Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Annonciation de l'Incarnation, du Verbe qui devient chair, de la naissance de jésus, de la chair pour souffrir... pour la mort... pour la résurrection ?

 

    ann estamp a enc

 

En suivant ce lien vous pouvez voir l'image en grandeur normale : link 

 

Ville qui bascule

 

Murs qui se déchirent

 

Débris qui tombent vers le ciel

 

Noir

 

Enchévêtrements des fils électriques

 

Crissements des voix qui hurlent

 

Feuilles froissées de corps qui flottent sur des nuages d'eau brouillée

 

Noir

 

Cloisons qui reculent

 

Ville qui tombe vers le sol froissé

 

Enchevêtrement des murs qui se perdent dans des flaques de ciel anamorphosées

 

Tuyauteries emmêlées qui éclatent

 

Noir

 

Ce n'est pas cela que j'ai voulu

 

Bras qui se tordent

 

Yeux qui deviennent sourds

 

Mots qui restent muets

 

Pourquoi cela

 

Corps qui vacillent

 

Tombent vers des nuages qui s'emmêlent

 

Dans un ciel qui fond

 

Noir

 

Chiffons qui flottent au gré

 

Bourrasques de sons

 

Cris qui rayent la surface glacée du silence

 

Flaques qui glissent

 

A quoi bon

 

Murs qui se tordent

 

Fenêtres ouvertes sur des terrils de poussière

 

Noir

 

Lente culbute sur une pente vers l'orée du rien

 

Pourquoi avoir fait cela

 

Chiffons des corps qui tombent

 

Bruits massifs des chocs dans les rues qui avancent vers l'infini

 

Noir

 

Balcons qui s'envolent dans le vent qui rappe les façades

 

Hurlements sans fin qui se perdent vers le ciel caché

 

Tremblements des voix qui appellent le silence qui s'éteint

 

Air déchiquetté qui s'embrase

 

Noir

 

A quoi bon

 

Poussière qui étouffe le cœur

 

Fenêtres qui menacent de leur regard aveugle

 

Corps en chiffons qui épousent le sol de toute leur pesanteur accumulée dans leur chute

 

Débris qui tombent en flocons gris des rues rectilignes

 

Noir

 

Plus la peine

 

Comment continuer

 

Plus la peine

 

A quoi bon

 

Retour arrière

 

Ouvrir la fenêtre

 

Ville qui bascule

 

Murs qui débordent de

 

Rues qui se redressent

 

Air qui crisse vers

 

Noir

 

Retour arrière

 

Ville qui bascule

 

Murs qui se déchirent

 

Débris qui tombent vers le ciel au-delà

 

Noir

 

Feuilles froissées des corps qui flottent dans la pesanteur

 

Tremblements des voix qui appellent le silence qui s'éteint

 

Débris qui tombent en flocons gris des rues rectilignes

 

Cris qui rayent la surface glacée du silence

 

Noir

 

Retour arrière

 

A quoi bon

 

Plus la peine

 

Corps qui épousent le sol de toute leur pesanteur accumulée dans leur chute sans fin

 

Ouvrir la fenêtre

 

Contempler une dernière fois le temps avant

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :