Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous voila de retour dans la réalité de l'empire des Sombres, c'est-à-dire dans ce monde de l'incertitude qui est aussi notre monde.

Après

Vers le bourg voisin

http://fablehaikus.over-blog.com/2013/10/voyage-dans-les-brumes-de-l-%C3%AEle-de-l-incertitude.html

L'inspection

http://fablehaikus.over-blog.com/2013/10/dans-la-toile-d-araign%C3%A9e-du-probable-incertain.html

Le protocole

http://fablehaikus.over-blog.com/2013/10/au-carrefour-des-possibles-incertains.html

Les intrus

http://fablehaikus.over-blog.com/2013/11/dans-l-empire-des-sombres.html

La digue

http://fablehaikus.over-blog.com/2013/11/dans-l-empire-des-sombres-la-digue.html

En descendant le fleuve de sable friable du temps

http://fablehaikus.over-blog.com/2013/11/en-descendant-le-fleuve-de-sable-friable-du-temps.html

Les têtes de pierre

http://fablehaikus.over-blog.com/2013/11/dans-l-empire-des-sombres-les-t%C3%AAtes-de-pierre.html

Le rêveur

http://fablehaikus.over-blog.com/2013/11/un-village-fran%C3%A7ais.html

Les pèlerins de la mer des cendres

http://fablehaikus.over-blog.com/2013/11/un-entra%C3%AEneur-%C3%A7a-compte.-avons-nous-le-bon-entra%C3%AEneur-pour-notre-pays-si-nous-avons-le-bon-entra%C3%AEneur-pour-l-%C3%A9quipe-de-france-d

Craquements dans l'empire des Sombres

http://fablehaikus.over-blog.com/2013/12/craquements-dans-l-empire-des-sombres.html

Le restaurateur des guerres anciennes

http://fablehaikus.over-blog.com/2013/12/dans-l-empire-des-sombres-le-restaurateur-des-guerres-anciennes.html

Pour mieux supporter ces jours de pluies de ce début d'année 2014 voici :

Les routes de glace

*

Comme chaque année en novembre la température baissa brutalement

Le blizzard se mit à souffler chargé de cendres

Noircissant le jour au point que les habitants de l'empire

Qui sortaient devaient se munir de lampes

*

Les établissements de luminothérapie ne désemplirent plus

On se rapprocha du pic de suicides

Au-delà du 60° de latitude nord la mer des cendres commença à geler

les routes de glace du nord purent donc rouvrir

*

Les îles perdues au milieu de la mer des cendres

Pouvaient donc de nouveau être approvisionnées

Les routes de glace furent balisées et

La noria de cargos glisseurs commença

*

Après que les pilotes aient été soigneusement sélectionnés

Tore Farésine fut fut l'un d'entre eux

Jusqu'à cette année il pilotait des cargos glisseurs

Dans les régions tempérées

*

Où la seule difficulté résidait dans les sautes de vent

Qui parfois immobilisaient pendant plusieurs jours les cargos

Les pilotes étaient alors contraints de vivre dans leur cabine

Parce qu'ils étaient responsables de leur cargaison

*

Il avait posé sa candidature pour les routes de glace du nord

Par goût du risque et parce que la paye était incomparablement meilleure

Trois ou quatre mois selon les saisons suffisaient pour gagner

De quoi vivre toute une année sans travailler

*

Il gagna donc Fartesiska le point de départ de toutes les routes de glace

C'était une ville d'entrepôts gigantesques

Dont la rue principale était bordée de restaurants, de bars et d'hôtels

Pour les pilotes du grand nord

*

Il y avait aussi des maisons du sexe bons moyens pour dépouiller

De leur pécule les pilotes de cargos glisseurs

La police était omniprésente pour éviter les désordres

De pilotes avinés ou mécontents d'avoir perdu leur solde dans

*

Une partie de poker de billard ou de bras de fer

Une bonne bastonnade et un séjour en cellule de dégrisement

Les remettait sur le droit chemin sans autre forme de procès

A l'aube ils s'empressaient de se rendre à l'office des affectations de cargaisons

*

A son arrivée à Fartesika Tore se présenta aux bureaux de l'entreprise

Pour laquelle il allait convoyer toute sorte de produits de machines de matériaux de construction

Là on lui présenta son co-pilote Pietros Vannatulios

Puisqu'il était novice sur les routes de glace il devait faire équipe avec un vétéran

*

C'était un géant bedonnant d'une soixantaine d'années

Avec une casquette en permanence vissait sur sa tête chauve

Il broya la main de Tore

Et lui annonça qu'ils devaient partir dans l' heure

*

Tore confia son bagage à la secrétaire

Et les deux pilotes se rendirent au garage où était stationné leur cargo glisseur

Le blizzard soufflait en rafales cendreuses

Dans le hangar Tore constata que leur véhicule n'en était pas à son premier transport

*

Les deux équipiers vérifièrent les patins la turbo-voile et les panneaux solaires

Puis Pietros vannatulios demanda à Tore de prendre la barre du cargo

Grâce à ses panneaux solaires l'engin avança lentement

Une fois hors du hangar le vent frappa la turbo-voile et il accéléra

*

Pietros indiqua à Tore où ils devaient effectuer leur chargement

Ils devaient charger deux énormes bulldozers

Il fallut pas moins de deux heures pour les hisser sur la plate-forme du cargo

Et les arrimer pour qu'ils ne glissent sur le plateau du cargo glisseur

*

Il y en avait pour au moins quarante tonnes

Tore demanda à Pietros si leur cargaison n'était pas trop lourde pour la résistance de la glace

Celui-ci répondit qu'ils le verraient bien

Qu'en cette période de l'année la couche de glace n'était pas des plus épaisses

*

Tore ne remarqua pas le sourire en coin de son coéquipier

Qui avait senti son inquiétude et qui malignement en vétéran qu'il était face à un bleu

N'avait pas cherché à l'apaiser au contraire

Ils avaient plus de quatre cent kilomètres à faire pour se rendre à destination

*

Soit deux jours de conduite sans s'arrêter

Excepté pour que les deux pilotes puissent se remplacer toutes les deux heures

Tore prit donc le premier quart

Il régla l'appareil de géolocalisation et le cargo s'ébranla

*

Dès qu'ils sortirent de la ville

les deux hommes découvrirent l'immensité grise de la banquise de la mer des cendres

Leur route était balisée par des balises luminescents lorsque les phares les éclairaient

Ils avaient intérêt à s'y maintenir la couche de glace

*

S'avérant au-delà des balises plus fine et par conséquent susceptible de craquer

Et de les engloutir corps et biens selon les propos de Pietros

D'ailleurs dans la progression du cargo Tore pouvait entendre des craquements sinistres

Annonciateurs lui semblait-il d'une rupture imminente de la couche de glace

*

Il serra les dents et au constat de la quiétude de son voisin

Qui avait basculé sa casquette sur les yeux pour faire un somme

Il s'efforça d'ignorer ces craquements et se concentra sur sa navigation

S'il n'avait pas eu l'appareil de géolocalisation et les balises

*

Il se serait vraisemblablement perdu dans ce désert gris uniforme et glacé

En abordant une longue courbe Tore sentit que le cargo échappait à son contrôle

Pour se mettre progressivement en travers de la route

Il eut le plus grand mal à redresser sa trajectoire

*

Il avait à peine réussi à rétablir celle-ci

Qu'il s' aperçut de la longue descente qui se présentait à lui

IL devait impérativement ralentir

Il avait pris la courbe à une vitesse un peu trop grande

*

Ce qui avait fait dériver le cargo et rendait aléatoire

Sa maîtrise dans cette longue descente

C'est à cet instant que Pietros qui en fait ne dormait pas

Lui dit de mettre légèrement le cargo en travers

*

En lui expliquant qu'il n'y avait pas d'autre cargo à l'horizon sur la route

Qu'il pouvait donc en utiliser toute la largeur

Ce que fit Tore le cargo avança en crabe

Ses patins accrochèrent la glace accentuant ses craquements

*

Mais ralentirent assez le cargo

Pour que toute menace de perte de contrôle disparaisse

Une neige cendreuse s'était mise à tomber à gros flocons

Les balais d'essuie-glace avaient du mal à l'évacuer du pare-brise

*

Tore avait la gorge sèche

Il demanda à Pietros une bière

Celui-ci décapsula la canette avec ses dents et la lui tendit

Tore apprécia le liquide qui le désaltérait

*

Il jeta un coup d'œil sur l'appareil de géolocalisation

Ils étaient sur la bonne route.

Il se traita d'imbécile intérieurement

Ils n'avaient pas croisé d'autres routes ni de carrefour

*

Il était impossible qu'il se fût égaré

Mais avancer dans cette sorte de brouillard cendreux

Où l'on ne voyait pas à plus de cinquante mètres

Lui donnait le sentiment de foncer vers l'inconnu

*

Malgré ses lunettes spéciales il commençait à avoir mal aux yeux

Il espérait bien que Pietros lui demanderait de prendre les commandes

Mais celui-ci s'était replongé dans sa somnolence affectée et

Volontairement il laissa passer l'heure de prendre son quart

*

Tore n'osa pas le réveiller il continua sa route

Elle était devenue bosselée et leur véhicule tressautait malgré ses suspensions

Ce qui risquait de provoquer un désarrimage des bulldozers

Au prochain arrêt il devrait vérifier si les lourds engins n'avaient pas bougé

*

Enfin Pietros daigna sortir de son sommeil affecté

Il poussa une exclamation de surprise

En constatant que cela faisait quatre heures que Tore conduisait

Il lui reprocha de ne pas l'avoir réveillé

*

Il avait mis ainsi en danger leur cargaison

Il serait obligé de faire un rapport

Puisque le mouchard révélerait qu'il n'y avait pas eu d'arrêt

Au bout de deux heures comme le prévoyait le règlement

*

Tore tira sur les freins mis à contre la turbovoile

Et leur cargo stoppa

L'arrêt sur ces routes de glace ne devait pas dépasser les deux minutes

Á partie de ce délai la glace risquait de céder sous le poids de leur engin

*

Ils effectuèrent leur permutation

Leur temps d'arrêt fut dépassa la minute

A cause de la vérification de l'arrimage des deux bulldozers

Rien n'avait bougé

*

Pietros prit la barre

Leur cargo s'ébroua dérapa se mit de travers

Avec aisance Pietros le redressa et accéléra

La visibilité avait encore diminué mais il connaissait sur le bout des doigts

*

Cette route considérée comme une des plus difficile

Il en avait d'ailleurs le record de vitesse depuis dix ans

Que personne n'avait pu améliorer

Tore ne put s'empêcher d'admirer sa dextérité et son audace

*

Quand il y avait une courbe il ne ralentissait pas

Mettait son cargo en travers pour la franchir sans encombre

Les patins faisaient voler des copeaux de glace

Il n'en avait cure bien au contraire au contraire un large sourire éclairait son visage

*

De même quand un véhicule se présentait sur la route

Il s'arrangeait pour faire tanguer la remorque en signe de bienvenue

Un coup de trompe le prévenait qu'il avait été reconnu

Grâce à cette figure qui était en quelque sorte sa marque de fabrique

*

La nuit était venue elle avait rendu la visibilité encore plus précaire

Malgré les puissants projecteurs additionnels allumés

Alimentés par les panneaux solaires qui avaient avaient rechargé leurs batteries

En dépit de l'absence de soleil une grande partie de la journée

*

Il était d'ailleurs impropre de parler de panneaux solaires

Puisque en fait le moindre rai de lumière qui frappait leur surface les activait

Autre avantage dans le brouillard ces projecteurs permettaient de voir arriver de fort loin

Le véhicule qui les croiserait dans plusieurs minutes grâce au halo qu' ils formaient

*

Dans la nuit le froid se fit plus intense

la température dans leur cabine chuta de plusieurs degrés

Tore aurait bien aimé augmenter le chauffage

Mais Pietros s'y opposa afin de ménager les batteries

*

Et de pouvoir s'en servir si le vent tombait ou changeait de direction

En mettant en marche les turbines de leur cargo

Pendant ses sommes Tore faisait toute sorte de cauchemars

L'un d'eux le mettait particulièrement mal à l'aise

*

Il était resté seul à bord du véhicule

Il ne savait où était passé Pietros

Son cargo était immobilisé il essayait d'en sortir en vain et constatait qu'à chaque minute

Qui passait il s'enfonçait un peu plus sous la surface de la mer des cendres

*

Une chape de glace l'emprisonnait

Sans qu'il puisse rien faire pour s'échapper

Devant le pare-brise il apercevait qu' avait commencé à s'agglutiner

Les spectres des précédents pilotes qui avaient disparu

*

A la suite du craquement de la route de glace qu' ils avaient empruntée

Il ne sortait de son cauchemar qu' au moment où

Les spectres qui avaient réussi à ouvrir la porte du cargo

Commençaient à le dévorer

*

Et qu'il les voyait arracher par pans entiers la chair de ses membres

Pietros qui avait constaté son agitation lui lançait un ironique bien dormi

Et poursuivait je suppose que tu ne veux pas prendre la barre tout de suite

De toutes façons ce n'est pas encore ton tour

*

Tore calculait que son sommeil avait été plus long que prévu

Qu'il avait laissé passer l'heure de son quart

Il proposait à Pietros de le remplacer

Mais il refusait en affirmant que cela les retarderait

*

Qu'il ne valait mieux pas

Car on avait toujours des surprises en arrivant à Tilversude

Faisait-il d'un air entendu

Tore ne lui demandait pas cette fois-ci quel type de surprise

*

Et il finissait par se rendormir malgré lui

Du fait du silence de Pietros qui lui avait signalé

Qu'il n'aimait pas qu'on lui parlât quand il conduisait et

De la monotonie du paysage cendreux dans lequel ils continuaient de s'enfoncer

*

Au cours de la nuit le vent se renforça

Projetant de gros paquets de neige sur le pare-brise

Tore se réveilla il ne distinguait plus les balises qui délimitaient la chaussée

Si ce n'est au dernier moment

*

Pietros ne ralentissait pas sûr de lui

Il est vrai que la route était dans cette partie rectiligne

Mais qu'en serait-il lorsqu'ils atteindraient le passage qui tournait

Pietros répondit qu'ils aviseraient

*

Qu' au pire l'un d'eux descendrait pour indiquer la route à celui qui resterait à la barre

Tore prit son quart

Pietros cette fois-ci ne fit pas mine de dormir

Il resta éveillé attentif à la route

*

Parfois il indiquait à Tore de pencher vers babord ou vers tribord

De son côté les balises étaient en effet plus visibles

Une ou deux fois Tore quitta la route

Pietros en observant l'appareil de géolocalisation le remit dans le droit chemin

*

Au matin la lumière fut à peine meilleure que pendant la nuit

Tore était déçu il avait compté sur le jour pour piloter plus facilement

Pietros le rassura en lui disant que pour une première fois

Il s'en sortait aussi bien que lui

*

Vers dix heures ils reçurent un message à peine audible de Tilversude

Qui leur annonçait qu'ils devaient s'attendre à quelques problèmes en y arrivant

Ils cherchèrent à obtenir de plus amples informations mais en vain

Nous devons être encore trop loin les communications passent mal fit Pietros

*

De toutes façons on a toujours des surprises à Tilversude

Et il raconta à Tore quelques mésaventures peu rassurantes

Vers midi ils croisèrent un convoi de plusieurs cargos qui filaient à toute vitesse

En ne respectant pas les consignes de distance

*

Ils sont trop rapprochés s'exclama Pietros c'est bizarre

S'il y a une règle que nous respectons tous

C'est bien celle des distances de sécurité

Personne n'a envie de plonger au sein de la mer des cendres

*

Est-ce qu'ils viennent de Tilversude demanda Tore

Cela m'en a tout l'air

En fin d'après-midi ils croisèrent un cargo arrêté

Il semblait n'y avoir personne à bord

*

Pietros intima l'ordre à Tore de s'arrêter

Le cargo courut un kilomètre sur son erre avant de stopper

Mais Pietros avait sauté bien avant l'arrêt du véhicule

Lorsqu'il descendit du cargo Tore ne le vit plus

*

Il se lança derrière lui vers le cargo arrêté

En approchant il se rendit compte qu' il commençait à s'enfoncer dans la glace

Il n'y avait personne à bord

Tore fit le tour du cargo pour retrouver Pietros

*

Il ne le vit pas

Peut-être était-il monté à bord

Ce qu'il fit malgré ses craintes de voir le cargo sombrer complètement

Pietros n'y était pas

*

Vu le danger peut-être ne s'était-il pas attardé et avait-il regagné leur véhicule

Il rebroussa chemin

Il poussa un soupir de soulagement en croyant apercevoir une silhouette

Qui lui sembla être celle de Pietros

*

Mais en arrivant au cargo il ne trouva personne

Il appela Pietros il n'eut aucune réponse si ce n'est celle des craquements de la glace

Leur glisseur commençait à s'enfoncer il devait le déplacer

Une fois qu'il jugea qu'il était suffisamment éloigné il stoppa

*

Il revint chercher Pietros dans les rafales de vent et dans la nuit qui tombait

Il avait pris heureusement une lampe

Il eut beau chercher appeler Pietros ne se manifesta pas

Que pouvait-il lui être arrivé

*

Il était inquiet il ne savait ce qu'il devait faire

Le mieux était de prendre contact avec Tilversude

Pour avoir des recommandations

Il brancha la radio mais il ne put obtenir la moindre communication

*

Il jugea qu'il ne pouvait abandonner Pietros

Il décida de faire demi tour et de revenir vers le cargo

De loin il s'aperçut qu'il avait disparu

Il avait dû sombrer

*

Il valait mieux qu'il ne s'approchât pas trop près

Il descendit de son véhicule et alla vers l'endroit où était précédemment le cargo

Déjà une couche de glace s'était reformée plus claire encore

Mais qui s'assombrissait à vue d'œil

*

Il s 'approcha au-dessous de la glace il crut discerner une ombre

Et flottant à côté ce qui pouvait être un corps

Mais il ne put en savoir plus

Il n'était que temps de regagner son cargo pour éviter qu'il ne s'enfonçât à son tour

*

Il le déplaça puis revint à pied dans un froid qu'il avait du mal à franchir

Il appela Pietros il n'obtint aucune réponse

Était-ce son ombre qu'il avait cru discerner sous la pellicule de glace

Il espérait que non

*

Il ne savait quelle décision prendre

Il tenta de nouveau d'avoir une communication avec Tilversude en vain

Il espérait qu'un cargo arriverait pour lui prêter de l' aide

Il n'en arriva pas

*

La mort dans l'âme et avec un sentiment de culpabilité

Il prit la décision de repartir avec son glisseur

D'autant qu' à cause du froid glacial il se sentait plus ses pieds

Et qu'il craignait qu'ils ne commençassent à geler malgré ses bottes thermiques

*

Plusieurs fois il songea à revenir sur ses pas

Mais la route était devenue difficile

Il ne se sentait plus la force de faire demi-tour et

Parce qu'il avait l'impression qu'il commençait à tourner en rond

*

Il lui sembla que le mieux était qu'il se rapprochât le plus vite possible de Tilversude

Peut-être pourrait-il établir une communication et

Prévenir que l'on lançât des recherches

Malgré tous ses efforts il ne put avoir de communication

*

Ce n'est que vers l'aube qu'il s'aperçut qu'il n'y avait plus de balises

Avait-il quitté la bonne route

Il vérifia sur son appareil de géolocalisation

Il était sur la bonne route

*

Il poussa un soupir de soulagement

Il commençait à avoir sommeil

Il devait lutter contre cette envie de dormir

Cela lui donnait la nausée soudain il se sentait mieux sa nausée l'avait quitté

*

Dans un sursaut il constatait qu'il venait de s'endormir quelques secondes

Il ne pourrait longtemps à lutter contre sa fatigue

Il lui fallait à tout pris se reposer

Pour cela il devait stopper son cargo

*

Mais vu son poids la glace ne tarderait pas à céder

Il ne pouvait dormir que quelques minutes

Il estima que cela serait moins dangereux que de s'endormir à la barre

Au risque d'avoir un accident

*

Il régla le réveil de l'horloge du cargo à quatre minutes

Puis il s'endormit immédiatement vu son état d' épuisement

Malgré la sonnerie tonitruante il eut du mal à émerger de son court somme

Il repartit non sans avoir constaté que la glace n'avait pas craqué d'un pouce

*

La fois suivante il s'accorda cinq minutes de sommeil

A son réveil il se rendit compte avec soulagement que la glace avait bien résisté

Il pourrait la fois prochaine augmenter la durée de son sommeil de quelques minutes

Il fut rassuré

*

Quand il dormit la fois suivante il vit Pietros

Celui-ci se trouvait près du cargo accidenté et

Lui faisait des signes qu'il ne comprenait pas

Puis qu'il identifia comme des signes d'appel

*

Mais au lieu de rebrousser chemin il continuait de s'éloigner

L' abandonnant à une mort certaine

Pourquoi accomplissait-il cette action

L'amertume qui lui glaçait le cœur le réveilla frissonnant

*

Il prit la décision après avoir cherché en vain

Á prendre contact avec Tilversude une nouvelle fois

De faire demi tour persuadé qu'il était à présent de retrouver son co-équipier

Mais il eut le plus grand mal à identifier le lieu où Pietros avait disparu

*

Il stoppa le cargo en descendit et appela

Il crut percevoir une réponse dans le lointain

Plein d'espoir il se dirigea vers le lieu d'où lui avait semblé parvenir les cris

Sa recherche anxieuse fut vaine

*

Elle avait été suffisamment longue pour que le cargo commençât à s'enfoncer dans la glace

Il eut toutes les peines du monde à le sortir de ce mauvais pas

Il alla plus loin descendit de son engin appela de nouveau Pietros

Derechef il lui sembla entendre des cris

*

Mais arrivé à l'endroit d'où ils avaient paru lui parvenir

Il ne trouva personne

La mort dans l'âme il regagna son cargo et reprit la direction de Tilversude

D'après ses calculs il pourrait l'atteindre dans 9 heures

*

Il ne voyait plus les balises de la route se succéder

Mais il ne s'en inquiétait pas

Son système de géolocalisation lui indiquant qu' il était sur la bonne route

En lui précisant qu'il atteindrait la ville au bout de 8 ou 9 heures

*

Il ne se formalisa pas de cette imprécision

Même s'il savait que ces appareils étaient d'une grande précision

Bien entendu il était tellement épuisé

Qu'il devait de nouveau s'arrêter périodiquement pour dormir

*

Il reprit courage quand son appareil de géolocalisation lui signala

Qu'il n'était plus qu'à une ou deux heures de Tilversude

Il pensa encore à entrer en communication avec la ville minière

Il ne put obtenir aucune réponse

*

Quel phénomène atmosphérique bloquait ainsi toute communication

Sans doute songea-t-il une tempête magnétique

On était dans des régions au climat excessif où se succédaient

Des événements atmosphériques hors norme

*

Enfin il crut apercevoir les premiers bâtiments de Tilversude

Il se rendit compte en avançant qu'ils étaient bien plus éloignés

Qu'il ne l'avait jugé au préalable

Et quand il fut assez proche il constata qu'en fait de bâtiments

*

Il n'y avait qu'un entassement de blocs de glace

Il vérifia sur son appareil de géolocalisation

Celui-ci indiquait qu'il était à Tilversude

Au lieu de l'entassement de bâtiments de hangars qu'il s'attendait à découvrir

*

Il n'y avait qu'une étendue de glace parsemé de blocs

Il réinitialisa son appareil de géolocalisation

Il obtint la même réponse

Il était à Tilversude

*

Il décida de pousser plus avant son cargo en vain

Il quadrilla la zone où devait être Tilversude sans résultats

Il tenta d'entrer en communication avec quelqu'un

Il n'obtint que quelques crachotements qu'il accueillit avec un espoir vite déçu

*

Il prit ses jumelles monta sur le toit de la cabine

Il n'y avait rien à l'horizon

Comme il était épuisé il décida de dormir

Il revit Pietros

*

Il l'appelait depuis le cargo accidenté

Mais soit il ne le voyait pas soit il avait décidé de l'ignorer

Et il s'éloignait en l'abandonnant

Ce qui le plongeait dans un sentiment de culpabilité

*

Dont il était heureux d'être débarrassé en se réveillant

Même si l'amertume de ce sentiment continuait à vrillait son cerveau

Que devait-il faire

Il prit la décision de revenir à Fartesika

*

Au préalable il tenta de communiquer avec le puissant émetteur de la ville

Sans résultats il était perplexe

Il n' avait aucune explication pour expliquer ce qui lui arrivait

Il repartit vers Fartesika

*

Son appareil de géolocalisation refusa de s'orienter vers la ville

Malgré plusieurs réinitialisations

Il fouilla la cabine pour trouver un antique sextant

Il n'en trouva pas

*

Son espoir était qu'en revenant vers Fartsesika

Ils croiserait d'autres cargos

Sur sa route à plusieurs reprises il lui sembla en apercevoir

Mais il ne put ni les rattraper ni entrer en communication radio avec eux

*

Cela le rassura au moins il était dans la bonne direction

Bien entendu de balises il n'était plus question

De ce fait les voies qu'il empruntait étaient plus chaotiques

Après plusieurs jours la nourriture vint à lui manquer

*

Il commençait à avoir des vertiges

Il lui semblait qu'il tournait en rond

Qu'il était déjà passé par là

Il regretta de s'être engagé comme pilote des routes de glace

*

Il était tellement épuisé désorienté qu'il stoppa son cargo contre un grand bloc de glace

Qui indiquait une épaisseur de la banquise plus épaisse il pouvait se laisser aller

Il s' endormit sans coup férir

Sans fin dans son rêve Pietros l'appela il ne put le réveiller

***

D'ailleurs dans la progression du cargo Tore pouvait entendre des craquements sinistres Annonciateurs lui semblait-il d'une rupture imminente de la couche de glace

D'ailleurs dans la progression du cargo Tore pouvait entendre des craquements sinistres Annonciateurs lui semblait-il d'une rupture imminente de la couche de glace

***

Une neige cendreuse s'était mise à tomber à gros flocons Les balais d'essuie-glace avaient du mal à l'évacuer du pare-brise

Une neige cendreuse s'était mise à tomber à gros flocons Les balais d'essuie-glace avaient du mal à l'évacuer du pare-brise

***

Au matin la lumière fut à peine meilleure que pendant la nuit

Au matin la lumière fut à peine meilleure que pendant la nuit

***

Sans fin dans son rêve Pietros l'appela il ne put le réveiller

Sans fin dans son rêve Pietros l'appela il ne put le réveiller

Tag(s) : #Empire des Sombres

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :