Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il est minuit moins cinq pour l' Union européenne
Il est minuit moins cinq pour l' Union européenne
Il est minuit moins cinq pour l' Union européenne
Il est minuit moins cinq pour l' Union européenne
Il est minuit moins cinq pour l' Union européenne

 

 

Deux lieux communs font florès entre beaucoup d’ autres vu le nombre des silon yaqua au café du commerce :

 

1) les usa ont dix ans d’ avance sur l’ Europe

2) l’Italie est un laboratoire politique en avance sur les autres états de l’ Europe ; n’ont-ils pas inventé le fascisme de moindre sinistre mémoire reconnaissons le que le nazisme son imitation diabolique.

 

A partir de cette constatation il y a de quoi être inquiet sinon pessimiste :

 

a) les américains ont élu malgré un système politique structuré pour empêcher l’ élection d’un candidat populiste, puisque le président n’est pas élu au suffrage universel direct mais au suffrage indirect fondé sur un suffrage universel états par états où il importe de remporter le plus grand nombres d’ états et non d’ avoir le plus de voies au niveau national, ( rappelons que madame Clinton a eu de 2 millions de voix de plus que Trump), ont élu justement un populiste de la pire espèce, grossier, brutal cynique en bon milliardaire qui se respecte, justifiant cet autre lieu commun du café du commerce que toute fortune se construit sur le cynisme, la brutalité et pire encore…

 

b) les italiens ont mis fin aux espoirs suscités par Mattéo Renzi de réformer leur pays et le sortir de la crise larvée qui l’ englue et désespère les jeunes italiens en en faisant des immigrés cherchant un espoir hors de leur patrie. Il viennent aux dernières élections de choisir de donner la majorité à une alliance populiste de la droite fasciste et de la droite modérée.

 

Dans les deux cas les problèmes migratoires et un libéralisme incontrôlée permettant à la Chine de pratiquer un dumping commercial sauvage et à la république fédérale d’ Allemagne une politique agressive de type colbertiste se traduisant par des excédents commerciaux trop importants vis à vis de ses partenaires, mettant à mal tout un pan des économies américaines et européennes,

ont joué un rôle déterminant.

 

Pour nous français, le cas italien est éclairant puisque que le désamour vis à vis de l’ UE si amour il y a eu jamais est devenu de minoritaire majoritaire.

A juste titre.

L’Europe a laissé pratiquement seuls les italiens face à la crise migratoire qui ne fait que commencer, à laquelle nous européens vieillissants nous sommes confrontés, pour le moment moins directement que les italiens et qui ne sera résolument dignement que si l’ UE se révèle capable d’ une politique migratoire commune, distinguant soigneusement entre les vrais demandeurs d’ asile fuyant les horreurs de la guerre que nous avons le devoir d’ accueillir dignement et les autres malheureux fuyant la misère que nous devons aussi dignement accueillir mais à qui nous devons faire savoir que nous n’avons pas d’autres possibilités que de les renvoyer dans leur pays au besoin en leur fournissant un pécule pour les dédommager de leurs dépenses ou pour fonder leur petite entreprise.

A cet égard nous devons mettre en garde les tenants d’ une éthique de conviction, refusant de comprendre une politique d’ immigration fondée sur l’ éthique de responsabilité : Ils font le lit du populisme s’il empêche la mise en place de cette politique d’ immigration prônée en France par Gérard Collomb et Emmanuel Macron, d’une stricte distinction entre demandeurs d’ asile réels et demandeurs d’ asile qui peuvent parfaitement sans risque rentrer dans leur pays. Sinon dans nos pays et particulièrement en France où règnent une large pauvreté, une crise du logement et un chômage de masse, le populisme fondé sur l’ anti-européanisme et l’ anti libéralisme et le sentiment d’ être abandonné par nos gouvernants triomphera négativement comme aux USA et en Italie.

Reconnaissons que Mattéo Renzi sous prétexte de réformer l’ Italie pour améliorer sa situation dégradée, a en réalité voulu mener une entreprise de concentration des pouvoirs entre ses mains qui est la tentation de tout dirigeant y compris en démocratie, (voir le « jupitérisme macronien » qui renoue avec une tradition gaullienne s’enracinant dans notre histoire royalo-napoléonienne.)

La réforme politique que Renzi défendait, constituait une sorte de quasi-coup de force anti-parlementaire.

Il s'agissait pour lui d'affaiblir le Sénat, en renonçant à son élection au suffrage universel direct, de nommer les sénateurs, de lui rendre impossible la mise en cause du gouvernement, de diminuer le pouvoir des régions dans un système qui n’est pas fédéral mais délègue des pouvoirs très importants aux régions, y compris sur le plan législatif, de supprimer les provinces, mettant à mal l'identité nationale italienne.

De plus Mattéo Renzi a focalisé l'enjeu du référendum un peu comme de Gaulle en son temps sur sa personne en oubliant que dans un pays qui a connu Mussolini qui a entraîné l’ Italie dans le désastre de la guerre, il n'était pas possible d'aller aussi vite et loin dans la réforme du régime parlementaire. Dans ces conditions, les italiens ont largement rejeté la réforme constitutionnelle conduisant Renzi à la démission.

Un leçon : la réforme, même en profondeur d'un pays, doit se faire progressivement donc être l’objet d’ une pédagogie persuadant les électeurs que c’est pour leur bien et non pour le bien du président du conseil qu’une telle réforme est entreprise.

Ainsi même si les ordonnances voulues par le tandem Macron /Philippe pour certaines réformes ne sont pas un déni de démocratie parlementaire, il n’ en reste pas moins qu’il y a une probabilité pour que in fine les citoyens comme en Italie se sentent déposséder de leur pouvoir et rejette les réformes proposées, si le recours aux ordonnances devenait systématique, ce qui n’est pas le cas, reconnaissons le, de plus heureusement nous sommes dans une société où les réformes entreprises sous le quinquennat précédent et amplifiées sous l’ actuelle présidence commence à porter leur fruit et à inverser la courbe du chômage.

Néanmoins si le tandem Macron /Philippe échouait, le risque, beaucoup de français le sentent, de nous retrouver dans la position italienne d’ un FN allié de la droite dure aux portes du pouvoir pour ne pas dire au pouvoir accentuant la fracture en France entre les tenants de cette alliance et ses opposants, avec en plus cerise sur le gâteau, le danger de la dissolution de l’ UE appelée par tous les populistes de l’ Europe, et par conséquent la porte ouverte aux ambitions nationales qui ont mis par deux fois l’ Europe au XX ème siècle à feux et à sang est

sinon improbable

pas impossible.

Ps

Une autre condition indispensable pour éviter ce scénario catastrophe dont une première pierre vient d' être posée en Italie est bien entendu que les musulmans réforment leur religion pour en faire une religion d' ouverture et non de fermeture, d' intolérance et de meurtres. A cet égard le fait que la proclamation de la mosquée de Paris  n'a eu que très peu d' écho dans le monde musulman n'est pas encourageante.

Je vous renvoie à mon traité théologico-philosophique :

https://fr.scribd.com/document/300824228/Traite-Theologico-Philosophique-sur-l-Islam

et à mon article :

http://www.autruchement-dit.com/2017/04/la-proclamation-de-la-mosquee-de-paris-pour-un-islam-ouvert-sera-t-elle-suffisante-pour-empecher-la-resistible-progression-d-un-isla

 

 

Il est minuit moins cinq pour l' Union européenne
Tag(s) : #Immigration, #Islamisme, #Islam, #Mondialisation, #Populisme