Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Paroles de femmes violées

« j'étais soûle, fatiguée, je ne voulais pas, il me semble même l'avoir dit, peut-être très doucement, à voix basse. »

Le consentement sexuel expliqué 

 

***

« Il s'est mis sur moi, m'empêchant de bouger et j'ai eu beau lui dire que je ne voulais pas, il n'en a pas tenu compte. »

« Je me suis sentie mourir encore une fois. »

« Je ne bougeais pas, j'étais plutôt inconsciente. J'ai vomi juste après. »

« Je me suis sentie déchirée, c’était horrible. »

*

« on abandonne et on a l'impression que c'est de notre faute. »

« Il s'est mis sur moi, m'empêchant de bouger et j'ai eu beau lui dire que je ne voulais pas, il n'en a pas tenu compte. »

« Je me souviens clairement d'avoir agrippé l'encadrure de la porte de la chambre pour ne pas qu'il m'y entraîne. »

*

« J'ai abandonné la lutte. »

« j’ai fini par céder »

« je l’avais cherché, il fallait y passer »

« je l’ai fait par devoir conjugal, par conformisme je suis allée jusqu’au bout »

« pour lui faire plaisir »

*

« Je sens un corps inconnu entre mes jambes, une douleur et puis plus rien. Trou noir. »

*

« Je voulais me dire que j’étais consentante, parce que je sentais que les choses pouvaient déraper, que je pouvais être violée. »

« Je me suis sentie mourir encore une fois. »

« le corps, le cœur et la tête envoient des messages contradictoires et où on ne parvient pas à dire son désarroi et où l'autre ne l'entend pas »

« Je me souviens clairement d'avoir agrippé l'encadrure de la porte de la chambre pour ne pas qu'il m'y entraîne. »

*

« Personne ne m'a dit que si je disais oui pour un baiser ou un flirt en soirée je n'étais pas obligée d'aller jusqu'au bout et que ça ne faisait pas de moi une allumeuse »

« J'étais mal,je suis allée vomir et je suis revenue comme si de rien était. »

*

« Je ne voulais pas le frapper ou me battre avec lui »

« C'est un mec costaud, il était plus fort que moi »

« J'ai en quelque sorte abandonné. »

« Jei me suis sentie mourir encore une fois. »

*

« On abandonne et on a l'impression que c'est de notre faute. »

« Je finis par lui enfiler une capote, histoire d'avoir la paix. »

« j’ai fini par céder »

« Je me suis sentie déchirée, c’était horrible. »

*

« En plein acte je me rends compte que j'ai qu'une envie, lui planter mes ongles dans le dos. Ça paraît bête mais en fait je n'avais pas envie. »
« Il s’est passé un truc pas net pour moi »

« Une position d’acceptation mutique . N’importe quelle personne bien intentionnée devinerait facilement que je n’en avais pas envie. Il ne s’en souciait pas. »

*

« Pendant longtemps, c’était trop dur pour moi d’admettre que j’avais été violée et on ne pense pas à ce mot-là quand on a 15 ans. »

« Je lui avais répondu 'je ne sais pas', il a insisté plusieurs fois, je l'ai laissé faire, paralysée. »

« Je me suis sentie déchirée, c’était horrible. »

*

« Personne ne m'a dit que si je disais oui pour un baiser ou un flirt en soirée je n'étais pas obligée d'aller jusqu'au bout et que ça ne faisait pas de moi une allumeuse »

*

« Je crois que c'est là que mon corps m'a complètement lâché. Il a refusé de se soumettre aux faibles appels que ma tête affolée essayait de lui donner… »

« Je me sentais sale et je me demandais pourquoi je m'étais rabaissée à coucher avec ce type. »

*

« Il mettait ses mains entres mes jambes , je les tenais en essayant de les lui enlever , de les lui repousser, mais je n'avais pas de force plus son poids sur moi, il a réussit malgré moi à me pénétrer de ses doigts »

« J'ai en quelque sorte abandonné. »

« J'étais mal,je suis allée vomir et je suis revenue comme si de rien était. »

*

« Il s'est mis sur moi, m'empêchant de bouger et j'ai eu beau lui dire que je ne voulais pas, il n'en a pas tenu compte. »

« J'ai essayé de crier, mais pas assez fort. J'étais paniquée, tétanisée. Son regard était menaçant, terrible, et je craignais qu'il me frappe au visage. Et j'ai été bloquée sous un homme qui pesait deux fois mon poids. »  

« J'étais tellement saoule que je n'arrivais même pas à repousser sa main, je ne pouvais que répéter “arrête… arrête… je veux pas… »
« Il m'a déshabillé et violé tandis que je gémissais “je veux pas, je veux pas” et en même temps il chuchotait “désolé, je ne peux pas m'empêcher”

« Je me sentais sale et je me demandais pourquoi je m'étais rabaissée à coucher avec ce type. »

*

«Je ne tenais pas sur mes jambes, je me souviens de sa violence, je me souviens des chocs reçus à la tête. Je ne suis qu'une poupée qui se fait guider et qui ne réagit pas. »

« Je me suis retrouvée complètement pétrifiée, incapable de me débattre. »

« Il mettait ses mains entres mes jambes , je les tenais en essayant de les lui enlever , de les lui repousser, mais je n'avais pas de force plus son poids sur moi, il a réussit malgré moi à me pénétrer de ses doigts »

*

« J'étais seule et incapable. Personne ne viendra me sauver, personne ne pensera jamais que j'ai besoin de l'être. »
« Je crois que c'est là que mon corps m'a complètement lâché. Il a refusé de se soumettre aux faibles appels que ma tête affolée essayait de lui donner… »

*

« Un jour, fatiguée de dire 3 ou 4 fois par semaine à mon mari que je n'avais pas envie, j'ai cédé. Je lui ai dit ‘fais ce que tu veux’ sans savoir que je ne lui dois rien et certainement pas mon corps »

« Je me suis sentie mourir encore une fois. »

*

« Une heure plus tard je me fais réveillée par des caresses que je refuse car je n'avais pas envie ce soir là mais il insiste je le repousse tant bien que mal. Puis il c'est mis sur moi, m'a coincé les mains et m'a violé. »

« Je sens un corps inconnu entre mes jambes, une douleur et puis plus rien. Trou noir. »

« A partir de là mes souvenirs sont flous. Je me vois pleurer en suppliant “NON”, sans avoir la force physique nécessaire pour le repousser. J'ai même vomi. »

*

« Je me suis endormie dans une chambre, et me suis réveillée quand un homme, un peu plus âgé que moi, est entré. Je lui ai dit non, plusieurs fois, mais je n'avais pas la force pour me défendre. »

« A 16 ans, dans les chiottes d'un foyer pour jeunes travailleurs délabré, par mon dealer de l'époque.
Sa queue dans la bouche, le carrelage froid dans mon dos, l'odeur de la came brûlée et du détergent bas-de-gamme… Pas d'images mais des sensations, que j'ai méticuleusement bloquées dans un coin de ma tête un ou deux ans. Réflexe de survie très probablement. »

*

« Il commence à me toucher. Je lui répète que je n'ai pas envie, il continue. Je continue à répéter “non”, “stop”, “arrête”, il m'attrape par les poignets, je n'ai plus aucune chance, j'abandonne, épuisée »

« j'étais soûle, fatiguée, je ne voulais pas, il me semble même l'avoir dit, peut-être très doucement, à voix basse. »

*

« Je sens un corps inconnu entre mes jambes, une douleur et puis plus rien. Trou noir. »

« Je sens un corps inconnu entre mes jambes, une douleur et puis plus rien. Trou noir. »

*

« Il est venu jouer avec moi dans l'eau, sauf qu'il m'a attrapé, m'a mise sur ses genoux, et a commencé à me caresser la vulve à travers mon maillot de bain. J'avais envie de pleurer, je voulais qu'il me lâche. Il m'a dit que ça lui faisait du bien. Il avait le même âge que mon grand père. »

*

« Je sens un corps inconnu entre mes jambes, une douleur et puis plus rien. Trou noir. »

« ... je ne voulais pas, il me semble même l'avoir dit, peut-être très doucement, à voix basse. »

« ... je ne voulais pas, il me semble même l'avoir dit, peut-être très doucement, à voix basse. »

*

« ... Sa queue dans la bouche, le carrelage froid dans mon dos... »

« ...Je lui ai dit non, plusieurs fois, mais je n'avais pas la force pour me défendre. « 

« ...Je lui ai dit non... »

« ...plusieurs fois... »

« ..Je lui ai dit non... »

« ...plusieurs fois... »

« ...le carrelage froid dans le dos... »

*

« Je sens un corps inconnu entre mes jambes, une douleur et puis plus rien. Trou noir. »

« ...le carrelage froid... »

« ...J avais envie de pleurer... »

« ...J’avais envie de pleurer... »

« ...de pleurer... »

« Je me suis sentie... »

« ...le carrelage froid... »

« ...mourir encore une fois. »

« ..Je lui ai dit non... »

« ..Je lui ai dit non... »

 «...non... »

« ...non... »

« ...non... »

« ...je lui ai dit.. »

« ...dit... »

« ...non... »

« ...je lui ai dit.. »

« ...dit... »

« ...non... »

*

« ... il me semble même l'avoir dit... »

«  ...l’avoir dit ...»

« ...peut-être très doucement... »

« ...très doucement... »

« ...à voie basse... »

« Je ne voulais pas. »

 « ..Je lui ai dit non... »

« ...dit... »

« ...non... »

« ...non... »

« ...Non. »


 

https://youtu.be/S-50iVx_yxU

https://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/nos-vies-intimes/20171012.OBS5907/j-ai-fini-par-ceder-on-a-tous-une-histoire-de-violence-sexuelle.html

https://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/nos-vies-intimes/20171013.OBS5985/consentement-ce-que-vos-commentaires-nous-ont-appris.html

https://coupabledemonviol.tumblr.com/

 

Paroles de femmes violées
Paroles de femmes violées
Paroles de femmes violées
Tag(s) : #Femme

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :