer, mais elle ne l'a pas voulu... Il n'est pas responsable. Elle seule est responsable, elle n'a que faire de cette vie sans vie, de cette désespérance qui pèse sur elle et l'étouffe, il ne fait que suivre cette désespérance, que s'y conformer. Il n'est pas responsable. Au bout du deuxième jour, elle est épuisée, parce qu'elle refuse de manger, de boire, que sa gorge douloureuse l'empêche presque de parler sinon d'une voix rauque qu'elle ne reconnaît plus, comme si elle avait franchi les limites de la vie, qu'elle s'aventurait dans le champ de la mort où son corps avait déjà commencé son altération.

- Je vous en prie. Allez jusqu'au bout. Je vous en prie...

Il est sur elle. Il vient de relâcher la pression sur son cou. Elle a du mal à garder son regard sur lui. Elle a une respiration tout en râles, saccadée. Il ne veut pas la tuer. Mais il est trop tard. Il est allé trop loin. Il ne peut plus revenir en arrière. Il ne veut pas la tuer. Mais il comprend qu'elle veut mourir. Qu'elle l' a choisi au hasard. Qu'elle attend ce geste ultime. Il ne veut pas la tuer. Il veut qu'elle meure puisqu'elle le désire. Il ne peut pas refuser ce qu'elle lui demande. Il ne veut pas la tuer mais elle désire mourir...

- Je vous en prie. Allez jusqu'au bout. Cela ne serra pas long. Je n'en peux plus. Encore une pression et cela sera fini. Je vous en prie. Je vous en prie! Dit dans un cri.

Il ne veut pas la tuer. Il veut qu'elle meure puisqu'elle ne désire que cela. Il faut qu'il reprenne son serrement.

Voila c'est fini. Elle a eu un dernier râle. Son corps gît inerte sous lui. Il a accompli ce qu'elle attendait de lui.

Maintenant, il doit l'enterrer. Mais il est désespéré. Il n'ose même plus songer à Claire. Il ne peut l' entraîner dans son cloaque, dans cette désespérance qui est devant lui comme un précipice. Autant il a eu du plaisir avec Amanda et Juliette, Juliette surtout autant avec Marcia, son acte n'a été pour lui qu'un supplice parce qu'il sentait que c'est sa liberté qui était en jeu. Sa liberté d'être lui-même, de faire ce qu'il voulait faire ou ne pas faire. Il a perdu cette partie. Il n'est qu' un malheureux inclus à son insu dans le plan d'un autre. Il n'est plus que ce qu'il ne veut pas être ? Il a toujours eu cette intuition en scientifique fasciné par les idées mathématiques que celles-ci existaient de toute éternité dans un autre monde et qu'il ne faisait que les redécouvrir ou se les remémorer. N'a-t-il pas la preuve aujourd'hui en étant ce qu'il ne veut pas être, qu'il est entièrement pris dans la prédestination d'un Dieu caché qui a décidé de sa damnation pour sauver d'autres âmes, selon quel plan ? Il n'a aucun moyen de le savoir et il ne peut rien faire contre. De même qu'il a découvert ces idées mathématique dans une empyrée où de toute éternité elles existent, de même il découvre la preuve de ce Dieu, par cette injustice de sa damnation. Il aura beau faire, il ne pourra plus éviter de sombrer dans l'épouvante d'être celui qui a franchi la limite entre la vie et la mort. Mais puisqu'il ne peut influer sur sa destinée, au moins peut-il l'accepter et profiter de cette vie où il n'est damné que pour après sa mort pour en savourer chaque instant comme un instant d'éternité. Il n' a plus à se préoccuper de lui dans cette vie après la mort, elle est tracée, mais dans cette vie-ci avant la mort il est seul maître, en dehors des crimes qu'il ne peut s'empêcher de commettre, d'en savourer toute la saveur et l'intensité. Sa rencontre avec Claire ne compense-t-elle pas cette damnation en lui apportant une présence de chair qui le détourne de lui-même pour se consacrer à une autre. Il doit se dégager de lui-même qui ne lui appartient pas, choisir une inconscience de vivre, d'être lui-même dans un ailleurs où cette damnation n'aura plus d'existence réelle. Cet ailleurs c'est dans les bras de Claire qu'il le trouvera où il pourra s'oublier...

Il doit redescendre à Nice. Comment pourra-t-il expliquer le fait de n'avoir pas répondu à ses multiples coups de téléphone qui se sont précipités dans les dernières heures ? Il doit trouver une explication. S'il ne peut lui dire la vérité, il désire lui faire une réponse qui en soit le plus proche.

Sur la route il est contrôlé par la gendarmerie. On lui demande souffler dans un ethylotest qui s'avère négatif. Il peut repartir. Il pleut toujours, la route est encombrée de pierrailles. A l'endroit de l'écroulement de la paroi qui les a contraint Marcia et lui, il y a deux jours, à rebrousser chemin, la chaussée est défoncée mais dégagée. Il lui reste une quarantaine de minutes avant d'atteindre Nice. Il range son 4X4 et téléphone à Claire. Il est soulagé. Elle est sur répondeur. Il lui laisse un message où il lui demande de l'excuser pour son silence, de ne pas avoir répondu à ses SMS ni à son MMS où d'une voix inquiète elle lui disait son angoisse, en concluant « Tout sera mieux que ce silence. Tu peux tout me dire, même si tu ne veux plus de moi... Je t'en prie... Contacte-moi... Je n'en peux plus... », au bord des larmes.

Il reprend la route, la mort dans le cœur. Au fond n' es-il n'est bon qu'à cela ? Faire souffrir. Faire souffrir la femme qui lui apporte la vie. Autant reprendre son projet initial, la tuer. Pour lui épargner les souffrances qu'il ne pourra s'empêcher de lui imposer.

Il ne lui reste qu'à traverser cette pluie.

 


 

Tag(s) : #Populisme, #Nice city