Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

L'affaire magnifique de l'UMP, magnifique parce qu'elle a le mérite de révéler aux citoyens ce qu'est un homme politique : un animal féroce qui ne lâche pas sa proie lorsqu'il l'a saisie dans sa gueule, est l'occasion pour moi de compléter mon modeste petit traité politique à l'usage de ceux, non-parlants, non-voyants, non-entendants, non-croyants, non-étant-par-soi qui ne voient pas midi à quatorze heure, qui ne sont pas en mesure de tondre une tortue, qui ont des chauves-souris dans le plafond, à l'usage et mésusage de chacun et de tous et vice versa, aux aigrefins et amergros et autres fripons, maladrins et coquins, qui pensent que droite et gauche c'est béret vert et casquette blanche ou vice et vertu, bonnet blanc et béret noir ou vice éperdu, chapeau melon et béret basque ou vice sans vertu,  blancs bonnets et cigognes ou lice et lassos,  qui prennent des vessies pour des panthères, qui pensent qu' à beaucoup d'ouvriers  la tâche est aisée qu'à un seul elle est encore plus aisée, qu'une porte doit être ouverte ou fermée ou vice versa. 

C'est donc des partis dont il sera question avec cette amplification de l'axiome 3, déjà présenté dans mon article :  La démocratie est le plus durable des régimes

 

 

Axiome 3) La déception est le fondement de la démocratie.



Commentaire: Que l'on se souvienne du fameux slogan «élections piège à cons».



Proposition: En démocratie les partis politiques ne divisent pas mais ils unissent les citoyens en plus ou moins grandes familles politiques que l'on peut regrouper en deux:

1)la famille de gauche qui réunit les citoyens qui pensent que la situation actuelle n'est pas satisfaisante et qu'il faut l'améliorer, voire la transformer et même la révolutionner.

2)La famille de droite qui réunit les citoyens qui pensent que la situation actuelle est acceptable et qu'elle ne peut être ni améliorée si ce n'est à la marge, ni transformée , encore moins révolutionnée.



Commentaire: Si nous sommes devant un pays qui a le génie de la division, ces deux grandes familles vont se diviser au moins en 6 partis:

1)Le parti de la gauche de la gauche qui désire la révolution. Exemple autrefois du PCF (Parti Communiste Français) en France.

2)Le parti de gauche qui désire de grandes réformes. Exemple du PS( Parti Socialiste) en France.

3)Le parti de la droite de la gauche qui désire des réformes surtout sociétales et qui se veut le grand défenseur de la laïcité. Exemple du parti radical, aussi dénommé parti radical de gauche.

4)Le parti de la gauche de la droite qui désire des réformes surtout sociétales et qui se veut le défenseur du fédéralisme à l'intérieur comme à l'extérieur. Exemple le parti dit du centre sous différente dénomination y compris parti radical de droite.

5)Le parti de droite, conservateur et favorable au libéralisme économique, sous différentes dénominations où le mot central est celui non de parti mais d'union ou de rassemblement, legs du général De Gaulle pour qui les partis étaient responsables du désastre de 1940. Exemple de l'UMP.(Union pour un Mouvement Populaire) qui a succédé au RPR (Rassemblement Pour la République).

6)le parti de la droite de la droite, qualifié d'extrême droite, nationaliste, chauvin si ce n'est ouvertement raciste. Exemple du Front national.

 

Loi n°9: Les partis de la gauche de la gauche et de la droite de la droite, tant que les élections sont libres voir loi n°2 ne peuvent accéder au pouvoir.

Commentaire: A chaque élection, leurs partisans sont donc déçus, ce qui corrobore l'axiome3.

Loi n°9bis: Si les partis de gauche gagnent les élections, il faut ajouter aux déçus des partis extrêmes les déçus des partis de droite.

Loi n°9ter: Si les partis de droite gagnent les élections, il faut ajouter aux déçus des partis extrêmes les déçus des partis de gauche.

Commentaire: A chaque élection, on a donc en démocratie, à peu de chose près, à quelques milliers de voix, au mieux à quelques dizaines de milliers de voix près, une moitié des citoyens déçus, ce qui corrobore l'axiome3, d'autant qu'il faut ajouter très vite les déçus des partis de gauche ou de droite du fait d'une action gouvernementale qui ne correspond pas aux espérances qu'ils avaient eu en votant pour les dits partis. Voir les lois n°15 et n°16 avec son corollaire et ses commentaires. 

La déception est bien le fondement de la démocratie (axiome3) et les partis y contribuent fortement parce que pour s'assurer de leur direction puisqu'ils sont un  tremplin pour accéder au pouvoir, des luttes féroces sont menées par leurs dirigeants pour en contrôler l'appareil. Ils démontrent par là-même que ce n'est pas l'avenir du pays qui est leur principale préoccupation mais le leur.

 

C.Q.F.D.

 

mal-necessaire.jpg

 

En cliquant sur le dessin vous pouvez le voir en grandeur réelle.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :