Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La 5 a l'excellente initiative de reprendre tous les lundis soir depuis la saison 1 cette très grand série qu'est "Un village français" qui a la volonté de retracer toute l'histoire de ce village français proche de la ligne de démarcation et de la frontière Suisse, et donc toute l'histoire de la France pendant cette période dramatique de notre pays, c'est-à-dire celle de l'occupation puis de la libération, à raison de 12 épisodes par an. Au total il y aura au moins 60 épisodes. Une telle série ne pouvait prendre réalité que sur une chaîne de la télévision publique, en l'occurrence la 3 qui vient de diffuser les épisodes qui concernent l'année 1943. Rendons hommage au service public dans ce qu'il a de plus noble à un moment où sa remise en cause pour son coût, son "inefficacité", par nécessité de faire des économies dans les dépenses de l' Etat est devenu une rengaine.

L'intérêt aussi de cette série est de montrer aux français qui pensent que leur pays serait immunisé comme par nature de toute catastrophe, qu'il n'en est rien et même, que nous sommes capables des pires débâcles, des pires effondrements.

***

Cela étant dit, je continue ma publication des haïkufables sur l' empire des Sombres

Après

Vers le bourg voisin

http://fablehaikus.over-blog.com/2013/10/voyage-dans-les-brumes-de-l-%C3%AEle-de-l-incertitude.html

L'inspection

http://fablehaikus.over-blog.com/2013/10/dans-la-toile-d-araign%C3%A9e-du-probable-incertain.html

Le protocole

http://fablehaikus.over-blog.com/2013/10/au-carrefour-des-possibles-incertains.html

Les intrus

http://fablehaikus.over-blog.com/2013/11/dans-l-empire-des-sombres.html

La digue

http://fablehaikus.over-blog.com/2013/11/dans-l-empire-des-sombres-la-digue.html

En descendant le fleuve de sable friable du temps

http://fablehaikus.over-blog.com/2013/11/en-descendant-le-fleuve-de-sable-friable-du-temps.html

Les têtes de pierre

http://fablehaikus.over-blog.com/2013/11/dans-l-empire-des-sombres-les-t%C3%AAtes-de-pierre.html

Voici aujourd'hui

Le rêveur

Locus était devenu une volute de la fumée de cette cigarette  Emprisonnée entre les lèvres gorgées de sève de cette femme qui l'avait quitté il y avait  Une éternité

Locus était devenu une volute de la fumée de cette cigarette Emprisonnée entre les lèvres gorgées de sève de cette femme qui l'avait quitté il y avait Une éternité

Le rêveur

*

Pendant plusieurs jours de gros nuages de cendres

Grommelèrent au-dessus du hameau de Sféranc

Il était interdit de sortir sans un masque respiratoire

Et toutes les ouvertures des maisons devaient être calfeutrées

*

Locus Templos dut prendre son mal en patience

Il ne pourrait se rendre dans la capitale de l'empire des Sombres Pronchibour

Tant que les vents souffleraient du sud-est c'est-à-dire de la mer des cendres

Il espérait qu' ils ne dureraient pas au point de lui interdire de s'y rendre

*

En effet chaque habitant de l' empire disposait d'une période précise

Pour obtenir l'autorisation d'y séjourner

Au-delà de cette période il était vain de l'espérer

Et l'on risquait même une amende

*

Enfin les vents cessèrent

Les nuages devinrent blancs

L'air se fit doux et respirable

Locus Templos prit sa valise bien rangée

*

Avec tout le nécessaire pour un séjour d'une semaine

Les habitants de l'empire des sombres n'avaient pas le droit à un séjour plus long

Sauf cas particulier

Ils devaient se munir de tout ce qui pouvait être indispensable à leur voyage

*

Y compris pour leurs besoins alimentaires

Et bien entendu de leur passeport et carte d'identité

Depuis le hameau de Sféranc jusqu'à la capitale Pronchibour il fallait compter

Sur un trajet de quatre jours en glisseur si les vents étaient favorables

*

Et jusqu'au double s'ils ne l'étaient pas

Locus bénéficia de ces vents favorables

Il lui fallut ensuite six jours pour faire viser son passeport à l'entrée de la ville

Tant la foule des habitants désirant séjourner à Pronchibour était grande

*

D'autant qu'il n'y avait qu'un seul bureau pour les dits visas

Après avoir rempli tous les questionnaires il fut enfin autorisé à pénétrer dans Pronchibour


Il fut immédiatement saisi par l'intensité non seulement du brouhaha qui régnait

Mais par une sorte de pression inconnue qui lui écrasait la poitrine

*

Et lui rendait la respiration difficile

Il manqua avoir un malaise

Un agent le voyant tituber s'approcha pour le verbaliser

En constatant la respiration difficile et saccadée de Locus Templos

*

Il comprit qu'il n'avait pas affaire à un habitant de la capitale mais à un forain

Il lui indiqua une officine où il pourrait se procurer un remède

Qui endiguerait son malaise

Le pharmacien lui assura que ce remède était uniquement à base de plantes

*

Dont il énuméra les noms exotiques

Cardamone, Spirella, Falortie, Flaminia, Ardémonia, Colavinie

Sans oublier l'Illivitie et la Phalaenophilia aux vertus apaisantes

Mais pas uniquement fit-il avec son sourire d'octuple

*

Qui troubla Locus Templos qui voyait pour la première fois un octuple

C'est-à-dire un habitant de l'empire munis de mains à huit doigts

Dans son hameau il n'y avait comme non-conforme

Qu'un individu sans oreilles dont il dissimulait l'absence par un béret enfoncé sur sa tête

*

Une fois avalée sa potion dans l'officine

Locus Templos constata que sa respiration s'apaisait

Il remercia l'octuple et sortit

Immédiatement la même pression qu'auparavant s'appesantit sur lui

*

Mais sa respiration resta fluide

Il demanda à un passant où se trouvait l'hôtel où il avait réservé un lit

Celui-ci ne put le renseigner

Un autre lui donna l'impression que cet hôtel n'existait pas

*

Après plusieurs tentatives pour trouver son hôtel

Il dut se résoudre à l'évidence

Cet hôtel soit n'existait pas soit sa notoriété était nulle

Pourtant il était sûr d'y avoir réservé un lit

*

Il était sûr que c'est à Pronchibour qu'il était situé

Pour avoir consulté le catalogue reçu à sa demande avec le formulaire de réservation

Il chercha un agent de police

Pendant plusieurs heures il erra dans la ville sans en rencontrer un

*

Dans cette capitale immense de cet immense empire des Sombres

La sécurité semblait aller de soi sans recourir à d'importantes forces de l'ordre

Semblait-il

Il faut dire que les peines encourues dans l'empire était fondées disait-on

*

Sur une jurisprudence remontant à l'alacharia

Dont on ne savait pas trop de quelle civilisation elle était originaire

Si l'on ne savait que trop que l'ablation des membres et des organes des sens en était la base

Sans compter la mort par crucifixion

*

Dont on ne savait pas non plus de quelle civilisation elle était originaire

Si on ne savait que trop que les juges des Sombres y avaient ajouté une fioriture

La crucifixion inverse c'est-à-dire la tête en bas

C'est au moment où il commençait à désespérer et envisageait de dormir sur un trottoir

*

Que Locus Templos avisa un agent

Il s'approcha et lui demanda respectueusement comment il pourrait atteindre son hôtel

L' agent parut surpris

Il n'avait jamais entendu parler dudit établissement

*

Il demanda à Locus de le suivre et le conduisit dans un local délabré

Qui semblait servir de poste de police

Puisque l'on pouvait y voir plusieurs individus enfermés littéralement dans des cages

Où ils ne pouvaient bien entendu ni se tenir couché assis ou debout

*

Mais dans une position impossible à décrire mais aussi à supporter

A entendre les cris de souffrance et à voir les grimaces des malheureux

Taisez-vous hurla l'agent

Le silence se fit instantanément

*

Locus Templos frissonna

L'agent se tourna vers lui

C'est tout ce que je peux vous offrir pour passer la nuit

Ces cellules de dégrisement

*

Lorsqu'il vit le regard affolé de Locus il affirma

Je plaisante puis

Je vais consulter le registre des hôtels de Pronchibour

Ce qu'il fit

*

Au bout de plusieurs minutes il s'écria

Je vois

Il se tourna vers Locus

Je doute que vous puissiez atteindre votre hôtel aujourd'hui

*

La journée est trop avancée l'hôtel trop éloigné

Je vous propose d'occuper un lit que nous tenons à la disposition

De personnes dans votre cas.

Venez il lui montra une sorte de lit de camp

*

Voilà votre refuge pour cette nuit

Les cris des détenus avaient repris

On entendit des bruits de coup de matraque de nouveaux hurlements puis le silence

Rassurez-vous vous pourrez dormir tranquille

*

Périodiquement un collègue est chargé avec sa matraque de leur apprendre à se taire

Bon je vous quitte j'ai fini mon service

Resté seul Locus Templos s'allongea sur le lit

Il ne trouva pas le sommeil de toute la nuit d'autant que périodiquement

*

Les détenus se remettaient à hurler

Puis se taisaient à force de coups de matraque

Au matin il fut bien en peine de dire pourquoi il se trouvait dans ce local de police

Ce qui entraîna cette mésaventure qu'à la question d'un agent

*

Que faites-vous ici

Incapable de répondre il se retrouva dans une des cages qui venait d'être libérée

Par le citoyen qui y avait cuvé son vin toute la nuit

Très vite les douleurs devinrent insupportables

*

Il cria qu'il n'avait commis aucun délit

Qu'on n'avait qu'à demander à tel agent confirmation

On commença par le calmer avec quelques coups de matraques

Puis on lui demanda de quel agent il s'agissait connaissait-il son matricule

*

Il avoua que non on lui répondit que c'était étrange

Tout agent a son matricule inscrit en grosses lettres sur sa poitrine

Il avoua qu'il ne s'en était pas rendu compte

Mais il déclara que l'agent lui avait déclaré qu'il avait fini son service

*

Sans doute avait-il repris ce matin son service

On n'avait qu' à le lui demander

Après enquête on lui révéla qu'aucun agent qui venait de reprendre ce matin son service

N'était au courant de sa présence

*

Que s'il s'était retrouvé sur ce lit et non dans une cage c'est parce que celles-ci

Comme cela arrive trop souvent devaient être toutes occupées

Que comme il devait être dans un coma éthylique

L'agent l'avait allongé inconscient sur ce lit de secours

*

Il devait prendre son mal en patience

Et comme il semblait être sorti de sa griserie il serait bientôt libéré

Au fur et à mesure que les heures passées les cages étaient ouvertes

Et leurs prisonniers mal en point tenant à peine debout

*

Étaient libérés en jurant qu'ils ne se saouleraient plus

Locus versaient de grosses larmes de douleur et de désespoir

Ce qui n'incitaient pas les policiers présents à le libérer

Puisqu'il ne semblait toujours pas dans son état normal

*

En fin de soirée alors que les cages étaient à nouveau occupées par de nouveaux locataires

Voire d'anciens de la veille

L'agent qui avait offert le lit à Locus Templos apparut

Comment vous êtes encore là

*

Vous avez commis un délit

Locus nia la moindre infraction et assura qu'il était victime d'une méprise

L'agent partit s'enquérir de ce qui s'était passé

Lorsqu'il revint après un long moment

*

Il dit à locus Templos que malheureusement il ne pouvait le libérer

N'ayant pu avoir la confirmation de savoir s'il s'était rendu coupable ou non d'un forfait

Locus Templos le supplia

Tout ce que je peux faire c'est vous transférer dans le lit de camp

*

Si vous me promettez de rester calme

Pour libérer une cage qui ne sera pas de trop vu la malfaisance de nos concitoyens

Locus promit et se confondit en remerciements auprès de cet agent

Qui faisait preuve de pragmatisme autant que de bienveillance

*

Il retrouva avec délice ce lit sommaire et aussi le sommeil

Épuisé qu'il était par sa mésaventure

Le lendemain, il fut réveillé de son lourd sommeil par un agent qui s'écria

Encore vous

*

Avant que Locus puisse se justifier il fut transféré dans une cage

Il demanda à ce que l'on prévint l'agent qui lui avait permis d'occuper le lit pour la nuit

Connaissait-il son matricule

Locus Templos avait pris soin de s'en rappeler

*

Triomphalement il énuméra les 9 chiffres plus les trois lettres

Cette fois-ci il était sauvé

Il déchanta immédiatement

On lui fit savoir qu'aucun agent avec un tel matricule n'était référencé au poste

*

Locus insista il demanda à ce que l'on consulte le registre général

Ce registre consulté aucun agent portant un tel matricule n'était connu

Locus était en larmes

Vous devriez arrêter de boire Monsieur lui déclara l'agent

*

Nous n'avons que faire d'individus comme vous

Peut-être me suis-je trompé d'un chiffre ou d'une lettre fit Locus

Ne pourriez-vous pas vérifier monsieur l'agent s'il vous plaît

Je n'ai pas que cela à faire

*

De toutes façons si ce que vous affirmez est vrai

Le fonctionnaire qui dites-vous vous à donner l'autorisation d'occuper ce lit se manifestera

Je n'en puis plus d'attendre s'il vous plaît je souffre trop dans cette cage

Elle est là pour cela monsieur mais je veux bien vérifier

*

Au bout d'une heure il revint

Hélas il est impossible de corroborer vos dires

Les matricules en question sont trop nombreux et cela prendrait un temps infini

Pour trouver l'agent

*

Le mieux comme je vous l'ai dit est d'attendre le retour de votre policier

Plusieurs heures passèrent dans les douleurs les plus grandes

L'agent qui avait autorisé Locus Templos à occuper le lit ne se manifesta pas

Ni d'autres agents de toute la journée

*

A un moment Locus templos perdit la notion de toute temporalité

Non point qu'il se soit endormi mais il était dans un état second

Il pouvait se voir tout recroquevillé dans sa cage

Comme une boule de papier froissé jeté là par un fonctionnaire

*

Parmi d'autres boules

Oublié

On lui apporta à boire et à manger

En lui faisant savoir que c'était là une faveur d'être nourri par le gouvernement

*

Mais que cette nourriture lui serait facturé et serait ajouté à sa feuille d'impôt

L'eau étant offerte gracieusement

Malgré ses douleurs Locus Templos apprécia ce frugal repas

Comme toutes les autres cages étaient occupées et qu'il y avait un nouvel arrivant

*

On le désincarcéra et on le conduisit à ce qui était devenu son lit

Il le retrouvera avec reconnaissance pour ces agents bienveillants


Au moment où il allait s'endormir l'agent qui l'avait mené au poste le premier jour

Fit son apparition en coup de vent

*

Encore là s'écria-t-il je n'ai pas le temps de m'occuper de vous

Mais demain sans faute je réglerai votre problème

L'espoir ainsi entrevu permit à Locus Templos de faire abstraction des cris de douleurs des détenus

Et des coups de matraque libéralement distribués durant la nuit

*

Il eut un sommeil apaisé

Et un réveil un peu angoissé

N'avait-il pas tort de faire confiance à cet agent intermittent

Non lui semblait-il

*

Malgré la rapidité de son passage la veille il avait pu vérifier son matricule

Un repli de sa chemise avait déformé une lettre au lieu d'un B il s'agissait d'un H

Quoiqu'il arrive il était sûr de sortir de ce poste de police

Mais lorsque son agent reparut ce fut pour lui annoncer une mauvaise nouvelle

*

Il allait comparaître devant le tribunal des flagrants délits

Pour quel délit questionna Locus Templos

Je l'ignore fit l'agent mais vous devez bien le savoir

Vous n'êtes pas ici sans raison

*

C'est vous qui m'y avait conduit

Oui mais entre-temps il semble que vous ayez commis une infraction

Impossible

Alors comment se fait-il que je vous ai retrouvé non pas dans votre lit mais dans une cage

*

Vous avez dû commettre une infraction pour ce faire

Locus Templos sentit le sol s'effondrait sous ses pieds il s'évanouit

On le réveilla en lui administrant force gifles et on l'emmena devant le juge

Qui lui déclara qu'il devait savoir pour quel délit on allait le juger

*

A sa dénégation réitérée

Le juge déclara qu'il ajoutait à son premier délit celui d'outrage à magistrat

En fois de quoi il fut condamné puisqu'il était primo-délinquant

À n'avoir que la dernière phalange du petit doigt tranché

*

Sentence qui fut immédiatement exécutée dans le local attenant

Où trônait une foule d'instruments tranchants et de récipients pour recevoir les membres tranchés

Allégé de sa phalange Locus Templos retrouva avec satisfaction sa liberté

Il était reconnaissant à la justice des Sombres pour sa rapidité et son tranchant

*

Il entreprit de se rendre à son hôtel

Effectivement celui-ci était fort éloigné

Il y arriva à la fin du jour

Pour y apprendre qu'il n'y avait plus de lit disponible

*

Puisque ne s'étant pas présenté celui-ci avait été donné à un autre hôte

Bien entendu il devait payer son séjour en entier comme s'il avait utilisé son lit

L'hôtelier bienveillant lui fit savoir qu'il lui était interdit de dormir à la belle étoile

la peine encourue pouvait aller jusqu'au retranchement de trois doigts de la main gauche

*

S'il était droitier et inversement

Mais qu'il disposait d'une niche assez grande pour qu'il puisse s'y recroqueviller pour la nuit

Demain un lit se libérait qu'il pourrait occuper

Locus Templos le remercia et se recroquevilla dans la niche

*

Où il passa une nuit agitée

Rêvant à un moment qu'il était un lièvre poursuivi

Par une multitude de chiens revêtus d'uniformes d' agents de police

Puis un nuage qui s'effilochait sous les coups de bec d'oiseaux noirs

*

Pour finir en pluie glaciale qui le perçait jusqu'aux os

Il fut heureux de sortir de ce tumulte

Et de se rendre à l'hôtel où il put prendre un café

Comme de nouveau sa respiration était saccadée et sifflante

*

Il prit de la potion que l'octuple pharmacien lui avait fournie

Il ne tarda pas à se sentir mieux

L'hôtelier lui confirma qu'il disposerait d'un lit le soir

Resterait-il sept jours ou bien seulement trois compte tenu de son retard

*

Seulement trois confirma Locus Templos

Mon autorisation de séjour dans la capitale n'étant que de sept jours

Non renouvelables ajouta-t-il

*

Vous aurez le temps de faire tout ce que vous aviez prévu

Certainement pas mais je reviendrai l'année suivante pour terminer mes démarches

Et il partit après avoir soigneusement étudié son itinéraire pour se rendre

Aux magasins des cotonniers pour passer ses commandes de tissus

*

Locus Templos appartenant à la caste des couturiers

Il se perdit au bout du troisième changement d'autobus glisseur

Il se retrouvait dans une sorte de quartier délabré où les ruines de hangars dominaient

Personne en vue pour le renseigner

*

L'arrêt de bus glisseur avait perdu son panneau des lignes avec leur itinéraire

Plutôt que de partir à l'aventure il décida d'attendre le premier bus

Il y aurait bien un contrôleur pour le renseigner

Son attente se prolongea longtemps

*

La ligne était-elle désaffectée

L'état de dislocation de l'abri-bus plaidait en ce sens

Si au moins un passant se présentait

Ce qui l'inquiéta aussi fut l' absence de passage de véhicules transporteurs de marchandises

*

Ni même de véhicules individuels

Comme si ce quartier était abandonné de toutes activités

Comme s'il était une zone entièrement condamnée

Il décida de prendre ce qui lui semblait être la direction du centre de la capitale

*

Il marcha interminablement sans voir âme qui vive

Il se demanda s'il s'était bien réveillé ce matin

S'il n'était pas toujours dans sa nuit cauchemardesque

Cette impression qu'il avait non de marcher mais de flotter

*

N'était-elle pas le signe qu'il en était bien ainsi

Enfin il déboucha sur un boulevard où il retrouva une activité normale de grande cité

La circulation était intense

Mais sur les trottoirs exigus pas un seul passant

*

Il vit passer un bus glisseur cela le rassura en avançant il arriverait bien à un arrêt

En effet et même il y avait des personnes qui attendaient

Il demanda où il était

On lui confirma qu'il était à l'opposé des magasins des cotonniers

*

Et que pour y parvenir il devait changer cinq fois de bus

Que cela lui prendrait plusieurs heures

Qu'il valait mieux aujourd'hui qu'il renonce à son projet

Pour rentrer chez lui à son hôtel

*

Là encore il était très loin de sa destination

Il n'était pas sûr qu'il y parviendrait avant la nuit

Et avant que la dernière ligne de bus fût fermée

Il ne se voyait pas passer une nuit dehors et risquer de passer en jugement

*

Pour perdre non point une phalange mais un membre complet pour récidive

Il tenta sa chance en optant de regagner l'hôtel

Effectivement il rata le dernier bus glisseur qui l' aurait déposé devant celui-ci

Il dut marcher deux heures et y arriva fourbu

*

Je croyais que vous n'arriveriez plus lui dit l'hôtelier

Je ne dispose plus de votre lit mais vous avez de la chance

La niche est libre

Locus Templos poussa un soupir de soulagement et lui manifesta sa reconnaissance

*

C'est avec presque délices

Qu'il la retrouva après une courte collation puisée dans ses provisions

Il ne tarda guère à sombrer dans le sommeil

Il avait pris la précaution de prendre un peu de potion

*

Dont il avait expérimenté les propriétés calmantes

Il rêva qu'il était un lézard qui rêvait au soleil qu'il était un lézard parfaitement heureux

Puis un poisson qui glissait toutes ouïes ouvertes

Parmi une myriade de gouttes d'eau qui le saluaient au passage

*

De leur mélodie mentholée

Il ne désirait pas se réveiller

Mais c'est ce que fit l'hôtelier

Allons levez-vous il est presque midi

*

Locus Templos fut étonné

Il avait dormi autant comment cela était-il possible

Avait-il le temps de se rendre aux magasins des cotonniers

Ce sera juste fit l'hôtelier mais vous connaissez l'itinéraire et

*

Cette fois-ci vous ne vous tromperez pas de correspondance

Après une toilette rapide Locus se mit en route

Il eut la chance de ne pas attendre avant de prendre son premier bus

Il fit bien attention de ne pas se tromper de correspondance

*

Mais c'eut été trop beau sa chance ne dura pas

Un accident avait perturbé une partie du réseau des bus glisseurs

Lorsqu'il parvint à destination les magasins avaient fermés

Il dut rebrousser chemin sans tarder

*

Ce qui lui permit de parvenir à l'hôtel en temps voulu et de disposer de son lit

Celui-ci se trouvait au bout du couloir près des toilettes

N'ayant pas voulu cette fois-ci prendre de sa potion

Il passa une mauvaise nuit dans le fracas des portes des toilettes ouvertes à la volée

*

Et des cascades d'eau des chasses tirées sans ménagement

Finalement il aurait été mieux dans sa niche

Mais comme c'était son avant-dernière nuit il fit contre mauvaise fortune bon cœur

D'autant que réveillé tôt il put saisir son bus sans tarder

*

Et arriver aux magasins des cotonniers

En descendant du bus glisseur il eut des sueurs froides

N'avait-il pas oublié son argent

Il fouilla fébrilement ses poches et poussa un soupir de soulagement

*

Son porte-feuille était bien là contre son cœur

Il entra dans les magasins immenses où régnaient une atmosphère lourde et poisseuse

Une importante file d'attente s'était formée parce qu'un seul guichet était ouvert

Les deux autres étaient fermés pour cause d'inventaire

*

Il prit son mal en patience

On annonça aux personnes de la file

Que s'ils n'étaient pas servis avant la fermeture légale de l'établissement

Un numéro de passage leur serait délivré pour leur permettre d'être servis en priorité le lendemain

*

Effectivement quand la sonnerie de fermeture retentit Locus avait encore deux personnes devant lui

Il reçut son numéro et regagna son hôtel

Arrivé il demanda si la niche était libre

L'hôtelier surpris fit un signe affirmatif

*

Pouvait-il l'occuper

En effet mais lui serait facturée la nuitée comme s'il occupait son lit

IL acquiesça et se retrouva recroquevillé dans sa niche

Il prit soin de prendre de sa potion

*

Il dormit profondément

Il rêva qu'il était un chat qui rêvait qu'il était un tigre

Puis qu'il était un verre rempli du meilleur des vins un Chateau Proculus-Terra de 6125

Une des meilleures années pour ces vins rouges de garde au velouté adorable

*

La main qui tenait le verre appartenait à une sirène qui prenait garde de le siroter

Avec toute la lenteur qui allait de soi

En faisant tinter ses bagues flamboyantes contre le cristal

Ce fut une nouvelle fois l'hôtelier qui le réveilla

*

Il était en retard

Il se précipita pour prendre son bus qui démarra sous nez

Il avait une heure à attendre le suivant

Comme il faisait un grand soleil bleu

*

Il hésita s'il rêverait qu'il serait un verre de Chateau Proculus-Terra ou bien un lézard

Il opta pour un lézard-tigre sirotant un verre de Chateau Proculus-Terra

Le temps passa comme un coup de vent

Il faillit rater son bus glisseur ainsi perdu dans ses songeries

*

Heureusement une dame lui toucha l'épaule pour le prévenir que le bus était là

Il y monta et faillit rater sa première correspondance

Encore tigre-lézard sirotant son verre de vin rouge qu'il était

Vraiment cette potion était bénéfique

*

Il songerait à passer chez le pharmacien en acheter une provision avant son départ

Lorsqu'il pénétra dans les magasins il constata que la file était encore plus longue que la veille

Il eut beau présenter son numéro prioritaire

Il dut se mettre dans la file

*

Il avait raté sa priorité en arrivant après la mi-journée

Bien entendu il ne put passer commande

Son autorisation de séjour se terminait

S'il restait il serait dans l'illégalité

*

Heureusement il put remplir un formulaire de commande par correspondance

Quand serait-il livré

Il était impossible de le préciser

Mais il était courant d'être livré avant six mois

*

Locus Templos fit ses calculs

Il avait de quoi tenir en se montrant ingénieux dans ses découpes de tissu

Il retourna à l'hôtel

Vous prenez toujours la niche demanda l'hôtelier

*

Locus acquiesça

Avant de se recroqueviller dans celle-ci il prit de sa potion

Il rêva qu'il était un des Sombres et qu'il décrétait que la mer des cendres serait vidée

Pour devenir une piscine où de nouveau la baignade serait autorisée

*

Il rêva qu'il était un aigle qui volait au-dessus du monde jusqu'à la lune

Qu'il était un grain de sable qui dévalait les dunes du désert avec d'autres grains de sable

Qu'il était la fumée d'une cigarette tenue par des lèvres gorgées de sève

De cette femme qui ne revenait plus depuis longtemps dans ses rêves

*

De cascades en volutes de décrets en coups d'aile

Il se sentait aussi heureux qu'une plume au vent

S'il ne se réveillait pas

Oui que l'on ne me réveille pas souhaita-t-il

*

Je préfère cette vraie vie de songe à la fausse vie réelle avec sa pesanteur alambiquée

Il fut réveillé par l'hôtelier à qui il avait demandé ce service

Désirant quitter Pronchibour dans les délais

Il avait étudié son itinéraire il était sûr de ne pas se tromper

*

Il sortirait de la ville vers huit heures avant que les portes soient fermées

En temps voulu il prit son premier bus glisseur

Il songea soudain qu'il devait s'arrêter pour racheter de cette fameuse potion

Il étudia le plan de la compagnie des bus

*

Il avait le temps il lui fallait changer plus tôt de correspondance et prendre la ligne 1203

Direction porte de la mer des cendres

Ce qu'il fit

L'octuple pharmacien l'accueillit avec ce drôle de sourire entendu

*

Lui restait-il de la potion

Justement il venait de l'élaborer ayant reçu les ingrédients et les plantes nécessaires

Voulait-il en prendre immédiatement

Locus Templos répondit par l'affirmative

*

L'octuple pharmacien lui prépara la tisane qu'il but d'un trait

Bonne

Oh oui

Je suis content néanmoins je vous demande de rester discret sur cette préparation

*

Elle a quelque chose d'illégal

Non point mais je désire en garder la formule

Comme dans ses rêves Locus était devenu une volute de la fumée de cette cigarette

Emprisonnée entre les lèvres gorgées de sève de cette femme qui l'avait quitté il y avait

*

Une éternité

Une très longue éternité d'une myriade de moments présents de solitude

Comme dans un rêve il quitta l'officine de l'octuple pharmacien

Et roula grain de sable sur la pente d'une dune qui avait à la forme du sein de cette femme

*

Qui l'avait quitté il y avait une éternité

Une éternité faite d'une myriade de moments présents de solitude

Comme dans un rêve il monta dans le premier bus glisseur

Et ballotta verre de vin d'un Chateau Proculus-Terra de 6125

*

Tenu par les doigts d'une sirène qui prenait garde de le siroter avec toute la lenteur nécessaire

Cette femme qui l'avait quitté il y avait une éternité

Une éternité faite de cette myriade de moments présents de solitude

Qui teintaient

*

Cristallins

Étincelants

Contre le cristal du temps

À partir de cet instant on perd la trace de Locus Templos

*

Il semble qu'il ne soit pas rentré à Sféranc

Les voisins constatèrent son absence et prévinrent les autorités

L'enquête prouva qu'il n'avait pas quitté Pronchibour

Puisque aucune trace administrative de sa sortie de la capitale ne fut trouvée

*

Or il était impossible de la quitter comme d'y entrer sans visa

L'empire se faisait un devoir d'en contrôler les entrées et sorties

D'autant que tout déplacement passait pour suspect a-priori dans l'empire des Sombres

S'était-il perdu dans ses correspondances

*

Les recherches entreprises semblent plutôt corroborer cette option

À partir de son signalement diffusé dans la capitale

Des témoignages affluèrent

Plusieurs indiquant qu'ils avaient renseigné ce qui semblait être locus Templos sur telle et telle ligne

*

Comme ces lignes étaient multiples et très éloignées les unes des autres

Il aurait fallu à celui-ci un don d'ubiquité que l'on ne lui connaissait pas

Aucune conclusion ne put être tirée

On enquêta dans les postes de police

*

Y avait-on arrêté un suspect portant son nom

Un seul poste de police avait enregistré sa présence mais c'était avant sa disparition

Sinon on avait bien plusieurs suspects dont il n'avait pas été possible de déterminer l'identité

Mais ils semblaient tous avoir appartenu à la caste des non-conforme

*

Ce qui n'était pas le cas de locus Templos

Ce qui explique l'étendue des investigations

La disparition d'un conforme du fait de leur progressive diminution étant jugée comme grave

Dans les hôpitaux on trouva des traces de la présence d'individus amnésiques

*

Dont le profil pouvait correspondre à Locus Templos

Les investigations scientifiques notamment génétiques ne furent pas probantes

D'autant qu'on avait signalé aux autorités la présence dans le quartier interdit des anciennes usines

De plusieurs individus qui squattaient les lieux

*

Les descentes de police avérèrent le fait

Parmi les squatters l'un d'entre eux parut être Locus Templos

Après vérification approfondie

S'il avait bien les pièces d'identité de locus templos

*

Il n'était pas Locus templos mais Petrus Varitméticos

Sous la torture simple celui-ci ne daigna qu'avouer qu'il avait trouvé les papiers non loin des égouts

Passé à la torture ordinaire puis extraordinaire il ne varia pas d'un pouce ses aveux avant de mourir

On vérifia si un certain Petrus Varitméticos n'avait pas quitté Pronchibour

*

Au cas où les deux hommes eussent échangés leurs pièces d'identité

La encore aucune trace d'une sortie de Pronchibour d'un Petrus Varitméticos

Sur ce on arrêta un pharmacien octuple pour trafic de potion interdite

Dont les effets à long terme se caractérisaient par la perte d'identité

*

Et de tous repères des personnes tombées sous sa dépendance

Cela aurait pu être le cas pour Locus Templos

Finalement ces individus semblaient disparaître dans la nuit et le brouillard

On ne retrouvait pas même leur corps comme s'ils eussent été dissous dans un quelconque acide

*

En fait il semblait bien qu'une fois mort de consomption leur corps était rongé de l'intérieur

Par un champignon utilisé dans la potion

Ce que voulut bien confirmer l'octuple pharmacien sous la torture simple puis ordinaire puis extraordinaire

*

Avant de mourir sans avoir pu fournir le nom de ce soi-disant champignon

Que les analyses de restes de potion ne révélèrent point au demeurant

On en resta la

Les autorités se résolurent à clore l'enquête sur cet échec

*

Mais la rumeur sur le sort de Locus Templos se développa

Du fait de l'étendue et du coût des recherches entreprises par les autorités

Ce Locus Templos devait être quelque personnage fort important

On refusait de dévoiler toute la vérité au bon peuple

*

Comme toujours dans l'empire

N'était-il point le messager interdit de parole d'une catastrophe nouvelle à venir

Le messie d'un nouvel avatar de la mer des cendres reprenant ses dévastations

Ne continuait-il pas à vivre secrètement en attendant de réapparaître

*

Pour dévoiler l'ultime vérité cachée

Ou bien était-il tout simplement cette volute

Ce tintement

Cet éclair

*

Cette ombre incarnat

Ce rubis

Que l'on entend ou aperçoit dans nos rêves d'une éternité autre

Que celle de nos moments présents sans fin de solitude


***

N'était-il point le messager interdit de parole d'une catastrophe nouvelle à venir

N'était-il point le messager interdit de parole d'une catastrophe nouvelle à venir

Tag(s) : #Série TV, #Empire des Sombres

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :