Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour illustrer ce monde de l'incertain dans lequel nous vivons j'ai rédigé il y a quelques temps déjà, une série pour le moment de 8 haïkufables, (à présent quatorze  que vous pouvez retrouver en suivant le lien ci-dessous :

http://jplatina.blogspot.fr/search/label/Empire%20des%20Sombres

qui évoque l'empire des Sombres, c'est-à-dire un monde post apocalyptique où l'incertain est la norme.

Voici le deuxième haïkufable intitulé "L'inspection" après le premier " Vers le bourg voisin" :

http://fablehaikus.over-blog.com/2013/10/voyage-dans-les-brumes-de-l-%C3%AEle-de-l-incertitude.html

***

Dans les brumes de l'île de l'incertitude

Dans les brumes de l'île de l'incertitude

L'inspection

*

L'Inspection Générale ne s'était pas manifestée depuis des années

N' y voyons aucune mauvaise volonté mais insensiblement

Un certain laisser-aller s'était instauré dans le bureau de dépôt des plaintes

De la ville de Berlestock

*

Certes chacun au bureau remplissait sa tâche

Mais une sorte d' à-peu-près s'était généralisé

Tous les agents faisaient preuve d'assiduité

Mais on n'en constatait pas moins un léger accroissement des journées d'absence

*

Pour des raisons légitimes qui pouvaient aller

De l'angine soudaine à la grippe tout aussi soudaine

De la constipation progressive à la diarrhée explosive

De la crise d'arthrite à la rage de dents

*

De la crise de foie douloureuse à la colique néphrétique non moins douloureuse voire plus

De l'hospitalisation d'un enfant à l'opération d'un aïeul

De la mort inouïe d'un proche à celle d'un ami d'enfance

De la panne de fardier léger à vapeur à la grève sauvage des transports collectifs à vapeur

*

Sans compter quelques motifs peut-être un peu moins convaincants

Comme la chute d'un balcon ou d'une tuile accompagnée du décès de victimes innocentes

Provoquant un traumatisme chez les membres du bureau témoins de la dite chute

les rendant inaptes à entamer une journée de travail

*

Ou la chute de pierres dans les gorges bloquant la route d' accès au bureau

Ou l'arrivée de pluies catastrophiques rendant cette route impraticable

Ou la crue du fleuve inondant la chaussée

Ou l'effondrement du pont reliant la rive ouest résidentielle à la rive est où se trouvait le bureau

*

Quoique en définitive ces motifs liés aux conditions naturelles avaient une crédibilité

Qui résidait dans l'incontestable dégradation de l'environnement de l'empire

Lié aux rejets de gaz à effet de serre dans l'atmosphère

Depuis la généralisation de l'utilisation de la machine à vapeur avec comme combustible le charbon

*

Donc trois types de motifs pour expliquer cette légère moindre productivité du bureau

Ceux liés premièrement à la dégradation de notre environnement

Deuxièmement ceux liés à la dégradation inéluctable de notre corps vieillissant

Troisièmement ceux liés à notre vie en famille ou en société

*

Mais qui tout compte fait n'empêchaient pas le bureau de remplir sa tâche de service public

Qui consistait à recevoir les plaintes de tous les citoyens de la contrée

Depuis celle qui concernait la mort d'un chat écrasé par le fardier à vapeur d' un chauffard borgne

Ce qui engageait la responsabilité des autorités ayant accorder le permis de conduire au sus-dit

*

Notoirement connu du fait de son infirmité

Pour ne voir qu'un côté des choses

En l'occurrence le côté gauche de la route et

Pas le côté droit ensoleillé où justement ce chat effectuait un somme

*

Jusqu'à celle qui concernait une voisine aux allures équivoques

Qui ne l'empêchaient pas néanmoins de faire commerce de ses charmes

En les étalant dans une vitrine illuminée la nuit à giorno

Avec des lampes à acétylène si puissantes qu'il était impossible de trouver le sommeil

*

Dans un éclairage aussi aveuglant et bruyant

Ce qui engageait la responsabilité d'une administration

Suffisamment incompétente pour accorder l'autorisation

De vente de tels luminaires

*

D'autre part si la ponctualité était respectée

C'était dans des marges un peu plus lâche qu'auparavant

Il n'était pas rare ou en tous les cas de moins en moins rare qu'un agent s'installât à son bureau

Avec quelques minutes de retard voire un peu plus ces dernières semaines

*

La réception des plaignants était toujours aussi aimable

Néanmoins on constatait parfois une augmentation de l'attente

Qui pouvait aller de quelques minutes

Au début de cette légère dégradation du fonctionnement du bureau

*

A plusieurs heures ou plusieurs jours

Et aujourd'hui à plusieurs années

Ce qui avait abouti à quelques récriminations de la part des usagers

Puis quelques critiques par lettres recommandées

*

Et finalement hélas des violences contre les bâtiments du bureau

Un incendie les avait ravagés

Ce qui expliquait l'arrêt pendant plusieurs semaines

Du fonctionnement dudit bureau des plaintes

*

Jusqu'à ce que des préfabriqués en bois prennent le relais des bâtiments en dur

Mais une nouvelle péripétie n'avait pas arrangé la situation

L'occupation de ces préfabriqués à leur ouverture

Par une foule de personnes impatientes et dénuées de tout sens civique

*

Qui avait tout saccagé ce qui avait encore accru les retards

Dont des experts avaient estimé qu'ils ne pourraient être résorbés avant des dizaines de semaines

Et d'autres bien entendu il y avait eu bataille d'experts

Affirmant qu'il y faudrait au moins une année il y a toujours des pessimistes

*

Seul l'un d'entre eux important membre de l' académie des sciences

Spécialiste des mammouths ce qui pensait-il lui donnait une compétence dans ce domaine

Avait pris le contre-pied de ces experts en entreprise et administration d'entreprise

Pour affirmer qu'il n'y faudrait qu'un jour

*

Le tollé avait été si général

Que personne n'avait jugé opportun de lui demander

Par quel moyen les retards accumulés tout au long des mois

Pouvaient être résorbés en un jour

*

Qui plus est par le même personnel

Vieilli sous le harnais

Traumatisé par l'incendie de leur cher bureau et

De surcroît par leur prise en otage pendant plusieurs jours

*

On avait donc fait savoir au bureau

Que bientôt il y aurait deux inspecteurs qui se déplaceraient

Pour faire un état de la situation et

Rétablir ce service public des plaintes si important pour la sérénité du pays

*

Il y avait eu un grand branle-bas dans le bureau

Comment faire face à cette inspection

Comment montrer que le bureau assurait toujours son service du mieux possible

Que ses agents étaient compétents

*

Décision avait été prise de scinder ses services en deux sections

La première qui prendrait en charge les plaintes nouvelles

Pour les traiter dans la journée

Et donner satisfaction aux plaignants

*

Ainsi montrer aux inspecteurs que le bureau était en parfait état de fonctionnement

Et que si une rumeur infondée assurant le contraire

S'était répandue à travers toute la contrée

Ce n'était que pure malveillance

*

La deuxième section se chargerait des plaintes en attente d'enregistrement

On commencerait par traiter les moins anciennes et au fur et à mesure

On remonterait le temps pour répondre aux plaintes les plus anciennes

Il y avait quant au choix de ce modus operandi la raison suivante

*

On espérait

Qu'au fur et à mesure de la remontée dans le temps

Les plaintes seraient de moins en moins nombreuses

Puisqu'elles remontaient jusques à des dizaines d'années

*

Soit parce que les plaignants seraient décédés

Soit parce qu'ils auraient oublié celles-ci

Soit parce qu'ils auraient renoncé découragés par la longueur des délais

Soit parce qu'ils auraient récusés leurs anciennes plainte pour de plus récentes

*

Ce service des plaintes anciennes

Avait été installé dans les caves des bâtiments incendiés

Le service des plaintes nouvelles

Dans les nouveaux bâtiments qui remplaçaient progressivement les préfabriqués en bois

*

Chacun des agents avaient eu ses attributions

Chacun avait reçu ses consignes précises

Inutile d'entrer dans le détail de celles-ci

Sachons néanmoins qu'y étaient précisées

*

Jusqu'à la couleur des crayons à utiliser par chaque agent

La taille des chemises dans lesquelles seraient placées tel ou tel dossier

La position du tiroir de l'armoire où il serait rangé

La poubelle où certains documents pourraient être jetés

*

Donc le bureau et ses agents étaient fin prêts

A l'angoisse légitime à l'annonce qu'une possible inspection allait avoir lieu

Avait succédé une sorte d'impatience un peu fébrile

Qui avait augmenté les jours passant

*

Faut-il y voir un lien de cause à effet

Mais très vite l'état sanitaire des agents s'était amélioré

Plus d'angine plus de grippe plus de constipation ni de diarrhée

Ni de rage de dents de crise de foie de crise d'arthrite encore moins de colique néphrétique

*

Microbes virus avaient déserté la contrée

Les corps avaient retrouvé leur vitalité

Par une sorte d'enchantement lié semblait-il

A cette annonce qu'enfin une inspection allait avoir lieu

*

De même une trêve du destin épargnait aux agents

Toutes ces catastrophes qui jusqu'ici s'abattaient sur les membres de leur famille ou leurs amis

Hôpitaux et cimetières se trouvaient désertés

Les fardiers légers à vapeur ne tombaient plus en panne ils avaient retrouvé leur ancestrale fiabilité

*

Item on pouvait remettre en cause la dégradation de l'environnement de l'empire

Les chutes de pierres dans les gorges qui menaient vers le bureau avaient cessé

Le fleuve ne sortait plus de son lit pour inonder la chaussée de la route qui conduisait à la ville

Les pluies avaient perdu leur aspect diluvien pour retrouver leur aspect antédiluvien

*

Donc les éléments naturels aussi avaient perdu leur fâcheuse habitude de contrecarrer

L'assiduité et la ponctualité des agents

Pouvait-on en conclure que les rejets de gaz à effet de serre dans l'atmosphère avaient baissé

En tous cas pour la contrée il semblait en être le cas

*

Les plaignants avaient remarqué un changement au bureau des plaintes

Ils avaient remarqué que celles-ci étaient traitées avec une diligence accrue

Ils ne savaient dire pourquoi

Le personnel ne semblait pas avoir augmenté et de plus c'étaient les mêmes agents

*

Certains de ces agents leur étaient familiers depuis l'enfance

Depuis qu'ils accompagnaient leurs parents au bureau

Pour déposer une plainte

Avec une grande fierté

*

Parce que cela signifiait qu'ils avaient grandi et mûri

Qu'ils étaient considérés dorénavant comme capables de comprendre ce qu'était une plainte

Le passage dans l'isoloir pour choisir secrètement à quelle administration elle devait être remise

Leur révélait l'importance de ce devoir de citoyen

*

Que leur père ou leur mère voulait bien leur montrer

Pour les préparer plus tard à l'exercer

Certains de ces agents avaient même les cheveux blancs privilège que le gouvernement

Accordait à ses agents les plus anciens et les plus méritants

*

Ils les avaient connus en accompagnant non pas leur père ou leur mère

Mais leur grand-père ou grand-mère

Ce qui remontait au moins à un demi siècle

Certes les dits agents pouvaient faire valoir leur droit à la retraite

*

Mais cela était considéré comme une désertion une trahison

Abandonner son travail de service public

Laisser travailler dans la société les autres pour ne plus rien faire

Alors qu'ils devaient à cette société prospère leur éducation

*

Et ce travail qui leur avait permis de vivre et de faire vivre leur famille

Il n'en était pas question

Si encore tel un bateau qui coule tous les maux s'étaient abattus sur elle peut-être

Peut-être aurait-il été possible d'envisager une sécession d'avec une société

*

Où triomphaient la délinquance le chômage la lutte de tous contre tous

La toute puissance des puissants

L'arrogance des plus riches

En un mot l'insécurité

*

Mais tel n'était point le cas dans la société de l'empire

Depuis l'apparition des FVLE des FVLO

Fardiers à vapeur légers fardiers à vapeurs lourds

Des steamers des aéroplanes à vapeur

*

De l'éclairage à acétylène

Des tous récents récepteurs à galène

Et des progrès médicaux dus à la vaccination

À l'utilisation du pénécillium à la prophylaxie

*

La contrée avait connu un progrès ininterrompu

Un bien-être qui s'était généralisé

A tel point que le nombre des policiers et des juges étaient devenu dérisoire

Et que toutes les prisons avaient été fermées

*

Sauf une

Où étaient gardés les trois criminels

Qui avaient commis des crimes horribles dans ce siècle béni

Encore il semblait bien que l'un d'entre eux fût mort un autre malade le troisième en fuite

*

Donc l'annonce de l'inspection semblait avoir contribué à une amélioration de la situation générale

L'anxiété primitive avait fait place à une certaine impatience parmi les agents

Qui désiraient savoir à quelle sauce ils allaient être mangés

Ne doutant pas qu'elle ne serait guère relevée

*

Les jours passèrent

Puis les semaines

L'inspection était toujours annoncée comme probable

Pour ne pas dire certaine

*

L'impatience avait commencé à se diluer

Après les semaines ce furent les mois qui passèrent

A force de se diluer l'impatience s'était muée en sérénité

Mais avec comme un soupçon d'inquiétude

*

L'année passa

L'inspection tenue pour plus que probable voire certaine

Était annoncée comme imminente

Les inspecteurs auraient été vus dans un bourg près des frontières de la région

*

Ils avaient donc bien quitté la capitale et de ce fait l'Inspection Générale

Puis on fut certain qu'on les avait aperçus à l'ouest au-delà du fleuve

Ils s'étaient donc rapprochés

L'inquiétude repris le pas sur la sérénité

*

Le bureau était prêt

Mais sait-on jamais avec des inspecteurs descendus de la capitale

Un certain petit dérèglement de la nature qui s'était fait sentir

Deux éboulements dans les gorges et une crue concernant quatre agents

*

Se régla

La nature reprit son calme

Laissant aux agents du bureau tout loisir

De ne pas s'absenter

*

Les semaines les mois passèrent

Les inspecteurs avaient été entraperçus à plusieurs reprises dans différents lieux de la contrée

Si l'on essayait de comprendre leur itinéraire on en perdait son latin

On les rencontrait tantôt à l'est tantôt à l'ouest tantôt en deçà du fleuve tantôt au-delà du fleuve

*

Une carte utilisant le tout nouveau système de représentation du relief par des hachures

Fut commandée et révéla qu'il était impossible que les inspecteurs eussent été aperçus

Dans tel lieu de la contrée puis dans tel autre

Les témoignages n'étaient pas fiables

*

Cette découverte plongea le bureau

Dans la plus grande des agitations

Puis dans l'inquiétude

Enfin dans la dépression

*

Ce manque de certitude quant à la venue des inspecteurs

Avait quelque chose d'inquiétant

On n'aspirait plus qu'à leur arrivée

Pourvu qu'ils fussent là le lendemain

*

Quelle joie

L'inspection pourrait commencer

Et ne pourrait que se dérouler de la manière la plus conforme à une inspection

Des louanges puis quelques bénignes critiques aboutissant au changement de tel ou tel agent

*

Le lendemain les inspecteurs n'étaient pas là

Bien qu'au vu de certains témoignages ils ne fussent plus qu'à quelques lieux

Il fut décidé d'alerter le nouveau service de télégraphe à lampes à acétylène

Pour qu'il soit en mesure d'avertir le bureau quand les inspecteurs ne seraient plus qu'à quatre lieux

*

Ce dispositif rassura les agents du bureau

On passa de la dépression à une attente un peu fébrile

L'année passa

La fébrilité de l'attente disparut

*

Avec elle la nature de nouveau se dérégla

Des agents furent contraints de s'absenter à cause de pluies violentes de crue soudaine

D'éboulement dans les gorges

La santé des agents commença elle aussi à être atteinte

*

Les rages de dents crise de foie d'arthrose firent leur réapparition

De nouveau hôpitaux et cimetières rouvrirent

Jusqu'à ce que soudain

Un message transmis par le fameux télégraphe optique à lampe acétylène

*

Révéla qu' un fardier léger à vapeur avec deux individus à bord approchait du pont

Qui permettait de passer de la rive du fleuve à l'ouest à l'autre à l'est où le bureau se trouvait

Quelle direction prendrait-il

Une attente un peu fébrile revint pendant plusieurs jours

*

Jusqu'à ce qu'une annonce fut donnée

Que la direction du fardier léger était bien celle du bureau puisque le pont avait été franchi

Une émotion violente s'empara des agents

Toute leur assurance que l'inspection se déroulerait conformément aux habitudes

*

Disparut

Un raz de marée d'émotions

Traduites en gestes désordonnés en actions intempestives

Dévala du haut en bas du bureau

*

Il fallut la réception d'un nouveau message

Indiquant qu'il y avait erreur sur les personnes

Pour que le calme se rétablît dans les esprits des agents

Et que la bonne marche du bureau se traduisît au fur et à mesure des mois

*

Par une ponctualité redevenue un peu aléatoire même si l'assiduité elle perdurait

Pendant plusieurs mois il n'y eut plus de nouvelles des inspecteurs

Avaient-ils disparu dans la nature

On commença à douter qu' une inspection du bureau ait été programmée

*

Cela faisait tellement longtemps que l'Inspection Générale ne s'était pas manifestée dans la région

Pourquoi d'un coup ce serait-elle souvenu de ce bureau des plaintes aussi loin de la capitale

D'autant qu'il semblait bien qu'aucune campagne de dénigrement de son travail

Ne fût en cours

*

La prise en compte des plaintes des citoyens de la contrée

Se faisant en temps et en heure

La résorption des plaintes en souffrance se poursuivant à bonne allure

C'est-à-dire sans zèle intempestif et contre productif

*

L'argument qui avait servi à douter qu'une inspection ait été programmée

Servit après quelques mois a contrario

Cela faisait tellement longtemps qu'il n' y avait pas eu d'inspection

Qu'il n'était pas possible que l'Inspection Générale n'en ait pas planifiée une

*

Le tout était de savoir si c'était dans un avenir proche ou lointain

Mais cet avenir proche correspondait-il à un mois des mois des années ou bien

A une semaine plusieurs semaines

De même pour cet avenir lointain

*

Trop de relativité entourait la date de cette inspection

Dont la seule certitude était qu'elle aurait bien lieu un jour ou l'autre

Le dispositif d'alerte mis en place ne devait pas être abandonné

La carte servant à visualiser la trajectoire des inspecteurs à leur entrée dans la contrée

*

Devait continuer à être mise à jour

En effet on annonça l'arrivée dans le village de Bromlock d'un véhicule à vapeur officiel

Qui avait chargé du charbon et rempli son réservoir d'eau

Certes ce village était très éloigné de la ville où siégeait le bureau des plaintes

*

Il faudrait plusieurs semaines à bonne allure de fardier léger pour arriver au bureau

D'autant que la route mal entretenue elle n'était pas macadamisée

Ralentissait tout véhicule

Fût-il un véhicule aussi moderne qu'un fardier léger de l'Administration Centrale

*

Une attente tranquille s'instaura dans le bureau

C'est à peine si une rage de dents ou une crise de foie ou un éboulement

Contrecarrait de temps à autre la ponctualité de tel ou tel agent

Et retardait l'enregistrement de telle ou telle plainte

*

Le fardier de l' administration centrale qui transportait à n'en pas douter les deux inspecteurs

Fut signalé dans la ville d'Amsterlock

Ce qui souleva un certain émoi

La ville d'Amsterlock étant très éloignée du village de Bromlock

*

Comment avait été-t-il possible en si peu de jours

Que la dite ville ait été atteinte en partant du dit village

La plus grande perplexité régna parmi les agents du bureau

Vite remplacée par une inquiétude certaine

*

Cette fois était la bonne

L'inspection allait avoir lieu

La rapidité avec laquelle le véhicule de l'Administration Centrale avait progressé

A travers la contrée malgré les difficultés le certifiait

*

Il y avait là une détermination inexorable

On avait dû dans la capitale lancer une campagne de dénigrement contre le bureau

Qui avait occasionné le lancement de cette inspection dans les délais les plus brefs

Avec certainement un préjugé défavorable

*

Avait-on le temps pour lancer une contre-offensive

Non

Le mieux était de peaufiner dans les moindres détails le fonctionnement du bureau

Pour parer à toutes critiques

*

Puis le sous-chef du bureau fit la remarque de bon sens

Qu'il était impossible de se rendre dans le nombre de jours certifiés

Du village de Bromlock à la ville d'Amsterlock

Les fardiers légers à vapeur n'étant capable au plus que d'une vitesse maximale de 35 miles à l'heure

*

Que par conséquent le compte n'y était pas

Que si réellement le fardier de l'Inspection Générale s'était trouvé tel jour à Bromlock

Il ne pouvait avoir atteint la ville d'Amsterlock et ne devait s'y trouver qu'au tiers du trajet

Compte tenue de la distance les séparant

*

Donc le fardier de l'administration centrale du village de Bromlock

N'était pas celui d'Amsterlock ou vice versa

Dans un cas le premier on avait tout le temps pour s'organiser

Le fardier de l'inspection générale n'en était qu'au tiers de sa route depuis son point de départ

*

Dans l'autre cas le fardier annoncé dans la ville d'Amsterlock

Il n'y en avait plus que pour quelques semaines avant qu'il arrivât à destination

Que l'inspection du bureau commençât

Il n'était que temps de mettre à exécution une inspection blanche avant l'inspection réelle

*

Cette inspection blanche s'étendit sur plusieurs semaines

Rien ne fut laissé au hasard

Toutes les armoires tous les tiroirs tous les dossiers toutes les procédures

Tous les agents furent méticuleusement inspectés

*

Comme c'étaient les agents déjà inspectés par les autres qui inspectaient à leur tour les autres

L'inspection fut d'une grande sévérité

Le moindre dossier de plainte la moindre pièce un peu approximative fut relevée

Les bilans furent des plus sévères et pointilleux

*

Plus d'un agent se retrouva blâmé et condamné

Après remise en ordre à partir des remontrances

Il était ré-inspecté

Certains des agents furent ainsi inspectés à plusieurs reprises

*

Certes ces inspections étaient blanches

Mais leur sévérité était telle

Elles plongeaient dans une telle anxiété les plus scrupuleux des agents

Que certains très déprimés

*

Recoururent au suicide

Le nombre des suicides augmenta rapidement

Parmi les agents s'étant suicidés

Il y avait non seulement de jeunes agents débutants mais aussi de très anciens agents

*

Au mérite reconnu

Mais qui inspectés plusieurs fois pour de petites négligences ne purent supporter

L'épreuve et choisirent de mettre fin à leur jour

Certains chez eux loin de leur collègues

*

D'autres au bureau même

Étalant le spectacle de leur dépouille macabre aux yeux de tous

Fallait-il rendre publique cette épidémie car il s'agissait bien d'une épidémie

Et dans ce cas l'Inspection Générale alertée fondrait sur le bureau

*

Ou bien tenter de la tenir la plus secrète possible

C'est ce choix qui fut pris

Mais avec un résultat déplorable

Une rumeur se fit jour grandissant semaine après semaine

*

Jetant sur le bureau un voile de mystère et de scandale

La presse régionale grâce aux imprimeries hydrauliques installées récemment en série le long du fleuve

Fit ses gros titres de soi-disant scandales

Et de soi-disant meurtres commis au bureau des plaintes

*

Pour des raisons diverses allant de la jalousie d'un mari trompé

A la jalousie d'un collègue en empoisonnant un autre pour prendre son poste

Les tirages se montèrent à des centaines de numéros

Une partie de la population de la ville puis de la contrée fut alertée

*

Les démentis ne firent qu'amplifier la rumeur

Pour la faire cesser les journalistes

Malgré la prévention du bureau comme de toute administration contre eux

Furent conviés à venir inspecter les services ce qu'ils firent avec empressement

*

En apportant avec eux leur désordre leur incompétence leur jugement moral leur a-priori

Au total ce fut un coup d'épée dans l'eau

Certains titres confirmèrent les faits en s'appuyant sur des éléments de preuve sur des signes

Qui a leurs yeux étaient révélateurs

*

Heureusement pour le bureau

Un fait divers horrible se produisit dans la ville qui détourna l'attention des journalistes

Un couple pour chauffer leur demeure au lieu d'utiliser le charbon utilisait les cadavres

Le mari étant employé du cimetière

*

Il s'empressait après enterrement d'ouvrir le caveau

D'extraire la malheureuse dépouille

Pour l'emporter dans le fardier municipal jusque chez lui

Pour sa défense il invoqua qu'autrefois l'incinération était pratique courante

*

Le bureau retrouva non pas un calme serein

Mais un calme qui permit une analyse des événements récents

Et de conclure que les inspections blanches devaient être abandonnées parce qu'elles généraient

Parmi tous les agents une inquiétude hors de propos

*

Il y eut encore quelques suicides

Mais chacun pensait qu'ils étaient aussi liés à des problèmes familiaux personnels

En effet l'épidémie cessa

On redevint attentif aux signes tangibles soit qu'une inspection du bureau avait été planifiée

*

Soit qu'elle ne le serait que plus tard

Comme pendant toute une période aucun signe ni moindre rumeur d'inspection n'apparut

Le bureau retrouva sa routine

Le dépôt des plaintes son allure habituelle

*

Fait étonnant le dérèglement des éléments physiques de la contrée réapparut

Petites pluies mais néanmoins suffisamment fortes pour empêcher

Le train routier des fardiers à vapeur d'arriver à l'heure

Ou bien de petits éboulements dans les gorges

*

Au bout de quelques mois le dérèglement s'amplifia

Les pluies devinrent violentes les éboulements si gigantesques

Que le train routier était complètement arrêté pendant des heures

Empêchant les agents de gagner leur service

*

Plus grave l'état sanitaire aussi se détériora

Les épidémies de rhino-pharingite de grippe de crise de foie de rage de dents

Réapparurent

De ce fait le retard dans l'enregistrement des plaintes recommença

*

Les plaintes en souffrance dont le nombre avait chuté jusque là augmentèrent

De même les membres des familles des agents eux aussi recommencèrent à être malade

A être hospitalisés

Voire même à mourir

*

Soudain l'annonce fut confirmée

L'Inspection Générale avait bien lancé ses agents pour venir inspecter

Le bureau des plaintes

Alertée par une rumeur sur une vague de suicides ou de morts suspectes

*

Quand cette décision avait-elle été prise

On n'avait su le préciser

Mais cela allait selon les estimations de plusieurs semaines à plusieurs années

En passant bien entendu par plusieurs mois

*

Devant cette fourchette d'incertitudes

Lot commun de la vie dans cette contrée plus largement dans l'empire

De nouveau tous les agents

Retrouvèrent leur santé ainsi que leur famille

*

Les éléments naturels que dans cette civilisation de l'empire

L'on avait encore du mal à maîtriser malgré l'apparition de la vapeur

Voulurent bien ne plus se déchaîner

Les trains routiers se mirent à arriver à l'heure

*

Le nombre des plaintes en souffrance reprit sa tendance à la diminution

La carte avec ses hachures pour représenter le relief tourmenté de montagnes de la contrée

Reprit du service

Pour visualiser le possible parcours des agents soit qu'ils fussent en fardier léger

*

Ou bien en draisienne à vapeur

On décida d'utiliser des couleurs différents pour mieux s'y retrouver

Les agents du télégraphe optique à lampe à acétylène furent mobilisés

Cette fois-ci jusqu'aux confins de la contrée

*

L' attente recommença

Les jours les mois les années passèrent

Les inspecteurs furent à plusieurs reprises semblait-il sur le point d'atteindre Berlestock

Ville où était installé le bureau des plaintes

*

Mais au dernier moment ils déviaient de leur trajectoire pour aller vers une autre ville

Ou bien ils s'arrêtaient dans une cité bien avant de pénétrer dans le canton

Les agents s'étaient installés dans une veille détachée

Avec au cœur une vague inquiétude

*

Dont ils avaient du mal à se défaire

Comme ils avaient du mal à la cerner

A l'expliquer

Encore moins à la rendre inoffensive pour leur moral

*

Chaque matin

Soit en se levant

Soit devant leur glace lorsqu'ils se rasaient

Soit en buvant leur café

*

Soit en lisant le journal de la semaine dans le train routier

Ou le fardier collectif à deux sols qui les conduisait au bureau

Soit au bureau à toute heure

Soit en rentrant le soir chez eux

*

Soit devant leur poste de radio à galène en écoutant les nouvelles de l'empire

Soit au moment de se mettre au lit

Soit au moment de s'endormir

Soit en sortant de leur rêve la nuit

*

Elle était là bien tapie dans leur esprit à ronger leur vie

A leur faire craindre

Et en même temps espérer

Que l'inspection ait enfin lieu

*

Dans la toile d'araignée du probable incertain

Dans la toile d'araignée du probable incertain

Tag(s) : #Empire des Sombres

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :