Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

Aujourd'hui retour à Nice city.

D'abord ses personnages :


 

 

Nice city, une ville qui s'alanguit autour d'une baie, éventrée par une voie ferrée et une voie rapide qui ne réussissent pas la nuit à lui ôter toute sa séduction.

 

Blaise Pascal, dont les « Pensées »surplombent un grand nombre des personnages de ce récit.

 

Myriam, une rom en rupture avec sa communauté et la société qui s'est décidée à vivre avec Chaval qui l'a séduite par sa désespérance narquoise.

 

Chaval, médecin légiste abandonné par sa femme Marthe qu'il aimait à cause de sa profession de médecin légiste.

 

Bouchard, capitaine de police aspire à devenir le compagnon de Sarah Rouihi.

 

Sarah Rouihi, juge d'instruction très attirée par Bouchard mais perturbée par la tentative d'assassinat perpétrée contre elle par son ancienne compagne Marcia Nogueira.

 

Mohand Rouihi, ancien officier de l'armée Française vit seul depuis la mort de sa femme. Il est le réconfort de sa fille, Sarah.

 

Monsieur Avrahamsky, lit le passé et l'avenir dans les nombres, mort mystérieusement en apprenant la mort de son frère.

 

Madame Avrahamsky, son épouse aux requêtes de laquelle il ne pouvait résister.

 

Marie Toulouse,une jeune femme, dont la police finit par conclure qu'elle ne s'est pas suicidée mais qu'elle a été assassinée ainsi que d'autres jeunes femmes par un tueur en série.

 

Madame et monsieur Toulouse, parents de Marie et Mireille Toulouse.

 

Madame Espérandieu, la concierge qui apporte du réconfort à Marie Toulouse enceinte et abandonnée par son ami.

 

Le docteur Jean-Dominique Merveille, qui accepte de pratiquer une IVG sur Marie Toulouse. Un temps l'amant de celle-ci.

 

Gorf, un cracheur de feu, un temps soupçonné et arrêté pour le meurtre de Marie Toulouse.

 

Ulisse Del Valle,un peintre de la Renaissance, auteur notamment du chef d'œuvre qui représente l'intérieur de la bibliothèque de la tour de Babel à Babylone, qui possédait, affirmait Plotin de Carthage au VIème siècle de notre ère, la multitude des livres qui rassemblaient le savoir non seulement de l'époque mais de toutes les époques où grâce à son génie de la perspective il réussit à donner une image grandiose de ce que pourrait être l'infini.

 

Marcia Nogueira, croit avoir tué Sarah Rouihi, son ex-compagne et veut mourir. Elle croise la route de Marc Colondriand qui la «tue».

 

Marc Colondriand, pdg d'une entreprise d'informatique vit avec Claire Marfaly. Il est devenu par «ennui» un tueur en série.

 

Claire Marfaly, conseillère financière dans une agence bancaire, était la victime potentielle choisie par Marc Colondriand, responsable de la mort de Marie Toulouse et des meurtres d'Amanda Estébez, alias Alejandro Estébez, de Juliette Tancrédi une jeune serveuse d'un bar sur le port de Nice, ainsi que de celui de Marcia Nogueira.

 

Hèmery, capitaine de police sorte de Don Juan perpétuel est tombé sous le charme d' Esther Landin.

 

Esther Landin, alias Esther Karsky, vient de se séparer de Borme alias Pierre Karsky. Elle tente de « retenir » Hèmery.

 

Pierre Karsky, alias Borme professeur de lettres, spécialiste de Pascal vit à présent avec Hélène Santiago, ne peut s'empêcher de se sentir responsable de la mort de Marie Toulouse.

 

Hélène Santiago, professeurede sports, vit avec Borme, elle est une victime potentielle de Marc Colandriand qui a planifié son assassinat.

 

Gorbes, un ami de Borme a accepté d'aider sa femme, atteinte de myopathie à mourir.

 

Le juge Etienne Serbais, vit avec BernardDanglois. Il est responsable de la rétrogradation des capitaines Bouchard et Hèmery au grade de lieutenant et d'une erreur judiciaire qui l'a profondément atteint.

 

Bernard Danglois, journaliste au quotidien Nice Soir, en charge des affaires de grande délinquance.

 

Le procureur Le Cairn, ami de Chaval, Hèmery et Bouchard a obtenu la réintégration dans leur grade de capitaine de Hèmery et Bouchard, première condition pour ensuite se suicider, la deuxième étant l'élucidation des meurtres mystérieux de jeunes femmes dont nous savons à présent qu'ils ont été commis par Marc Colandriand.

 

Mireille Toulouse, la sœur de Marie Toulouse, vient d' obtenir de Charles Trossimo le bras droit du chef du gang de «l'Atlandide » la possibilité de le quitter en l' aidant à s'évader.

 

Charles Trossimo, fiché au grand banditisme bras droit du chef du gang de « l' Atlantide » André Barcelmas

 

André Barcelmas, chef du gang de « l' Atlantide » ami d'enfance de Pierre Noglarimo

 

Pierre Noglarimo, inamovible maire de Nice city

 

André Lornois, le nouveau patron  du quotidien NICE SOIR

 


 

Puis la suite des Requins de la baie des Anges  Les requins de la baie des anges

 


 

Lorsqu'il est remis de son « accident » André Lornois invite Bernard Danglois sur son yacht. Il lui apprend qu'il a l'intention de se présenter aux élections municipales et qu'il a besoin des informations que le journaliste a pu obtenir pendant ses enquêtes particulièrement en ce qui concerne Pierre Noglarimo. Bien entendu, il aura dorénavant toute latitude pour les publier sur Nice Soir.

- Vous savez, cela risque de faire des vagues !

- Tant mieux ! Vous me connaissez, je n'ai pas peur de la grosse mer !

- Non seulement, nous avons les abus de biens sociaux classiques, les détournements de fonds publics à des fins privés mais aussi le recyclage d'argent sale, sans compter plusieurs magistrats et policiers compromis ainsi qu' un grand nombre des membres d'une des principales loges maçonniques de la région!

- Alléchant !

- Oui. Mais vous le savez, je risque ma vie dans ce déballage ! Mon accident... plus j'y pense et plus je suis persuadé que c'est une mise en garde musclée pour que je laisse sous le boisseau mes découvertes.

- C'est pourquoi nous devrons agir avec prudence et que nous devons élaborer un plan qui au début ne semblera révéler rien de trop grave et apparemment ne pas mettre en cause le maire actuel. Au besoin ces articles ne seront pas signés ou de divers pseudonymes...

- Ce sera plus sûr. Mais je ne suis pas seul en cause.. Il y a aussi mon ami...

- C'est-à-dire ?

- Je vis avec Etienne Serbais...

- Le juge d'instruction en charge de l'affaire du « Store 66» et de l'évasion de Charles Trossimo ?

- Oui.

- Je ne savais pas que, excusez-moi, vous étiez homosexuel.

- Cela vous dérange ?

- Non, pas vraiment. Mais cela vous rend plus vulnérable encore.

- C'est ce que je pense dans cette ville de machos méditerranéens !

- Raison de plus pour agir de telle sorte que les dénégations à vos informations par ceux mis en cause, les renforce et par auréoles concentriques finissent par incriminer le maire et le discréditer...

- Vous croyez que ces écuries d' Augias peuvent être lavées ?

- Peut-être pas ! Mais ce qui importe c'est que je sois élu maire ce qui me donnera les moyens de finir le travail...

- Qui me dit que vous ne ferez pas comme tous les autres. Une fois au pouvoir, vous oublierez vos promesses et vous vous enfoncerez dans le bourbier de la compromission générale de la région.

- Je suis riche ! Si je fais de la politique ce n'est pas pour m'enrichir !

Les deux hommes se taisent. Bernard Danglois admire le yacht toutes voiles déployées qui file grand largue vers la baie de Saint-Tropez. Le soleil a dépassé son zénith et fait scintiller la mer. Des dauphins accompagnent l'étrave du bateau et l'aident à se frayer la voie en fendant l'eau dont la déchirure s'élargit dans deux grandes gerbes de blé blanc.

- C'est magnifique n'est-ce pas ! S'exclame André Lornois. Vous comprenez pourquoi je désire vivre ici ! Depuis tout jeune... Cela a été le rêve de ma vie ! Quand Brigitte Bardot était la reine de Saint-Tropez !

Finalement c'est ce qui séduit Bernard Danglois dans le personnage, cet enthousiasme juvénile, un peu naïf, cette spontanéité d'un homme incapable de croire à l'échec de quelque entreprise dans laquelle il a décidé de se lancer et qui réussit le plus souvent, même s'il a essuyé quelques revers dont un l'a conduit il y a des années en prison !

- Oui une telle beauté dans laquelle se cache le pire de l'homme et de la politique.

- Cela vaut le coup d'essayer d'y mettre un peu d'ordre...

- Oui... quoique...

- Quoique ?

- La vie humaine ici n'a pas une importance très grande...

- Nous sommes quand même en France en république !

- Loin de la capitale, avec la tête de pont de Monaco et l'habitude de la mafia de vouloir y recycler son argent sale. Des hommes comme Charles Trossimo n'ont aucun scrupule pour tuer. Je soupçonne d'ailleurs sa main dans la mise à mort d'André Barcelmas dont il passait pour le bras droit mais qui en fait depuis quelques années n'était que son, entre guillemet, paravent. Mon « accident » aussi est son œuvre. ( Bernard Danglois refait avec ses mains le signe qui correspond à entre guillemets). S'il avait voulu me tuer je serai déjà mort... Il a voulu donner un avertissement à mon ami qui instruit l'affaire dans laquelle il est impliquée comme pour lui dire de lever le pied dans son enquête à charge contre lui...

- Vous pensez qu' en mettant mes pieds dans cette ville je prend des risques ?

- Sans aucun doute ! Non seulement vous mais votre famille. Charles Trossimo est un tueur mais intelligent. Il sait comment passer outre aux courage des gens qui se mettent en travers de sa route. Ainsi, en s'en prenant à moi, il joue sur l'inquiétude de mon ami dont je n'exclue pas que pour moi, il ne poursuive plus ses investigations jusqu'à leur terme et vice versa. Il ne vous visera pas directement mais ceux que vous aimez...

- Je ne vais qu'en même pas reculer à la première menace...d'autant que j'ai eu l'occasion de fréquenter Charles Trossimo quand dans les années 80, j'étais le président de l'OGCN... avant de revendre le club... et de le racheter aujourd'hui !

- Alors assurez vous de la protection de vos proches ou bien ne vous mettez pas en travers de sa route.

- C'est entendu mais comment ?

- Il y a un moyen.

- Lequel ?

- Charles Trossimo avec ses commanditaires contrôle les deux grandes sociétés de protection et de transport de fonds de la région. Si une fois maire, vous ne remettez pas en cause les contrats de la ville avec ces sociétés, si de plus vous recourrez pour la protection de vos proches et de vos biens à celles-ci vous serez tranquille...

- Donc dés le début si je vous comprend bien, je devrais me satisfaire de cette compromission et me satisfaire de marcher dans les pas de Pierre Noglarimo ?

- Comment faire autrement si vous voulez préserver vos proches ? A moins que...

- A moins que ?

- A moins que vous preniez tous les risques pour vous et vos proches ! Mais vous croyez que cela en vaut la peine ?

- Pour moi oui, pour eux , non bien entendu !

- C'est donc bien à vous de décider si vous continuez ou si vous arrêtez !

- Arrêter jamais ! Pour le moment nous allons suivre le plan de mise en cause du maire. Pour la suite j'aviserai...

- Sachez cependant que vous, nous n'avons pas le choix... J'aime Etienne, le perdre serait pour moi comme ma mort annoncée...comme pour lui... comme pour vous... celle de vos proches. Charles Trossimo n'a rien à perdre. Il ira jusqu'au bout. L'assassinat d'André Barcelmas est le premier signe de sa volonté déchaînée d'être le maître de cette ville. Il a cet avantage qu'il n'a personne à qui il tienne au contraire de nous... il a l'avantage que le meurtre est pour lui un moyen naturel pour parvenir à ses fins.

- Vous pensez qu'il est si intouchable ?

- Oui. Il me semble qu'il est tout entier en proie à sa volonté de tuer, qu'il lui a lâchée entièrement prise...

- Qu 'est-ce qui vous fait dire cela ?

- L'affaire du « Quai 66 » où il n'a pas hésité à tuer le patron mais aussi ses deux fils, alors qu'il est de notoriété publique, qu'André Barcelmas voulait un arrangement ! Et ensuite l'exécution de ce dernier pourtant son ami d'enfance avec Pierre Noglarimo.

- Il ne m'était pas apparu aussi résolu il y a des années ! Il me semblait plutôt avoir soif d'une certaine respectabilité, qu'il était en passe d'obtenir en  légalisant, entre guillemets, comme vous dites ses affaires. AndréLornois reprend le geste du journaliste pour mimer le signe entre guillemets.

- A l'époque il se tenait en retrait de Barcelmas, lui-même en retrait de Noglarimo !

- Il aurait évolué ? Pourquoi, cette prise de risque ? Pourquoi ce retour à la case départ du grand banditisme sans chercher la respectabilité ?

- Ici, je pense qu'il faut penser à son milieu d'origine. La pauvreté, un père puis une mère alcooliques. Un enfant battu, et d'autant plus qu'il cherchait à protéger sa mère qu'il a finie par mépriser parce qu'elle n'avait pas su réagir et s'était laissée aller à la boisson. Une vision de la société bourgeoise à laquelle il n'avait pas accès par son envers et les sbires chargée de sa défense contre ceux, comme lui, qui n'étaient pas de son monde et qui cherchaient à en acquérir des parcelles de son bien-être. Songez qu'il n'a cessé d'avoir maille à partir avec la justice dès son plus jeune âge ! Qu'il a fait de multiples séjours en prison qui l'ont endurci ! Devenu boucher aux abattoirs, il a été recruté par le parrain de l'époque comme homme de mains pour mettre à la raison tous ceux, restaurateurs, patrons de boite qui refusaient sa protection. Il est monté en grade. Dans certaines des clubs privés gérés par la pègre, il a pu observer, puisqu'il était devenu le responsable de leur sécurité le comportement de toute une jeunesse dorée à qui il livrait la drogue, qui pouvait se livrer à toutes les perversités possibles et qui, les rares fois où la police mettait son nez dans leurs affaires, sortait indemne de toute inculpation comme par miracle ! Il y a de quoi comme les jeunes des banlieues disent avoir la haine. Il l'a longtemps contenue. Maintenant, il ne la contient plus !

- On dirait que vous avez une certaine indulgence pour le personnage comme de la compréhension... peut-être...

- Non, jamais de la vie ! Pas de l'indulgence... pour un homme qui menace la vie de celui à qui je tiens le plus au monde... mais comprendre, ce n'est pas approuver ! Notre seule chance est qu'il soit assassiné par la mafia qu'elle soit italienne ou la nouvelle, russe, ce qui est une probabilité, vu sa violence. Mais il a déjà pris les devants en incendiant la villa d'un des potentats russes les plus en vue à Villefranche. De plus il s'est constitué une garde rapprochée grâce à celui qui est devenue son âme damnée Georges Lahraoui qui a recruté ce qu'il y avait de pire dans les quartiers chauds de Montpellier à Nice en passant par Marseille et Toulon !

- Je vois. Il ne nous reste plus qu'à nous servir de cette violence pour discréditer la politique de sécurité du maire. Pour le reste j'aviserai …

- C'est-à-dire ?

- Nous ferons la part des choses et nous gagnerons du temps en espérant que les loups se dévoreront entre eux !

- C'est la partie la plus sûre de votre plan ! Laisser au temps le temps de régler le problème Trossimo !

- N'est-ce pas ?

 

 

 

Le récit dans sa continuité : link

 

 

 larmes.jpg

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Nice city

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :