Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

 

Je souhaiterais, s'il vous plaît, rendre hommage à la Belgique , plus particulièrement à Bruxelles, à la suite d'une escapade de quelques heures avec mon fils dans ladite ville.

Et puisqu'il s'agit de Belgique donc de belges si je ne m'abuse, s'il vous plaît, quoiqu' il semble n'y avoir dans ledit pays que des flamands, des wallons et des bruxellois au genre indéfini, commençons par une histoire belge.

Venus de lille, bientôt capitale des roms, par TGV, en une trentaine de minutes nous belgerîmes à la station du midi, zuidstation, s'il vous plaît. Je me vois contraint de donner la traduction flamande sinon je risque les foudres des flamands dont la chanson de Brel «les flamingants» nous avertit qu'il n'est pas question de plaisanter avec eux: «Nazis durant les guerres et catholiques entre elles/ Vous oscillez sans cesse du fusil au missel/... Et je vous interdis d'obliger nos enfants/ Qui ne vous ont rien fait à aboyer flamand...»

Delà, nous prîmes le métropolitain, mais après un saut de puce d'une station, à la station Hallepoort, Porte de Hal,, s'il vous plaît, notre rame ne voulut plus redémarrer. Ses lumières s'éteignirent, donc si je ne m'abuse, s'il vous plaît, nous fûmes plongés dans la pénombre, tandis qu'une voix pénombreuse nous enjoignait de descendre sur le quai. Mais comment faire? Notre rame fonctionnait grâce à la fée électrique comme ses portes et il n'y avait point de dispositf mécanique d'ouverture. Nous étions comme harengs en caque, prisonniers de notre boite porteuse, devenue immobile, tandis que la pénombreuse ainsi que métallique voix, s'il vous plaît, nous enjoignait de decendre sur le quai. «Kom naar beneden vanuit de auto».

Comment descendre de cette rame sans un ouvre-boite? Le métropolitain bruxelloix n'en dispose semble-t-il pas, s'il vous plaît.

Puis un agent apparut, désemparé, mais néanmoins finalement, s'il vous plaît, efficace puisqu'il parvint à ouvrir une des portes de notre rame qui nous vomit sur le quai.

A ce moment, notre rame s'illumina et ayant retrouvé ses forces électriques repartit nous laissant, marris, s'il vous plaît, sur le quai.

Je crois l'avoir entrevue entre deux nuages se baguenaudant dans le ciel. N'oublions pas que nous sommes en Belgique et que depuis Magritte nous savons que les gens flottent dans le ciel!

 

   images (2)

 

Pourquoi pas les rames de métropolitain?

Que les sirènes sont inverses!

 

 

 images (3)

 

 

 

Et donc pourquoi les rames de métropolitain au lieu de rouler ne voleraient-elles pas?

Après cette péripétie Belge nous atteignîmes La grande place de bruxelles, certainement une des plus belles du monde avec celle de Saint Marc à venise

 

 

 

     grotemarkt-2 ondulé

 

 

 

 

En levant la tête je crus entrevoir notre rame fugueuse au-dessus de la place. Pourtant je n'avais point abusé de la Gueuze...

Non loin, l'eglise st Nicolas, à la façade plus sobre que les bâtiments de la grande place

 

 6285835-St Nicholas Church Brussels

 

 avec une double particularité qui dénote tout le génie belge 1) ses maisons accolées à ses flancs

 

 

 images (9)

 

 

2) Et surtout, surtout, tenez-vous bien, s'il vous plaît, un choeur décalé par rapport à la nef, décalement voulu par l'architecte afin de ne pas détourner le ruisseau qui ruisselait en ce lieu.

 

 images (12)

 

 

Encore un peu plus loin, enfin, s'il vous plaît, le manneken pis, 55 cm de bronze qui en ont fait un des belges les plus connus au monde avec Brel, Tintin et Magritte. Ne soyez pas déçus par la petitesse de l'objet, c'est au contraire tout le génie de son créateur, Jerôme Duquesnoy, d'avoir compris que ,plus grand, son petit pisseur aurait été victime de l'opprobe générale et certainement d'une bulle pontificale, d'une fatwa islamique ou d'un commentaire talmudique commandant sa destruction.

Bien entendu, une visite eu musée Magritte s'imposait. Là, petite déception, au lieu d'un musée dans l'esprit de Magritte, c'est-à-dire avec des colonnes tordues,un toit renversé, des escaliers se perdant dans les nuages, un musée dans lequel les œuvres les plus célèbres du maître sont présentées mais dans un décor froid et contemporain sans fantaisie et avec un didactisme inutile:

Par exemple, «The ignorant fairy» où la bougie au contraire de chez Georges de la Tour qui diffuse une lumière douce et chaude ne diffuse qu'une lumière noire

 

 

 images (1)

 

 

 

 

 images (2)5

 

 

 

Comme par exemple n'est pas présentée «La trahison des images», l'oeuvre peut-être la plus célébre de Magritte mais une encre de chine de 1952,

 

 

 l'art et les mots108-1

 

 

 6

 

 

Qui nous saisit par son évidence: essayez de fumer un bon Amsterdamer avec cette pipe et vous m'en direz des nouvelles, s'il vous plaît.

S'il n'est pas de bonne visite sans visite d'un musée, il n'est pas de bonne visite sans satisfaction du plaisir papillaire.

Je vous conseille donc, un passage à «la Bécasse» estaminet perdu au fond d'un sombre couloir où vous dégusterez un pichet de Lambic en mangeant une tartine de fromage blanc accompagnée de radis craquants et d'échalotes débités en cube. Comme dessert ou goûter je vous conseillerais une gaufre bruxelloise plus grande que la liégeoise avec son chocolat noir surmonté de crème chantilly!

S'il vous plaît!

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :