Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je désirerais aujourd'hui remettre en cause un lieu commun qui arrange le parti socialiste mais aussi tous les partis de gauche, relayé par nos infantiles médias, à savoir que les français accepteraient l' impôt parce qu'ils en connaissent l'utilité. C'est d'ailleurs pour cette raison, l' acceptabilité par les français de payer beaucoup d'impôts, mais en réalité grâce à une administration fiscale compétente capable de recouvrer cet impôt, que notre pays obtiendrait des taux presque aussi bas que ceux de l 'Allemagne pour re-financer sa dette, ce que j'ai déjà souligné dans un article précédent :

http://fablehaikus.over-blog.com/article-les-taux-d-interets-de-la-france-109570312.html

Les bonnets rouges et rouges bonnets, ainsi que les blancs baudets et baudets blancs si ce n'est les verts ou jaunes baudets et bonnets ont fait voler en éclats ce lieu commun, utile pour ne faire aucun effort sur la réduction des dépenses, que soi-disant les français souhaiteraient par dessus tout, alors qu'ils souhaitent par dessus tout garder leur niches fiscales, leurs subventions, leurs allocations, leurs subsides, leurs pensions, leurs gratifications, leurs primes, leurs ristournes, leurs compensations, leurs avantages, leurs remises, leurs ristournes, leurs abattements, leurs réductions, leurs déductions, leurs exonérations, leurs allègements, leurs dégrèvements, leurs exemptions, leurs abattements, leurs bonifications et autres... Eux qui sont passés maître dans l'hypocrisie pour ne pas dire le mensonge, qui affirment que leur chaîne de télévision préférée est Arte, alors que les plus massifs taux d'audience vont à la Une ( la prétendue mieux-disante chaîne culturelle) dont on sait qu'elle est le cheval de Troie pour imposer en France la sous-culture américaine pour permettre à Coca-cocu et Macdo-dondaine de nous fourguer le plus possible de leur savoureuse boisson et de leurs savoureux mets à base de graisse et de sucre ! Eux qui acclamaient Pétain en 1940 et de Gaulle en 1944, qui élisent Hollande en 2012 pour le vouer aux gémonies en 2013, qui l'ont élu parce qu'il leur avait fait la promesse de ne pas les "brutaliser" comme leur précédent président et qui avaient compris qu'ils conserveraient tous leurs avantages, qu'ils obtiendraient le retour de l'âge de la retraite à 60 ans puis pourquoi pas à 50 ans et qu'une grande réforme fiscale qui ne ferait payer que les riches les exempterait de ces impôts dont on découvre aujourd'hui qu'ils les exècrent parce que nous sommes dans une société atteinte de la maladie d' Alzheimer, c'est-à-dire qui ignore tout de sa culture, de son passé et qu'il a fallu à la monarchie française les massacrer à jet continu de 1661 à 1789 et au-delà, pour qu'ils finissent par baisser la tête devant l'impôt et faire semblant d'en accepter l'utilité ( Voir Jean Nicolas " La rébellion Française") pour leur bien-être, en fait pour celui de l'administration et de l' état.

Et voilà que tout d'un coup notre premier ministre face à cette fronde anti-fiscale qui renoue avec notre passé séculaire se souvient de l'engagement N° 14 du candidat Hollande : "La contribution de chacun sera rendue plus équitable par une grande réforme permettant la fusion à terme de l’impôt sur le revenu et de la CSG dans le cadre d’un prélèvement simplifié sur le revenu (PSR). Une part de cet impôt sera affectée aux organismes de sécurité sociale. Les revenus du capital seront imposés comme ceux du travail."

et prétend vouloir la mettre en oeuvre en commençant par consulter les syndicats avec aussitôt ce correctif du président Ho que " Il y a là un engagement qui se traduit et qui prendra le temps nécessaire, c'est-à-dire le temps du quinquennat".

Ouf ! Nous respirons ! Comme le fameux méandre de Queuille, cette réforme entamera un virage temporel qui la fera disparaître dans les sables mouvants du temps...

Il n'y a plus de pilote dans l' Airbus présidentiel au-dessus du méandre de Queuille

Et nous resterons avec notre chômage de masse dont la courbe ne daigne guère s'inverser

*

Il n'y a plus de pilote dans l' Airbus présidentiel au-dessus du méandre de Queuille
Il n'y a plus de pilote dans l' Airbus présidentiel au-dessus du méandre de Queuille

*

Ces péripéties politiciennes m'amènent à la question " Y-a-t-il un pilote dans l' Airbus présidentiel au-dessus du méandre de Queuille ou bien ce/ces pilotes ne savent quel cap prendre et zigzaguent dans l'espace aérien au petit bonheur la chance ?

Finalement nous français avons bien choisi notre équipe gouvernementale, nous qui prétendons être favorables à de grandes réformes, mais pas à la remise en cause des 35 heures, ni à celle de la retraite à 60 ans, ni à celle du remboursement des cures thermales ni à celle de l'augmentation de la TVA qui permettrait l'allègement des charges de nos entreprises, puisque comme l'a proclamé notre ministre de l' économie et des finances Pierre Moscovici : " le coût du travail n'est pas le seul ni le principal problème qui explique la perte de compétitivité française et les difficultés de PSA".

Il n'y a plus de pilote dans l' Airbus présidentiel au-dessus du méandre de Queuille

*

La réponse à la question cruciale posée plus haut me paraît être plutôt ( Remarquez ma prudence. Sait-on jamais, j'ai peut-être encore une petite chance de devenir le gourou du président Ho !) :

Non

Il n'y a plus de pilote dans l' Airbus présidentiel au-dessus du méandre de Queuille
Tag(s) : #Fiscalité