Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

Première évidence :

En période électorale, tout candidat qui ne prônera pas une augmentation des salaires et notamment du smic (salaire minimum interprofessionnel de croissance) aura peu de chance d'être élu.

Quelques chiffres, excusez cette cuistrerie, puisque les impressions psychologiques surpassent de beaucoup les réalités chiffrables, que l'économie c'est plus de la psychologie que seulement des réalités économétriques.

Le revenu disponible des Français a augmenté de 0,6% en 1999, de 2% en 2000, de 3,5% en 2011, le pouvoir d'achat compte tenu de l'inflation a augmenté de 1,3% en 1999, de 0,8% en 2000 et de 1,3% en 2011.

Or nos citoyens français broient du noir et sont persuadés que leur situation économique a empiré, du coup ils ne savent plus à quel saint se vouer et surtout pas aux partis politiques, aux syndicats, aux experts, encore moins à Sarkozy, ni même un comble! à moi.

Comment expliquer ce sentiment ? plusieurs raisons :

1) Parce qu'ils sont sensibles, même très sensibles à certains prix, par exemple ceux de l'énergie et notamment de l'essence et du gazole qui ont fortement augmenté.

2) Parce qu'ils constatent une paupérisation de leur société, le nombre des pauvres a bondi, il est de 8 millions en 2011.

3) Parce qu'il y a une "smicarisation" de l'échelle des salaires, favorisé par un dégrèvement fiscal ( qui coùte 20 milliards d'euros à l'état) pour les entreprises qui emploient des salariés au smic qui est environ de 1300 euros, (un des plus élevés en Europe).

4) Parce qu'ils constatent que relativement aux 0,1% de leurs concitoyens les plus riches voire aux 0,01% d'entre eux, leur augmentation de pouvoir d'achat est misérable. On leur mendie une augmentation de salaire de 3 euros mensuels alors que le moindre PDG ou le moindre Pinot-simpleflic ou la moindre liliane-bienencours gagnent en une seconde ce qu'ils ne gagneront pas en une vie ni même en 4 vies.

5) Enfin parce qu'on ( les grands merdias) ne cessent de les accabler de soi-disant informations plus mauvaises les unes que les autres !

Comme je le disais en préambule, la tentation est forte de dire aux Français qu'il faut augmenter les salaires,qu'il faut revenir à la bonne recette keynesienne de la "relance par la consommation" ! Cela permet aux bobos-intellectuels-économistes, aux classes-moyennes-supérieures-de-gauche qui soutiennent cette augmentation de se donner une bonne conscience : il y a un remède miracle, sans douleur  pour raser gratis demain tout le monde même les plus pauvres sans perdre ses avantages !

Or, c'est comment dire, je n'ose, je cherche un euphémisme, aidez-moi que diable !, impossible n'est pas français, donc je ne peux utiliser cet adjectif, j'utiliserai cette paraphrase, ce n'est-pas-trop-complètement-présentement-à-court-terme-envisageable-à-moins-que.

- Pourquoi espèce de mauvais bougre qui continuait avec les zôtres à démoraliser nos gentils concitoyens ?

A cause d'une situation caractérisée par la fameuse équation DB+DC+DP=PG; Je rapelle à ceux qui ne suivent pas mon blog que 1) qu'ils ont tort, 2) que DB = déficit budgétaire, que DC= déficit commercial, que DP= dette publique et que PG = paupérisation générale.

Notre augmentation de revenu disponible, de pouvoir d'achat depuis 1999 et bien avant, est financé par l'augmentation de notre dette, puisque notre économie n'est pas compétitive comme le montre notre déficit commercial. Le déficit commercial de la France est dû au fait que nous achetons plus que nous vendons. Si nous n'arrivons pas à vendre pour financer nos achats, c'est parce que nos produits ne sont pas "vendables", soit parce qu'ils ne sont pas les bons ou parce qu' ils sont technologiquement dépassés. Ce qui est le résultat d'un manque d'investissement, l'endettement de notre économie ayant servi non à la recherche mais à notre augmentation de pouvoir d'achat. Vous voyez que nous ne devons pas 1) nous moquer des Grecs et que 2) si nous avions disposé d'une règle d'or nous n'en serions pas là !

Mais me direz-vous pourquoi ne pas continuer comme avant ?

Parce que notre dette publique se rapproche dangereusement de la fameuse barrière des 90% du PIB; une fois cette barrière franchie, les banques ne nous font absolument plus confiance, notre note se dégrade de AAA en AAB,ABB,BBB et c'en est fait, la dette se nourrit d'elle-même, puisque nos taux d'emprunt croissent et deviennent insoutenables, la dette inremboursable, c'est la boule de neige, la paupérisation générale !

Que faire ? Essayer de tenir les deux bouts de la ficelle : 1) ne pas d'un coup brutalement se lancer dans un plan d'austérité cependant très nécessaire mais recentrer nos dépenses sur la recherche et la compétitivité de notre économie 2) ne pas faire de relance par la consommation qui ne ferait qu'accroître notre DC ( déficit commercial) à l'avantage de l'Allemagne, du Japon, de la Chine. 3) se concentrer sur nos PME et non nos entreprises du CAC 40 qui ont cette fâcheuse stratégie de délocalisation inaugurée par Steve Jobs qui a créé grâce à Apple 50000 emplois aux Etats-unis et un million en Chine en délocalisant sa production. Par conséquent avoir une politique fine, complexe, faite de détours et méandres ( voire de TVA sociale comme en Allemagne, notre protection sociale étant assurée non plus uniquement par nos salaires et nos entreprises, ce qui baisserait le prix de nos produits exportés mais par les pays importateurs dont nous consommons beaucoup de produits qui seraient augmentés de cette TVA sociale, de ce fait moins compétitifs) sans perdre de vue que les investissements d'aujourd'hui sont les emplois de demain, que ce sont nos enfants qui nous ont confié le devoir de créer leurs emplois.

 

 

 

autruche9

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :